Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 10 septembre 2014

Les confitures de tomate verte.

Il y a quelque temps, j’ai vu un pot de confiture dans la vitrine d'une de ces boutiques de la rue de Rivoli faites pour tenter le « bobo », citadin nostalgique d’une campagne où il ne vivrait pour rien au monde.
Et pas n’importe quelle confiture, lectrices chéries, non, pas n’importe quelle confiture !
De la confiture de tomate verte ! De la confiture comme je n’en avais pas vu depuis mes dernières vacances chez ma tante Olga. Autant dire des vacances qui ne dataient pas d’hier…
A regarder cette vitrine, j’ai commencé à sentir sur la langue le goût de cette confiture longuement cuite par ma tante.
Son bistrot, qui n’était pris d’assaut que quand la sirène de la tuilerie sonnait la fin de la journée de travail, lui laissait du temps pour des choses comme fleurir sa terrasse, « soufrer » les tonneaux à la cave, faire de la liqueur de cassis et des confitures. Une autre sirène retentissait au même instant mais amenait moins de monde, celle de la filature de l’autre côté du pont du canal.
Il est vrai que la tuilerie ne comptait pratiquement que des hommes tandis que la filature ne comptait guère que des femmes.
Femmes qui ne venaient au café de ma tante que pour le quatorze juillet et quand elles venaient y chercher leur mari. Elles évitaient la visite du retour de « la retraite aux flambeaux » car la balade assoiffait les hommes, tout comme le travail à la tuilerie, dans la poussière d’argile et la chaleur des fours entre deux cuissons de ces briques qui entraient grises et sortaient rouges.
A l’inverse des ouvriers qui entraient rouges dans le café et en sortaient gris…
Ma tante, donc, faisait des confitures de tomate verte. Elle faisait pousser ces tomates dans son jardin, avec des tas d’autres choses, dont des fleurs et des haricots verts. J’aimais bien les haricots verts parce qu’ils poussaient sur des grandes tiges dont j’avais le droit de me servir comme lance pour jouer au chevalier. Même quand j’ai commencé à jouer à autre chose le long du canal, j’aimais le « quatre-heures » avec cette tartine ronde de confiture de tomate verte. Les tartines étaient toujours rondes parce que ma tante n’achetait jamais autre chose qu’une couronne. Ça évitait les chamailleries à propos du croûton car il y avait à chaque repas, si je compte bien, huit personnes à table.
Pour éviter de claquer une fortune car il eût fallu quatre baguettes au bas mot à chaque repas, la solution était la couronne débitée en tartines.
Mon dieu ces « quatre-heures » ! Ces tartines de confiture fuyaient par tous les trous de la mie, elles collaient aux doigts, la confiture me coulait le long du menton, parfois le long de l’avant-bras, mais bon sang quel délice…
Vous pensez bien, lectrices chéries que je n’allait pas laisser passer une occasion comme ça de reculer de quelques années, disons quelques décennies, six en réalité, en passant devant cette vitrine.
Je suis donc entré. Seul car Heure-Bleue n’aime pas la confiture. J’ai acheté un pot de confiture de tomate verte pour une somme qui aurait sorti la Grèce du marasme. Arrivé à la maison, j’ai voulu goûter à la vie des années cinquante.
P… ! Quelle déception ! Au lieu de la confiture plutôt sirupeuse et absolument délicieuse de ma tante, je me suis trouvé avec un bidule solide, noyé de tant de pectine que ça lui donnait la consistance d’un flan.
Le retour dans les années 2010 fut brutal…

Commentaires

Tu sais bien que les choses de l'enfance ont un goût teinté de déception pour l'adulte que nous sommes devenus.
Tu me donnes envie de relire Les beignets de tomates vertes, là je ne serai pas déçue.

Écrit par : mab | mercredi, 10 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

beurk ! de la gelée en somme ! j'adore cette réflexion " elle n’achetait jamais autre chose qu’une couronne. Ça évitait les chamailleries à propos du croûton " !!!

Écrit par : maevina | mercredi, 10 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

je viens vous souhaiter un joyeux anniversaire Monsieur le gout des autres, j'ai appris cette information sur le blog de votre charmante femme. bonne journée. à vous

Écrit par : bbattitude | mercredi, 10 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

tu m'étonnes...mais quelle idée, tu aurais dû penser que ce serait comme ça...les années 50 sont mortes!!!!!!!!!!!!!!!!! le Goût...morte!!! be moi je fais mes confitures, j'ai fais de la reine claude et de la mirabelle et de la mûre...c'est quand même autre chose...l'autre jour j'ai voulu acheter de la confiture de sureau, car celle faîte maison est une tuerie...beurk! quand j'ai goûté j'ai eu la même impression que toi...kiss

Écrit par : Joëlle | mercredi, 10 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

oups je me suis trompée bien sur, c'est l'anniversaire de votre fils. Alors bon anniversaire à l'ours .

Écrit par : bbattitude | mercredi, 10 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

La confiture a changé ou ce serait toi qui aurait... grandi ? Mais c'est vrai que le "fait-maison" est bien meilleur que l'industriel.

Écrit par : Marie-Floraline | mercredi, 10 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

OUPS... auraiS :-(

Écrit par : Marie-Floraline | mercredi, 10 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Ma tante en faisait aussi, ainsi que de la confiture de courgettes. C'est pour ça qu'il ne faut pas s'arrêter qu'au nom, mais qu'il faut tester pour découvrir de nouvelles saveurs, totalement inattendues.

Même si je ne suis pas fan de confiture... Je ferai une très mauvaise grand-mère.

Écrit par : livfourmi | mercredi, 10 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Je n' ai jamais de confiture de tomate verte , cette saison , j'ai fait toute sorte de confiture et je crois que je vais tenir l'année , elles sont délicieuses !

Écrit par : Brigitte | mercredi, 10 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

L'usage de la pectine dans les confitures devrait être considérée comme un délit comme...disons le fait d'oublier de payer ses impôts.

Écrit par : clodoweg | jeudi, 11 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Je passe chaque jour en silence, aujourd'hui, j'ai l'envie de m'arrêter. J'aime beaucoup la façon dont tu parles et l'humour qui va avec. As-tu déjà pensé d'écrire un bouquin, tu racontes si bien tes souvenirs, ils sont de cette France d'hier dont nos jeunes n'ont même pas idée. parfois il ne faut pas grand chose pour se faire un peu de sou, tu as vu le résultat de la semaine dernière !!
manouedith

Écrit par : manouedith | jeudi, 11 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Ben oui, manouedith, seulement voilà : Je n'ai pas couché avec François Hollande, ce qui ôte quand même pas mal d'intérêt à ce que j'écris...

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 11 septembre 2014

Écrire un commentaire