Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 décembre 2016

L’humeur et l’art gent d’humeur…

lakevio.jpg

J’ai failli faire le devoir de Lakevio.
Puis j’ai failli ne pas le faire.
Non que l’image ne fût pas belle, non, c’est seulement que ça me semble trop difficile d’écrire quelque chose sur la tristesse automnale des autres.
En regardant cette aquarelle je me sens incapable de traduire ce qui me semble l’image des larmes qu’on devrait verser sur le monde.
Ce ne sont pas les étrangetés qu’on peut relever sur le papier détrempé qui m’importent.
Non, c’est cette traduction de la peine, du souvenir, du passage des saisons, des sensations perdues.
Ou simplement oubliées et ramenées là par la vertu du pinceau.
Cette Chinoise a quelque chose de japonais.
Elle me fait penser à Kawabata.
Elle a si bien traduit avec ses tubes de gouache la poésie de celui qui m’a ravi avec « Les belles endormies » ou « Pays de neige ».
Je vais arrêter là parce que tartiner sur le sentiment d’automne qui se dégage de cette aquarelle va m’amener à rêvasser à des choses passées et heureuses alors que je dois faire le lit « en grand » comme tous les dimanches.
Pourtant j’aimerais bien me noyer dans cette aquarelle.
En même temps, je donnerais n’importe que pour voir la lumière de mes jours se battre avec l’enveloppe de couette.
Elle fait ça si bien, ça m’amuse tellement.
Et en même temps...
C’est sûrement ça, l’automne…

Commentaires

Alors il est fait ce lit, et au carré j'espère!

Écrit par : mab | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Un peu qu'il est fait au carré !
J'ai été entraîné à ça chez mes fondus...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 12 décembre 2016

Ton texte a quelque chose de poignant, en ce qu'il nous rappelle la fragilité des choses et l'inexorable fuite du temps, et quelque chose de gai, ancré dans le présent... "Et en même temps..."
C'est tout toi...

Écrit par : la baladine | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Tu ne m'as jamais vue me battre avec la couette, tu t'étais pas là et la couette a gagné.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Oh mais si, je t'ai déjà vue te battre avec la couette.
Tu m'as raconté la première fois.
J'ai attendu les suivantes...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 12 décembre 2016

Ça doit être pour ça que j'ai passé mon tour. L'automne, c'est pas mon truc.

Écrit par : Berthoise | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

J’ai failli faire le devoir de Lakevio.
Mais, tu l'as fait quand même...Ha, ha.
Moi, la couette, j'appelle toujours mon mari pour m'aider. A deux, c'est quand même mieux pour s'y coller.

Écrit par : julie | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Mademoiselle Huang,
Tout ce qu'elle demande,
C'est de pouvoir comprendre
Ce qu'elle fait là.
Mademoiselle Huang,
Si vous savez être tendre,
Elle se rapproche de vous.
Sans que vos yeux demandent,
Les siens se font plus doux.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Un grand merci à Célestine pour son adresse à Jasmine ! Elle a du mérite Jasmine de peindre des choses pareilles en habitant à... Taïwan ! Mais elle connaît aussi la France et l'Italie, Londres et New York et tout s'explique. Moi, j'aime bien me noyer dans ses aquarelles. Envie en effet d'explorer le monde qu'elle voit. A travers le miroir, mais un miroir de brume !
Je suis contente que tu aies fait le devoir parce que tu traduis bien les troubles sensations de l'automne. Le temps qui passe et ne reviendra plus, les souvenirs eux-mêmes qui se voilent...

Écrit par : lakevio | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Tu ne nous as pas habitué(e)s à te dérober devant l'obstacle... mais c'est tout de même un devoir intéressant !

Écrit par : Bourlingueuse | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

tu voyais l'automne, je voyais la crasse (et les fleurs)

Écrit par : liliplume | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

c'est un peu la même impression que m'a fait ce beau tableau !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

C'est toujours Monsieur qui met la couette. Il fait ça si vite et si bien alors qu'il me faut des heures pour parfoir finir entortillée dedans. Je les repasse les couettes, c'est déjà beaucoup !
En revanche, Heure Bleue s'est drolement bien débbrouillée avec cette belle image et son histoire est canon !
Chacun son truc !

Écrit par : Armelle | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

débrouillée... Satanée écran tactile !

Écrit par : Armelle | lundi, 12 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'aime l'automne et ses feux, qui est si beau chez nous, ses nuances, et votre texte !
Cette aquarelle aussi qui est superbe !

J'ai une couette qui est toute en un, c'est plus facile, elle fait couvre-lit matelassé mais si chaude que je la pousse au fond du lit, notre chambre plein-sud en haut de la colline explique cela, et la douceur de la saison... Je m'énerve assez avec les enveloppes d'oreillers, pas besoin de ce truc supplémentaire ! Ca c'est pour le quotidien !!!
Belle jounée

Écrit par : marine D | mardi, 13 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Le changement de housse de couette... je m'y colle seule comme une grande ! Et les repasse ausssi ... en maugréant ... ça me met de mauvais poil ! L'homme ramasse des feuilles depuis une semaine ... cette année il le fait seul, je considère que ce ce n'est plus mon boulot ! Chacun sa partie ...Voila !!!

Écrit par : Francelyne 17 | mardi, 13 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Comme on fait son lit, on se couche. La couette d'automne serait-elle si mal aisée à disposer sur le lit, que la saison en serait foutue ?

Écrit par : Véro | vendredi, 23 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire