Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 19 avril 2017

L'effet mère à tendance à durer...

De rien Mab, de rien...
Il ne me serait jamais venu à l’esprit de voter pour Jean Lassalle.
Madame Lassalle mère avait pourtant trouvé un argument imparable :
« Vous devez voter pour mon fils ! »
Pourquoi ?
Pour son programme ?
Serait-il plus intéressant pour le pays que celui des autres ?
Serait-il plus réaliste que celui des autres ?
Réduirait plus le chômage que celui des autres ?
La dette publique diminuerait-elle plus vite ?
La compétitivité du pays –quoique cela veuille dire- en serait-elle considérablement améliorée ?
Eh bien non, lectrices chéries !
Aucun de ces arguments ne fut avancé par Madame Lassalle mère.
Vous savez pourquoi il vous faudrait, selon maman Lassalle, voter pour fifils Lassalle ?
La raison m’a semblée surprenante et m’a laissé pantois.
Madame Lassalle m’a fait penser à ma mère.
Elle avança la même raison qui, censée être un aimant irrésistible se révélait chaque fois un repoussoir d’une redoutable efficacité.
Oui lectrices chéries, Madame Lassalle fit pareil que ma maman à moi.
Et ça aura probablement le même effet car ma mère n’était pas un exemplaire unique.
Je le sais car je ne suis pas le seul fils de l’espèce humaine.
Maman Lassalle dit donc pourquoi il fallait absolument que nous votassions pour son fils aimé.
Adoré, même…
Pourquoi ?
Parce que, maman Lassalle nous l’annonça de son superbe accent pyrénéen, rocailleux à souhait.
Elle jeta à la face du monde téléregardeur « Mon fils, c’est le plus beau ! »
Oui, si  « Mon fils, c’est le plus beau ! » paraît peut-être un peu léger comme conviction, la foi de sa mère dans les capacités de son fils força mon admiration.
Et un certain effroi chez moi qui sais exactement ce que cache cette admiration maternelle.
Je plaignis Jean Lassalle qui, j’en suis sûr, dût porter des blouses étranges et des pull-over d’épouvante.
Assez renseigné sur les dégâts causés par une telle génitrice, je fus guéri sur l’instant d’apporter mon suffrage à ce martyr.
Vous savez pourquoi ?
Parce que la maman à moi, qui avait une foi genre charbonnier en votre Goût préféré, avait une fâcheuse tendance à me trouver, moi aussi « le plus beau ».
Ce n’est pas que l’assertion fût fausse, non.
C’est juste qu’elle me pourrit la vie avec tant de constance, de ma petite section de maternelle à sa dernière section d’EPADH, que j’aurais trop peur qu’un président ayant subi les mêmes sévices ne se vengeât sur le bon peuple de ce qu’il subît en son jeune temps…

Commentaires

C'est un peu court, comme argument!

Écrit par : livfourmi | mercredi, 19 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Les "traumatismes" de l'enfance ont des effets durables...

Écrit par : Sophie | mercredi, 19 avril 2017

Répondre à ce commentaire

pourtant... je voterai bien pour toi ! ......... si tu te présentais ! :)

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 19 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Eh bien, il me semble que tu t'en tires mieux que Jean Lassalle, quand même. Beaucoup mieux!

Écrit par : la baladine | mercredi, 19 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Non môssieur. C'est mon fils le plus beau, j'en suis certaine. Et je ne l'ai pas affublé de "blouses étranges et de pull-over d'épouvante" ! Quoique... il semble beaucoup regretter le nœud papillon d'une certaine photo de classe de maternelle ! ... :) :) :)

Écrit par : lakevio | mercredi, 19 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Bien moi je trouve cela excellent... humour et véracité...

Écrit par : massiera | mercredi, 19 avril 2017

Répondre à ce commentaire

moi aussi je voterais pour toi !!

Écrit par : colombine | mercredi, 19 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Ta maman a même failli t'appeler Thiébaut.
Thiébaut mon fils !
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mercredi, 19 avril 2017

Répondre à ce commentaire

J'ai épousé un "Thiébaut mon fils". Heureusement, naïve, je ne savais pas ce que c'était... A presque 60 ans, il commence à peine à s'en remettre et je me demande s'il ne fait pas semblant. C'est dire !
No passaran...

Écrit par : christinegio | jeudi, 20 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire