Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 février 2017

Le printemps donne des zèles…

Vous savez toutes, lectrices chéries, combien je suis sensible au passage des saisons.
L’automne me pousse, comme beaucoup, à me laisser aller à la tentation élégiaque.
L’hiver me pousse à me coller à la lumière de mes jours pour échapper au froid et grappiller quelques caresses en tentant d’échapper à un coup de pied.
L’été me pousse à la balade, riche en découvertes et pleine de dialogues surpris dans les transports.
Ceux qui me donneront de quoi vous raconter.
Le printemps, en revanche, s’il n’a plus l’effet tumultueux qu’il avait sur moi il y a… bref, il y a, n’a pas perdu sur moi le pouvoir qu’il a toujours eu.
Cette tendance au romanesque et à la délicatesse qui ont toujours fait mon charme.
Ce goût du choix du terme élégant et délicat, tout en douceur et en tendresse qui me rendit célèbre en mon âge estudiantin.
Emporté par l’émotion et ce sens inné de la poésie qui sont l’âme de mon âme, je me laisse aller à vous écrire ce petit sonnet délicieux et charmant.

                            Tous l’avaient remarqué et chez tous les observent
                            Comme le vieux marin admire sa baie, bête
                            Comme le vieux notaire au bout de l’acquêt quête
                            Tous nous aimons les femmes et aussi les conserves.

                            Si Laure était moins chère comme disait Pétrarque
                            Nous saurions tous pourquoi ce qui le mène l’habite
                            Et le tient attaché tel le cotre à la bitte
                            Et Cupidon eût fait l’économie d’un arc.
 
                            Comme eût dit Théophile s’il était avec nous
                            Qui nous parlait de fesses et de héros des reins
                            Les déesses de marbre et les héros d’airain

                            Ce vers de Hérédia nous mit tous à genoux
                            Devant vous qui dansez si belle sarabande
                            Nous faisons comme Eros, il tend son arc et bande


Franchement, si c’est pas printanier, ça…

Eros et Psyché.jpg



mardi, 21 février 2017

Le goût du consensuel...

Ce matin, Heure-Bleue s’est levée tôt.
Très tôt.
Elle a pesté parce qu’elle s’était endormie très tard.
Ce n’était pas ma faute.
Elle tenait absolument à terminer un roman.
Un moment, elle m’a réveillé en me disant
- Minou, j’ai le cœur qui bat, ça t’arrive aussi la nuit ?
- Ben oui ma Mine, c’est normal…
- Oui mais j’ai peur, si j’avais un infarctus ?
- Mais non, le cœur, ça bat…
Je me suis rendormi pendant qu’elle « dealait » avec son cœur.
Et ce matin, elle s’est donc réveillée trop tôt.
J’ai préparé son petit-déjeuner et fait un tour chez vous, lectrices chéries.
La lumière de mes jours m’a alors demandé :
- Tu écris sur quoi ce matin, Minou ?
- Je n’en sais rien, je n’ai pas d’idée.
C’est à ce moment là que j’ai reconnu la femme qui me surprend depuis que je l’ai rencontrée.
Elle a pris sa respiration, s’est approchée de ma place et a dit :
- Tu me prends un petit bout du trou, Minou ?
Il m’a suffi de lui jeter un coup d’œil pour la voir prendre cet air mi-désespéré-mi-agacé qui fait son charme.
Elle s’est contentée de me jeter :
- N’y vois surtout rien de sexuel, Minou.
Bon tant pis.
Il était question de prendre une photo du gouffre qui jouxte mon coin.
Gouffre fait d’une scie de maître par un type censé passer il y a un peu moins d’un an.
La lumière de mes jours et moi vivons ensemble sur un malentendu, j’en suis sûr…

lundi, 20 février 2017

Le Roussillon, connu pour sa douceur et sa chaleur, est des plus attirant...

Ouais, je sais, Lakevio, je sais, ne dis rien…

lakevio.jpg


Bon sang !
Toutes les trois.
Un vrai tribunal.
D’ailleurs c’était un tribunal.
Ma grand’ mère, ma grand’ tante et l’entremetteuse.
J’avais bien dit que je ne voulais pas faire ce qu’on avait choisi pour moi.
Je ne voulais pas reprendre l’entreprise de celui qu’on avait dit « le beau-père ».
Je n’avais pas de beau-père.
Je n’avais d’ailleurs pas d’épouse.
Ne parlons pas du pruneau que l’entremetteuse voulait me voir épouser.
Ce petit bout de femme au teint d’un jaune maladif qu’on m’exhortait à épouser.
« Un beau parti » qu’elles disaient.
Pas beau, le parti, et hélas pas parti.
Du moins assez loin…
Même ma grand’ mère trouvait que c’était trop cher payé.
Il faut avouer qu’elle avait toujours fait preuve d’indulgence avec moi.
Tous me voyaient dans l’industrie ou la médecine.
Pas moi.
Ma grand’ mère me voyait dans ce qui me plaisait.
Si elle me voyait marié, c’était seulement avec quelqu’un qui pourrait m’assurer la liberté de l’esprit.
Elle sentait bien qu’avec cette fille, la liberté de l’esprit était un rêve lointain.
Elle l’avait entendue.
Préparant des emplois du temps où les réunions et les visites à la banque occuperaient l’essentiel de mes journées.
Elle comprenait bien que ça ne me plaisait pas plus que ça.
Elle savait depuis mon entrée en primaire que ce qu’il me fallait, c’était rêver, écrire.
Je ne lui avais jamais dit mais elle savait bien que j’avais envie d’écrire des choses aussi belles qu’Ophélia ou Musées secrets.
Elle s’est levée et a dit clairement à sa sœur et à l’entremetteuse « Vous voyez un poète à la tête de l’entreprise Bidule & Cie ? »
Un long soupir s’échappa des poitrines plates et désolées de sa sœur et de l’entremetteuse.
Elle ajouta « Surtout avec cette petite sans attraits ? »

samedi, 18 février 2017

La Normandie, c'est imper et une mer...

De rien, Mab...
Entre 1974 et 1998, je suis allé traîner mes guêtres de Hong-Kong à Portland en passant, par des séjours dans la plupart des pays sur le trajet d’est en Ouest.
C’est sûrement ce qui a permis de régénérer les réserves de patience de la lumière de mes jours.
Puis, quatre ans passés en Israël et un passé en Belgique, de 1998 à 2002 ont épuisé mon goût du nomadisme.
Hélas, trois fois hélas, plutôt que me reposer dans un havre parisien, « on » m’a parlé de « une maison, tu vois, avec un jardin, ça fera des réserves de souvenirs pour la petite, tu vois, une vraie maison à la campagne… »
Grugé je fus.
Nous avons abandonné un appartement parisien, petit certes mais à Paris, pour « une maison, tu vois, je suis sûre que la petite aimera ça, tu verras… En plus pas loin de la mer comme ça on pourra l’emmener, ça va être super… »
Bon, ce fut « moyen super ».
La mer, quoique proche, par le mystère des chemins de bus, n’était accessible qu’après plus de trois quarts d’heure de voyage alors que la distance à parcourir n’excédait pas seize kilomètres.
Nous avions pourtant fait de savantes projections et avions tout prévu.
Sauf les Normands
Je demande à La Baladine de me pardonner mais  ce petit peuple industrieux a la particularité suivante : Si vous n’y avez pas dix-huit générations au cimetière, vous êtes « l’étranger ».
Que vous y soyez arrivé il y a quarante ans ou la veille, n’y change rien.
Même si vous y êtes né, il suffit que ce soit d’un couple de Parisiens, vous êtes et resterez un étranger.
Au bout de huit mois de réclusion et plusieurs allers-retours vers Paris, nous sommes revenus.
« Près de », mais hélas pas « dans » Paris.
Nous avons décidé de tout faire pour retourner à Paris.
Re-hélas, Heure-Bleue, jamais à cours d’idées saugrenues, essaie de me vendre Trouville au réveil.
Trouville, je vous demande un peu, lectrices chéries…
En hiver, c’est aussi riant qu’Ostende où elle avait adoré traîner en novembre, un vent à décorner les cocus, une pluie qui me trempait jusqu’aux os malgré un imper solidement fermé, et elle.
Elle qui riait de plaisir car ma moitié est ainsi faite.
Quand il fait froid, qu’il y a du vent et que la pluie ou la neige sont de la partie, elle est heureuse.
Ma femme est folle.
Ou pire, elle me croit gâteux…
Alors qu’elle sait bien que Paris… Quand même…

vendredi, 17 février 2017

Une paire de choses sûres…

Que je vous dise, lectrices chéries.
Depuis quelques jours, une sensation de confort de marche, inconnue de votre serviteur à ce jour, s’est fait sentir.
C’était extraordinaire.
Je marchais comme si de parfaits coussins m’étaient attachés aux pieds.
Une pure merveille de chaussures.
Il y avait bien un petit agacement qui se faisait jour néanmoins.
Moi qui habituellement ai le pied plutôt sûr, je me suis mis à buter dans des obstacles qui pourtant dépassaient peu du sol.
C’est évidemment, non pas solitaire puisque j’étais avec la lumière de mes jours, mais loin de mon foyer, que j’ai su la raison de ce surcroît de confort.
Heure-Bleue et moi étions chez notre amie du XXème, je papotais avec le Maître et Heure-Bleue avec la maîtresse de maison quand la vérité m’apparut, cruelle.
La semelle de mes fausses « yachting » était cassée sur chaque chaussure.
Pile poil dans le milieu, d’où cette marche d’une souplesse inégalée depuis mes quinze ans…
Heure-Bleue, habituée depuis longtemps à être au bras d’un type à l’élégance bizarre, ce qu’elle appelle « le chic fatigué », n’a pas bronché.
Pas même un « mais qu’est-ce que tu as fait à tes chaussures ??? »
Non, un haussement d’épaules à peine marqué, l’air de se moquer de traîner avec un type qu’elle a vu passer d’étudiant à étudiant attardé puis au look vaguement « prof qui s’en fout » et enfin, grâce à ces chaussures de mince, à celui de SDF.
J’ai donc remis hier mes « vraies yachting », achetées en 2011, au bleu un peu –beaucoup- passé mais à la semelle impeccable.
Et la lumière de mes jours et moi sommes partis chercher P’tite Sœur pour « sa journée à elle ».
Contrairement à Merveille, P’tite Sœur pépie sans cesse, comme disait ma mère « le bec lui ferme pas ».
Je ne sais pas comment elle peut marcher, courir, tenir des heures comme ça tout en parlant.
Rien que vous l’écrire m’épuise…
Il y a quand même eu une surprise taille.
Le déjeuner, comme promis fut pris au McDo.
Et c’est là qu’un accord de piano m’a tiré brutalement de mon « P’tit wrap ».
J’ai failli m’étouffer.
Dites moi, lectrices chéries, avez-vous souvent entendu la sonate « Appassionata » de Beethoven dans un McDo ?