Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 mai 2018

Même si mon air nie...

Hier, Heure-Bleue m’a accompagné à l’hôpital.
J’ai eu confirmation d’une chose que je n’ai pas le droit de lui faire remarquer mais que je peux vérifier chaque fois qu’il est question d’horaire.
Cette fois-ci, je l’ai laissée mener l’affaire.
- Minou, il faut partir à quelle heure pour être à l’heure là-bas ?
- Grmblblmbl… Grève, pluie… Hhmmm… Je dirais neuf heures et demie.
- Neuf-heures et quart, Minou, c’est bien.
- OK ma Mine…
Le temps passe…
- Il va falloir y aller, ma Mine, sera neuf heures et quart sous peu.
- Bon, le temps de mettre mes chaussures, de prendre mes affaires, de faire pipi et on y va.
Neuf heures vingt-cinq…
- Il pleut, il faut que je mette d’autres chaussures, où elles sont Minou ?
J’amène les chaussures.
- Ah ! Il faut que je mette des chaussettes avec sinon je les perds…
- Bon, il va falloir y aller…
- Ah Non ! Ne commence pas ! Sinon tu y vas tout seul !
Bref, on est parti à neuf heures et demie sous la pluie…
Le bus nous a attendus, le chauffeur était patient et bien disposé.
Nous sommes arrivés à l’heure prévue.
J’ai appris plein de choses ce matin là.
D’abord, du chirurgien qui va m’étriper.
En relisant mes antécédents, il m’a affirmé que j’étais « un accident statistique », ça ne m’a pas traumatisé outre mesure parce que c’est ce que me dit la lumière de mes jours depuis toujours mais en d’autres termes…
J’ai aussi constaté une fois de plus qu’il suffit de très peu pour que les gens se mettent à parler.
Il m’a fallu répondre à quatre femmes et un homme hier matin.
Et il m’a, une fois de plus, suffi de poser une question anodine ou de faire une remarque tout aussi anodine pour que j’ai l’impression d’avoir ouvert des vannes chez ces cinq personnes qui se sont mises à me raconter des choses qui n’avaient rien à voir avec la médecine ou l’administration.
Des choses sur les familles, les baies vitrées des appartements, les enfants des voisins du dessus, les rues où elles habitaient, ce qu’elles aimaient faire en dehors du travail ou l’association et la famille dont il faisait partie, y compris les personnages hauts en couleur de leur entourage.
J’ai trouvé ça étonnant, comme chaque fois, même si Heure-Bleue a trouvé parfois que je mettais bien longtemps pour sortir du bureau de telle ou tel autre.
Je n’ai pas perdu mon temps et la lumière de mes jours non plus qui a appris des tas de choses sur ses « voisins de chaise » dans les deux salles d’attente.
Non, les gens ne sont pas renfermés, je pense seulement qu’on ne leur prête pas assez attention et que c’est pour ça qu’ils se réfugient dans l’écran de leur smartphone.
Ce fut une journée prodigieusement intéressante.
Vraiment, les gens, c’est passionnant…
En attendant, on va me trifouiller le cinq Juin pour réduire une hernie.
Et sans couture s’il vous plaît !
Car maintenant, même le jeune chirurgien sait qu’une reprise ne sert à rien car ça va se déchirer juste à côté de la reprise…