Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 mars 2019

Je ne vois pas les sous venir…

Vous savez quoi, lectrices chéries ?
Eh bien, quand vous avez traversé la Seine en passant par le Petit Pont parce que vous êtes allés voir Notre Dame, vous arrivez quai de Montebello.
J’ai chantonné en y pensant «  Dis, t’as vu Montebello ? Non, j’ai vu monter personne… » sur cet air-là :

Ouais, bon, ne dites rien, c’est mercredi aussi pour moi…
Vous tournez à droite en sortant du pont et, après avoir marché quelques dizaines de mètres, vous arrivez à un petit square.
J’y pense aujourd’hui parce que je mangerais volontiers un des petits choux de « chez Odette ».
De fait j’ai le romantisme digestif…
Ce petit square est bien trop rangé aujourd’hui.
Il est moins fouillis et bien plus envahi par ces odeurs que Mab semblait regretter avant que la camarde ne l’embarque.
Revenons à mon petit square pas si petit que ça et trop bien rangé aujourd’hui.
Je ne sais pas d’où est venue cette manie de vouloir « réaménager » ces squares si chouettes.
Ils étaient tous un peu fouillis, plein de recoins où pouvaient se cacher les amoureux et les enfants et dont les frondaisons assuraient l’ombre propice aux entreprises des uns et des autres.
Ces squares, jardins qu’ils étaient, sont maintenant remplacés par des « espaces verts ».
Zones dégagées où les arbres ne sont laissés là que comme vague décoration d’une pelouse sans âme.
Même, dans certains, les allées autrefois sablonneuses ont été asphaltées, de peur sans doute d’empoussiérer les « Louboutin » des unes et les « Weston » des autres…
Ce square, coincé entre la Seine et l’église Saint Julien le Pauvre, était mal rangé et à l’époque bénie où j’usais mes « newman » pas très loin dans de grands bâtiments, j’aimais bien m’y asseoir histoire que des gens dont je n’ai pas le droit de parler puisse reposer leur tête sur mon hospitalière épaule.
Oui, à l’époque j’avais l’épaule très hospitalière…
Ce n’est pas que je ne le sois plus mais mon hospitalité semble intéresser moins de monde.
Allez donc savoir pourquoi…
Heureusement, je peux quand même aller avec la lumière de mes jours et une amie déguster ces petits choux à la crème.
C’est à côté de l’entrée de l’église.
Ce n’est pas que je croie en un dieu quelconque, mais il y fait si frais l’été…
D’ailleurs, si j’y avais cru encore en sortant de chez les Frères, le film « Les diablesses » que nous avons regardé hier soir m’aurait guéri.
Il m’a prouvé une fois de plus, si besoin était, que « croire » c’est surtout « ignorer »…

Commentaires

Bonjour l'ami, c'est rare que je vienne si tard, mais si j'avais lu ton billet, c'était entre deux portes si je puis dire. Occupée toute la matinée, les mises à jour à faire et pour ma version il y en a peu, mais c'est d'un long... un peu comme un jour sans pain !

J'étais à peine remise que j'ai une visite, plaisante certes, mais rare (ou l'inverse ; plaisante parce que rare), mais j'ai le dos en compote. Et je n'ai pas une bonne âme pour m'en- baumer (je rigole)

Tu dis avoir le romantisme digestif, moi c'est l'imagination cuisinière ! à tt prendre c'est plus mieux bien pour toi !

Tu parles de petits choux et paf, je vois du chou chinois et de la saucisse au couteau (découverts avec vous), des choux farcis (comme les cuisinait ma maman), ou des choux de Bruxelles avec une bonne grillade de porc.

Et voilà que en pleine euphorie, j'arrive sur les choux à la crème, non pas que je n'aime pas, mais voilà, les autres plats n'étaient pas mal non plus....

En revanche je suis tout à fait d'accord avec toi, les squares ne sont plus ce qu'ils étaient. Même le mien sous mes fenêtres, et que j'ai vu installer il y a une vingtaine d'année, ne présente quère de recoins. Quant aux bancs , il n'y en a pas sous les arbres (souligné). Tout est plein soleil , ainsi que l'espèce de jeu d'escalade que les mères doivent surveiller, tout en cuisant lentement au soleil, tandis que les bambins se brûlent les mains aux filins et autres bidules en plastique.

Il faut que je regarde si "Les diablesses" sont en replay, car je ne suis pas en pleine forme pour regarder en ce moment.

Écrit par : Sophie | mercredi, 13 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Quand j'ai lu quai de Montebello, j'ai exactement fredonné l'air que tu cites...

Les mêmes références ???

Écrit par : Sophie | mercredi, 13 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Croire c'est ignorer...les Lumières contre l'obscurantisme, toujours et à jamais...
•.¸¸.•*`*•.¸¸•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

ah tu ne l'avais pas vu encore ce film

Écrit par : epalobe | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Frondaisons , champêtre , bucolique , sylvestre , agreste.....; tous ces mots moins fréquentés , et pour cause , romantiques comme des petits sentiers de campagne fleurie , calme et odorante ; ils me donnent du plaisir , tels de petits joyaux anciens

Écrit par : epalobe | jeudi, 14 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire