Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 mars 2018

Telegraph Road

lakevio.jpg

Je l’attendis, loin du comptoir où elle se tenait.
Depuis une semaine, je n’avais jamais su vraiment qui elle était, ce qu’elle faisait.
Elle se montrait assez libre avec moi pour que je pense qu’elle ne l’était pas vraiment…
Mais chaque fois que la conversation dérivait vers son statut social, elle esquivait adroitement le sujet et se cantonnait à me sourire.
Un sourire dont je n’avais jamais réussi à savoir s’il était affectueux, amoureux, destiné à séduire ou simplement un témoignage de gentillesse.
Aujourd’hui, elle m’avait entraîné jusqu’au bureau de poste.
Quand elle avait passé son bras sous le mien, j’avais été surpris par sa façon de serrer mon bras.
Les premières fois que nous nous étions promenés dans le parc, elle avait simplement passé son bras sous le mien de façon légère, quasiment distante.
À tout le moins prudente.
Mais là…
Qu’avait-elle donc à l’esprit pour que soudainement elle me tienne avec un air de propriétaire ?
J’allais dire « je la suivis jusqu’au… » quand je me suis rendu compte qu’en réalité elle me traînait jusqu’au bureau de poste.
Elle m’avait dit « Je reviens, ne vous inquiétez pas, j’en ai pour un instant. »
Je m’inquiétai tout de même car elle avait un caractère assez fantasque.
Pendant qu’elle remplissait ce qui ressemblait à un formulaire d’envoi télégraphique, j’attendis.
Elle écrivit quelques lignes et se dirigea vers l’opératrice, me souriant au passage.
Elle me fit signe de ne pas bouger tandis qu’elle s’approchait du guichet.
L’opératrice pris le formulaire et commença à haute voix.
« Madame Dugenou, c’est bien Dugenou ? Comme un genou avec « du » devant ? D-u-g-e-n-o-u ? »
« Oui » a-t-elle chuchoté.
«  12 Rue de la Pompe ? »
« Oui, moins fort s’il vous plaît » a-t-elle encore chuchoté »
« Bien Madame » a opiné l’opératrice d’une voie de stentor.
Tout en continuant sur le même ton.

......................................Maman, ça y est ! STOP
......................................Je le savais. STOP
......................................C’est lui je le sais. STOP 
......................................Je l’aime je l’aime je l’aime ! STOP
« je-l’ai-me-je l’ai-me-je l’ai-me. Trois fois -je l’ai-me ?  »
A insisté l’opératrice toujours hurlante.

« Oui, moins fort s’il vous plaît » a-t-elle insisté.
......................................Je vais le lui dire. STOP.
......................................Je rentrerai tard ce soit, après le restaurant. STOP

De mon côté, j’étais heureux d’écouter la dame de la Poste.
Celle de qui je venais d’apprendre que nous dînerions au restaurant revint vers moi, rouge de gêne.
« J’aurais préféré que ce ne soit pas l’opératrice de la Poste qui vous l’apprenne… »
J’ai tendu le coude, elle a glissé son bras sous le mien.
J’ai seulement demandé « Et où allons nous dîner ? »