Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 06 juin 2022

Devoir de Lakevio du goût No 126

Devoir de Lakevio du Goût_126.jpg

Cette toile de Vettriano me fait irrésistiblement penser à Baudelaire.
Je verrais bien un devoir qui commence par :
« 
Je logeais dans la maison du principal, et j'avais obtenu, dès mon arrivée, la faveur d'une chambre particulière »

Et qui finirait par :
« Néanmoins un moment de réflexion me décida à attendre la fin de l'aventure. »
Ça, ce serait chouette…


Je logeais dans la maison du principal, et j'avais obtenu, dès mon arrivée, la faveur d'une chambre particulière.
J’étais content.
J’étais enfin près de celle de qui je voulais m’approcher.
J’avais certes « obtenu dès mon arrivée la faveur d’une chambre particulière » comme disait Charles, mais cette chambre était encore loin de celle où je souhaitais aller.
Allongé sur mon lit, regardant le plafond avec l’air d’ennui d’une amante déçue, je pensais que pour aller d’un matelas à un autre, le chemin ne se mesurait pas qu’en mètres…
De plus, les choses se compliquaient si j’en crois la lettre que j’ai reçue.
L’autre matelas s’éloignait à grands bruits de ressorts malmenés…
Il semblerait que l’objet de mon désir était un peu lasse de mes entreprises qui restaient au stade épistolaire.
Manifestement, si elle trouvait ces entreprises grammaticalement satisfaisantes elles  l’étaient beaucoup moins du point de vue des sens.
Tout ça tournait à la mauvaise pièce de boulevard et je risquais bien de me retrouver « gros jean comme devant », avec un logement obtenu par faveur mais dont, faute de travail, je serais incapable d’acquitter le loyer…
Devais-je m’en retourner chez mes vieux parents, honteux et « une main devant et une main derrière » comme on dit ?
La minceur de mon porte-monnaie m’incitait le faire au plus vite.
Devais-je plutôt me lancer hardiment à l’assaut de celle qui semblait d’un coup tiède à l’idée de m’accueillir ?
L’idée de passer mes nuits avec elle me tentait grandement.
Si grandement qu’à rêvasser de la chose je faillis échapper ma cigarette.
Mon dieu !
À mon âge ! Je devais partir, j’avais tout à perdre dans cette affaire !
Néanmoins un moment de réflexion me décida à attendre la fin de l'aventure…