Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 22 mai 2018

Le jumeau.

Le-prince-Charles-so-British-avec-son-chapeau-melon-et-son-parapluie (1).jpg

La lumière de mes jours m’annonce platement :
- Le prince Charles va donner une fête pour ses soixante-dix ans ! 
Au lieu de me taire comme le bon sens le commandait je remarque :
- Au mois de novembre, je crois… 
- On voit que tu es le fils de ta mère…
Pourquoi ça ?
Eh bien, ma mère était une admiratrice forcenée de la famille d’Angleterre.
Qu’il s’agît des Windsor, des Mountbatten ou de « la si belle Alexandra de Kent », elle avait de la famille une connaissance encyclopédique.
Je me rappelle alors la carte que ma mère avait reçue de la reine Elisabeth II.
En personne croyait-elle.
Cette carte disait que « Her Royal Highness the Queen Elisabeth II » remerciait ma maman pour les félicitations de la naissance de son fils Charles.
J’ai souvent vu cette carte à la maison, Heure-Bleue aussi.
C’est là qu’Heure-Bleue me demande :
- Au fait, où est passée cette carte ?
Nous n’en savons rien.
Il n’empêche que lorsque j’eus atteint un âge où je fus en mesure de comprendre ma position dans l’échelle des valeurs de ma mère, elle me donna ce renseignement d’une grande importance « Tu es le jumeau du prince Charles ! »
D’abord, en réalité il est plus vieux que moi de deux mois.
Ensuite il a l’air vraiment plus vieux…
La différence ne s’arrête pas là.
Pour être allé visiter Windsor, je peux vous affirmer que le gourbi de Charlie –je peux l’appeler Charlie, c’est mon jumeau- était vachement plus grand que chez moi.