Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 14 mars 2019

Il ne faut pas mettre tous ses « e » dans le même panier…

Nasrin Sotoudeh.jpg

Hier, contrairement à mes habitudes, j’ai signé une pétition.
Cette pétition.
Un ami –oui, un mâle- m’avertissait qu’une pétition circulait qui essayait d’empêcher un châtiment inique de s’abattre sur quelqu’un pour cause d’opinion contraire à la lubie d’une poignée de fanatiques.
Vous savez bien, lectrices chéries, combien est lourde la tendance des religions en général et des religions monothéistes en particulier, de rendre les femmes responsables du désir qu’elles inspirent.
Pour paraphraser certains racistes et antisémites « je ne suis pas féministe mais… »
Plus exactement, je ne suis pas assez féministe pour m’associer à la stupidité qui oublie que « ce qui fait la langue, c’est l’usage » et ne voit dans tout mot masculin qu’une attaque contre le féminin.
Je ne suis donc pas féministe mais… je suis un ardent partisan de l’égalité stricte de droit et de salaire.
Droits et salaires qui doivent être pesés, les premiers en fonction de la Loi, les seconds en fonction du travail et des mérites.
En aucun cas être pesés en fonction du genre ou du sexe.
De même, je ne confonds pas « égalité » et « identité » et j’aime autant que soit préservé le dimorphisme sexuel qui rend la vie des unes et des autres si intéressante.
Cela dit, c’est de cette pétition que je voulais vous parler et de la comparaison des risques encourus.
Je voulais donc vous parler de Madame Nasrin Sotoudeh, avocate de son état.
Cette dame, qui a droit à tout mon respect car c’est une femme et toute mon admiration pour son courage, a osé s’élever contre un diktat qui prétend, dans son bled au gouvernement moyenâgeux, s’affranchir de l’obligation de s’habiller comme un jambon au torchon mais noir.
Noir le torchon, pas le jambon…
Cette dame donc est déjà mal vue par le pouvoir car elle défend les droits de l’Homme.
Son goût pour les cheveux au vent et le visage découvert pour qu’on voie son sourire l’ont conduite à écoper de huit ans de calèche et cent-quarante-huit coups de fouet.
Pourquoi cent-quarante-huit ?
Mystère…
J’admire le courage de cette femme, qui se bat pour être simplement elle-même et comme elle a envie de l’être, et qui se bat pour toutes les autres femmes qui voudraient être elles-mêmes  et pas les bêtes de somme ou les esclaves d’hommes qui les considèrent comme un bien meuble.
Néanmoins je ne peux m’empêcher de comparer son action pour la défense des femmes et les risques qu’elle encourt et le féminisme de celles qui vivent dans un pays où elles ont, du moins dans les textes, les mêmes droits que les hommes et qui n’ont fait du féminisme qu’une autre forme de sexisme.

Commentaires

Rien à ajouter, j'ai signé aussi hier.

Comment survivra-t-elle à 148 coups de fouet est une autre interrogation ?

Écrit par : Sophie | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

148 coups de fouet risquent de la tuer plus sûrement que 8 ans de prison.

Écrit par : le_gout_des_aut | jeudi, 14 mars 2019

Pour que cesse cette barbarie, il faut bien plus qu'être féministe, j'en suis convaincue. Disons que chacun à sa mesure essaie de faire avancer les choses.Il y en a qui sont plus pressées et plus urgentes que d'autres. Je suis féministe, pas chienne de garde, je crois que la différence n'est pas mince. Mais d'accord avec toi, ici celles qui sont montées en exergue dans nos médias sont bien souvent, trop souvent, dirai je, des féministes en diable ou de pacotille, comme tu préfères.

Écrit par : delia | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Condamnation d'un autre temps...
Il faut signer la/les pétitions en espérant qu'elles seront utiles.

Écrit par : Françoise | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

pauvre femme...quel courage

Écrit par : ang/col | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

J'ai signé également.

Écrit par : heure-bleue | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Je ne l ai pas vue mais j aurai signé aussi ! Comment ne pas admirer cette femme et son courage ?

Écrit par : Emiliacelina | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

il paraît que ça aide vraiment, les signatures... alors on signe!

Écrit par : Adrienne | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

N'oublions pas quand même, que si nous vivons dans un pays où « les femmes ont -du moins dans les textes- les mêmes droits que les hommes, » c'est parce qu'il y a eu, dans ce pays, par le passé, des femmes qui se sont élevées, comme cette avocate, contre la tyrannie de certains hommes, et contre le fait d'être « les bêtes de somme ou les esclaves d’hommes qui les considéraient comme un bien meuble ». Certaines ont été traitées de sorcières, brûlées, fouettées, violées, lapidées, vitriolées, et toutes autres sortes de joyeusetés, juste parce qu'elles étaient des femmes.
Le féminisme n'est pas une question de lieu, mais de temps. C'est simple : sur la terre, le Moyen-Age n'avance pas à la même vitesse dans tous les pays...
Merci pour ce billet. J'ai signé. ;-)
Bisous célestes
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Merci.

Écrit par : Anita | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Pour repondre à Celestine, en fait les femmes avaient plus de droits (au moins dans les faits) à certaines périodes du moyen-age qu'elles en ont eu ensuite, au 19eme siècle par exemple.
Moi aussi j'ai signé, et c'etait chouette, le temps que j'étais sur le site, de voir le chiffre monter de seconde en seconde.... Ce vendredi matin, on est à plus de 40 000 signatures...

Écrit par : Isabelle Z | vendredi, 15 mars 2019

Répondre à ce commentaire

J’ai suivi ton lien et j’ai signé ! Merci !

Écrit par : Francelyne | vendredi, 15 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Comme Francelyne, j'ai signé.

Écrit par : Praline | vendredi, 15 mars 2019

Répondre à ce commentaire

J'ai signé et partagé, de tels jugements sont tellement abominables !

Écrit par : Fabie | vendredi, 15 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire