Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 janvier 2019

Voyage dans la Lune.

Que je vous dise, lectrices chéries :
Non, votre Goût adoré n’est pas le créateur de cet admirable « J’ai dû m’endormir en sursaut ! » qui semble vous plaire beaucoup.
Il convient donc de rendre à César ce qui appartient au regretté Franquin.
En effet, ainsi se justifiait Gaston Lagaffe, serré par Fantasio ou Prunelle en train de glander aux frais de Monsieur Dupuis.
Cela dit, ce n’est pas de ça que je voulais vous parler de prime abord.
Je voulais vous parler lectrices chéries de l’occasion qui m’est donnée de revivre ce moment passionnant de ma jeunesse.
Et ça ne paraît pas, mais reculer de cinquante ans sans effort est une occasion à ne pas rater.
Un documentaire de CNN Films sort bientôt.
Je me précipiterai  dès qu’il arrivera sur nos écrans.
Ouais, lectrices chéries ! « Apollo 11 » que ça s’appelle !
J’avais vingt ans quand les Etats-Unis ont réussi à envoyer trois types sur la Lune.
Ils ont même réussi à les faire revenir.
C’était émouvant.
Rien que le décollage d’un cigare géant de près de cent-quinze mètre de haut plein de liquides qui ne demandent qu’à exploser dès qu’on les mélange, ça vous avait une de ces gueules !
J’en frissonnais d’émotion.
En plus, à l’époque j’étais encore gentil.
Je veux dire par là que, bien que de gauche, je n’étais pas comme Waldeck Rochet, en train de souhaiter intérieurement l’explosion du monstre au décollage…
Je suis sûr qu’il pensait « Boum ! Trois capitalistes de moins ! » en entendant s’égrener le compte à rebours.
Le voyage dura plus de trois jours. Trois jours de suspense.
Mon père et moi passions du temps devant la radio et, le soir, devant la télé des voisins.
Au café du coin, les querelles habituelles sur la politique avaient provisoirement cessé.
Même « LE » communiste du coin s’était calmé, saluant platement l’évènement d’un « Si les ricains n’avaient colonisé économiquement la moitié du monde, z’auraient pas pu se payer un jouet comme ça ! Fumiers ! »
Nos trois héros arrivèrent enfin sur la Lune.
l’ORTF avait mis les petites caméras dans les grandes.
L’instant fut unique.
Neil Armstrong a mis le pied sur la Lune.
Le silence sur Terre, du moins dans le bistrot resté ouvert pour l’occasion, fut assourdissant.
Même Michel Anfrol s’est tu.
Rien que ça souligne l’importance de l’exploit.
Ceux qui, comme moi ont assisté à l’alunissage du LEM, savent combien faire taire Michel Anfrol, le journaliste le plus prolixe de l’ORTF était une performance…
Donc, lectrices chéries, j’attends ce documentaire avec impatience.
Cette fois, avec la prudence due aux années, je n’aurai pas l’envie de faire une fusée.
Je ne pouvais perdre qu’un œil.
Ce fut fait…

Commentaires

Je trouve émouvant que tu te souviennes si bien de cet événement.

Je ne dois pas avoir l'esprit scientifique, parce que je ne me souviens pas être restée devant mon poste (une grosse boîte carrée) pour voir l'événement. Ni d'en avoir été émue tellement.

Seulement un peu inquiète peut-être et méfiante surtout.

Mais je me méfie de tant de choses maintenant qu'il faudrait que je fasse un tri sévère !!!

Écrit par : Sophie | jeudi, 31 janvier 2019

Répondre à ce commentaire

Un type qui s'appelle « Va l'décrocher » et qui n'a jamais réussi à décrocher la lune ?
Pas crédible, le type... ;-)
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | jeudi, 31 janvier 2019

Répondre à ce commentaire

Je me souviens parfaitement de cette retransmission. A l'époque je me croyais un avenir radieux. Enfin.. plus radieux, lolll

Écrit par : ang/col | jeudi, 31 janvier 2019

Répondre à ce commentaire

fais attention..... tu n'as plus (même si HB dit que si !) l'âme d'un enfant ! Tu vas peut-être être déçu en revoyant ce moment historique qui t'a tant ému à l'époque !

Écrit par : emiliacelina | jeudi, 31 janvier 2019

Répondre à ce commentaire

Chez nous non plus pas de télé. Mon frère avait monté une petite radio en kit (avec mon aide pour lire le code couleur des résistances - malheur aux daltoniens). Il y avait un écouteur, rose prothèse, monstrueusement gros, qu'il fallait introduire dans l'oreille (nos parents dormaient). La radio crachotait terriblement. Je ne sais plus quelle radio a annoncé en avance qu'Amstrong avait mis le pied sur la lune. On a entendu le "petit pas pour l'homme..." On était contents.

Écrit par : GM | jeudi, 31 janvier 2019

Répondre à ce commentaire

J'avais 20 ans aussi ...et me suis mariée le Week-end suivant ...

Écrit par : Martine 68 | vendredi, 01 février 2019

Répondre à ce commentaire

Entendons-nous bien Le Goût..... "Tu vas te précipiter" écris-tu ? Je veux être là pour voir ça. La dernière fois que tu avais dit vouloir te précipiter pour voir un film au cinéma c'est à la sortie de Gaston Lagaffe.... Et tu ne l'as toujours pas vu:-)))))))))))))))))))
Vraiment, je veux voir ce que ça donne un Goût qui se précipite....
Merci, ta phrase va me faire ma journée:-))))))))))))))
Allez, je retourne réviser.

Écrit par : Imaginer | vendredi, 01 février 2019

Répondre à ce commentaire

Rappelle toi Mr Talleyrand : "Doucement cocher, nous sommes pressés !"

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 01 février 2019

je m'en souviens très bien, on était à la mer avec le petit frère, le cousin et ma mère et là dans l'appartement de mon oncle il y avait une télé, on a regardé ça avec des yeux d'enfants, je ne sais pas si on se rendait bien compte mais apparemment l'impression (en tout cas chez moi) était assez forte pour me souvenir exactement du lieu et des circonstances :-)

Écrit par : Adrienne | vendredi, 01 février 2019

Répondre à ce commentaire

Je dirai un peu comme Adrienne. Sauf que nous n'avions pas la télé. Nous étions à la maison, dans le jardin. Je n'ai sans doute pas écouté la radio, j'étais trop jeune. Mais le journal auquel mes parents étaient abonnés a organisé un concours de dessin sur le thème de la lune et j'ai envoyé un dessin. J'ai déjà raconté cette histoire, je rabâche. Je n'ai pas reçu "le petit cadeau habituel", mais mon dessin a été publié dans le numéro spécial en couleurs. Et je l'ai toujours, ce numéro. Ceci dit, j'étais impressionnée, mais sans bien me rendre compte. Il y avait déjà eu le Spoutnik, à l'Expo 58...

Écrit par : Pivoine | vendredi, 01 février 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire