Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 03 juin 2018

« C’est en sciant que Léonard devint scie » dit on en Syrie...

Ça faisait longtemps que nous n’étions pas allés déjeuner d’un « döner » chez notre Turc favori, celui qui s’avère être Syrien, mais du bord. Enfin le bord turc de la Syrie.
Comme chaque fois que nous allons traîner dans ce quartier, nous y allons, nous y déjeunons et, depuis la première fois où nous y sommes allés, nous n’y avons jamais fait un repas sans compagnie.
Il y a toujours eu à notre table un ou deux convives avec qui nous avons tenu une conversation.
Nous y avons toujours appris quelque chose d’intéressant sur des pays dont nous ne savons que peu de choses.
Hier, c’était un « Syrien de nationalité française » qui nous a raconté son Marocain de père et ses pérégrinations dans la partie Est de la seconde guerre mondiale.
Son père était né en 1919, deux ans avant le mien.
Le mien était parti vers la Tunisie, la Sicile, l’Italie et, après avoir combattu à la bataille de Monte Cassino, était remonté vers le Nord, vers la France, la Provence pour finir en Allemagne.
Le sien avait commencé un périple voisin. Il avait lui aussi participé à la bataille de Monte Cassino puis avait obliqué vers l’Est et avait fini en Syrie non sans être passé par la Lybie où il avait failli être tué en participant à la célèbre bataille d’El Alamein.
Une fois en Syrie, on lui avait proposé le choix de la nationalité, il avait opté pour la France mais était resté en Syrie jusqu’à ce qu’il se marie et vienne en France avec un fils, notre voisin de table.
Ce monsieur nous a confirmé que ce « döner » est le meilleur de Paris.
Et il semblerait qu’il les ait tous essayés…
Puis nous sommes sortis et repartis pour une longue promenade qui a changé de but dès la porte du « döner ».
Censés aller aux Halles pour y acheter des chaussures, nous avons changé de but.
Plutôt qu’aller tout droit, rue des Petites Écuries, descendre la rue du Faubourg Poissonnière, rue Poissonnière et toutes les autres, chacune étant le prolongement de la précédente jusqu’à Saint Eustache.
Je crois que ces rues changent de nom juste pour que ce soit plus pratique pour le facteur et le promeneur.
Sinon, ça ferait comme Burnside street à Portland, Oregon.
Si on la prend vers l’Est et qu’on marche tout droit, on arrive à New-York…
Nous avons donc changé de destination pour le « Bistrot Vivienne », ses boules de glace et la crème chantilly.
En passant, on a acheté des verres car je casse beaucoup, chez « Maisons du Monde ».
Puis nous avons atteint la Galerie Vivienne, en passant par « les passages ».
La verrière, magnifique, est en cours de restauration mais on a pris soin du touriste.
L’échafaudage est habillé de fleurs grimpantes et on a l’impression d’arriver sous une grande tonnelle.
Et, comme toujours, les murs de la ville sont des endroits de dialogue, sauf que c’est mieux que sur FB.
C’est la lumière de mes jours qui a vu la première ce dialogue car j’étais occupé à regarder passer une rousse en short de l’autre côté de la rue en me disant « ma cocotte, tu vas attraper un coup de soleil sur tes jambes pâles et tu vas pleurer… »
Oui, lectrices chéries, quand on papote sur un mur de Paris, ça donne ça :

20180602_144732.jpg

Commentaires

C'est intéressant votre conversation à table, les trajets voisins puis écartés de vos pères, pour finir à une table où les fils mangent des döners à Paris !

ça m'étonne que tu n'aies jamais eu envie de répondre à un tag ?!

Écrit par : Sophie | dimanche, 03 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Un aveu : je n'ai jamais mangé de döner.

Écrit par : Dame Marthe | dimanche, 03 juin 2018

Répondre à ce commentaire

C'est un truc de païen ! ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 03 juin 2018

Ton titre ne serait-il pas plutôt :
« C'est en sciant que Léonard devint scie, dit-on en scierie... »
Tu casses beaucoup ? C'est mieux que si tu ne cassais rien...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | dimanche, 03 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Tout comme Dame Marthe ! sans doute la conséquence des relents d'une éducation familiale exclusive.

PS : Tellement un truc de païen que Mossieur not' maire est parti en guerre contre eux ! Calotte et hussards noirs, même combat.

Écrit par : nicole 86 | dimanche, 03 juin 2018

Répondre à ce commentaire

J'en avais toujours eu envie mais jamais l'occasion, et quand j'ai vu un reportage sur l'importation de viandes déjà embrochées et congelées, de qualité douteuse, cela m'a ôté l'envie d'essayer n'importe où.
Lectrice attentive, j'ai désormais au moins deux adresses auxquelles me fier, il n'y a que l'occasion qui manque, mais je saurai la créer.

Écrit par : Dame Marthe | dimanche, 03 juin 2018

Répondre à ce commentaire

On en a aussi quelques-uns, des döner kebabs. Et puis les snacks turcs ne manquent pas à Bruxelles (il y en a un pas mal pas loin de chez moi, mais plutôt style pizzeria turque, j'y mange toujours des mezzedes).

L'histoire de vos pères m'intéresse. C'est un peu abstrait, vu comme cela, mais si ton père a terminé en Allemagne, j'imagine qu'il était dans une armée alliée? Mais laquelle? Tu as plus de détails? Parce que le mien s'est aussi engagé en 45 (il était français, bien que né à Bruxelles), et lui est descendu -je ne sais où pour faire sa formation dans l'artillerie- puis il est remonté vers l'Alsace, a traversé le Rhin, est passé sans doute par la Forêt Noire, et puis s'est retrouvé, malheureusement, du côté de Dachau. Il n'y est pas allé, mais il voyait les soldats alliés en revenir complètement retournés.

Bref... Je me souviens bien de la galerie Vivienne. A l'époque où je l'ai vue (2002), la première partie était bien, la deuxième était déjà en restauration. Du moins il me semble. Je crois que c'est mon dernier séjour un peu long à Paris. A part des journées en thalys, pour voir des expos. J'ai bien envie d'y retourner. Vous me donnez envie !

Écrit par : Pivoine | dimanche, 03 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Ah oui, les Boloss, je vois ce que c'est o;)))

Écrit par : Pivoine | dimanche, 03 juin 2018

Répondre à ce commentaire

ça! pour casser ...tu casses ! Ce n'est pas la première fois que tu nous dis que vous avez acheté des verres !
Pour mardi , j'ai un petit conseil à te donner : surtout avant que l'on t'endorme ne pense pas à tes lectrices chéries ...au réveil tu risques trop parler et les infirmières vont croire qui sait quoi !

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 03 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire