Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 09 novembre 2016

Washington, décès ?

friche.jpg

Ce matin, je me suis levé à sept heures et demie.
Je sais, lectrices chéries, vous n’en avez rien à cirer.
Mais quand même.
J’ai fermé la porte de la chambre.
J’ai allumé la radio.
J’ai entendu « contre toute attente, Donald Trump sera le prochain président des Etats-Unis ! »
Alors j’ai réouvert la porte de la chambre et j’ai dit :
- Ma mine !!!!
- Mmmm… Qu’est ce qu’il y a ?
- Donald Trump est président des Etats-Unis !
- Tu me diras ça à huit heures…
J’ai refermé la porte et écouté la radio en sourdine.
Puis je me suis rappelé ce qui avait permis au « Brexit » de l’emporter et pourquoi.
En buvant mon bol de lait je suis allé regarder la carte des états qui avaient permis à Trump de l’emporter.
J’ai vu pourquoi.
Ça m’a rappelé où et pourquoi certaines municipalités avaient mis à leur tête des maires FN.
Et il me semble que ce sont les mêmes raisons partout.
La surdité de classes politiques qui ont oublié le sens originel du mot « gouverner ».
C’est le même que pour les bateaux et les avions : donner une direction, un cap.
Nozélites ne se sont occupés que d’une fraction de la population, celle qui a le pouvoir économique.
Nozélites ont oublié que ce n’est pas elle qui fait la richesse réelle du pays, elle n’en tient que les livres de comptes et elle les maquille souvent dans le sens des ses intérêts.
Nozélites ont laissé de côté le reste de la population.
Alors ça cause des réveils douloureux car on oublie souvent que c’est la fraction la plus nombreuse.
Nozélites ont oublié que tous ceux qui sont ou pensent être des «laissés pour compte» finissent régulièrement par se jeter dans les bras de ceux qui leur donnent l’impression qu’ils sont enfin écoutés et compris.
Nigel Farage, Donald Trump, Geert Wilders, Marine Le Pen et autres ont su faire croire à ces « laissés pour compte » qu’ils avaient été entendus, compris et qu’on s’occuperait enfin d’eux.
Et je pense malheureusement que c’est ce qui risque bien d’amener Marine Le Pen à l’Elysée.
On a trop souvent oublié que les gens, dans leur ensemble, ont plus besoin d’un boulot, même sans formation.
Ils ont besoin de dignité même s’ils gagnent peu.
Plus que d’une aide qui leur permet tout juste de survivre mais les maintient à côté de la marche de leur pays.
Ils ont besoin d’être partie prenante de leur vie, pas d’être «la cousine pauvre» à qui on donne à manger.

Nozélites, aussi cultivées soient elles ont oublié les phrases de Steinbeck comme elles ont oublié le visage de Henry Fonda dans « Les raisins de la colère »…

Commentaires

Réveillée plus tôt, dont j'ai dû "encaisser" plus tôt aussi.
J'aurais voulu me rendormir.
Je partage ton analyse.

Écrit par : Sophie | mercredi, 09 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour ses mots qui auraient pu/du être les miens mais que je n'ai pas trouvés.
Ecoeurée, abasourdie... que faire pour empêcher ce cataclysme chez nous ?

Écrit par : Françoise | mercredi, 09 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Les Etats-Unis, bien malades depuis longtemps, avaient à choisir entre la peste et le choléra...
En France? Zéro projet de société, zéro gouvernance à long terme, seront-ils capables de faire face à l'urgence? Il est permis d'en douter.

Écrit par : la baladine | mercredi, 09 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Les zélites prennent les gens pour des c...depuis trop longtemps.
De temps en temps, ça pète. Vont-ils en tirer les leçons ?
Je suis entièrement d'accord avec toi.
Les américains ont choisi le rejet d'un système bouffé par les lobbys et qui se moque des gens.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mercredi, 09 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Bravo, bravo, tout est dit. Comme dans le cochon, y'a rien à jeter. Je prends tout, même les os.
Là, je fais court, je crois que je me suis un peu emmêlé les pinceaux chez ta moitié..A vouloir trop bien faire, parfois, on se casse la marboulette. .Attention, pas moitié de femme ta moitié, comme Trump pense des femmes.
Je suis sûre que dans cette élection, y'avait aussi la peur de mettre une femme à la tête d'un si grand pays. Beaucoup doivent se dire qu'un noir, ça suffisait comme ça. Moi, j'aurais bien revoté pour Obama ou sa femme. Elle est belle la femme à Obama et encore jeune. Elle a de l'avenir politique devant elle...Y'en a un qui doit aussi être content, mais qui ne va pas le clamer sur les toits. C'est jujuppe. Il doit se dire que si les américains n'ont pas peur d'un vieux, pourquoi, dans ce cas, nous, français, on ferait la fine bouche ? Et pis, toi, n'es-tu pas aussi un septentenaire mr le goût ? Tu jongles avec les mots comme un jeune avec 10 balles (encore mieux, en équilibre sur une planche basculante)

Écrit par : julie | mercredi, 09 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Non, le Goût est encore du côté de la soixantaine.

Écrit par : heure-bleue | mercredi, 09 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup M.Le Goût pour votre très bonne analyse.
Christiane

Écrit par : Christiane | mercredi, 09 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

évidemment que tu as raison et surtout ... tu sais de quoi tu parles ! Perso je ne suis pas très "futée" mais je te suis très bien

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 09 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai pas eu le temps de développer ce matin, mais je suis bien sûr d'accord avec toi.

Écrit par : Rosalie | mercredi, 09 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

moi ce fut à 8h15 exactement

Écrit par : liliplume | mercredi, 09 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Je me suis levée plus tôt encore que d'habitude j'aurais mieux fait de rester sous la couette.

Écrit par : mab | jeudi, 10 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Ah j'oubliais ton titre excellent.

Écrit par : mab | jeudi, 10 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Les gens qui votent populiste sont souvent ceux qui n'ont pas les armes pour comprendre ce genre de manipulation et ce n'est pas en supprimant des postes à l'éducation nationale et en créant de nouvelles prisons que ça va arranger la situation . Nos dirigeants intellectualisent alors que la plupart des gens veulent vivre paisiblement du fruit de leur travail , travail qui est le nerf de la guerre . On serait en plein emploi , on ne verrait pas tout ça . Trump va être le déclencheur , hélas d'une banalisation des idées fachos .

Écrit par : Brigitte | jeudi, 10 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Ainsi c'est un fils à papa milliardaire que les Américains ont choisi pour combattre les élites... Notre fille à papa à nous doit se réjouir.

Écrit par : Olivier | jeudi, 10 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Vais me coucher...

Écrit par : Brin de broc | jeudi, 08 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire