Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 22 mars 2019

J’ai vu les nabis, là.

Ouais, non, mais à l’eau…

nu bleu.jpg

Nous sommes allés au musée du Luxembourg voir l’exposition « Nabis et le décor ».
Je préfère Bonnard au musée d’Orsay mais bon…
Nous y sommes allés avec une amie.
Enfin, je dis une amie alors que si ça se trouve c’est même pas vrai, d’ailleurs on n’est même pas ami sur FB, ça ne peut donc pas être une amie…
On la voit rarement mais on ne regrette jamais la voir.
Elle, je ne sais pas…
Mais l’important n’est pas là.
Elle a mal.
Elle a mal tout le temps et ça se voit.
Alors je suis souvent gêné d’avancer car j’ai mal pour elle.
Heureusement, si l’on peut dire, Heure-Bleue à mal aussi.
Très souvent mal.
Elle a mal au dos, comme notre amie mais aussi aux pieds.
Je me demande tout le temps s’il n’y a pas quelque chose d’efficace, non pour supprimer la douleur, mais quelque chose pour guérir la maladie plutôt que soigner les symptômes.
Je me demande tout le temps si je prends assez soin d’elles.
Après un certain temps j’ai un peu honte d’avoir mal nulle part et de me balader sans autre gêne que les voitures qui m’empêchent de traverser les rues là où j’ai envie de le faire.
Malgré tout, à la sortie du musée notre promenade fut assez gaie.
Une chose nous amuse tous dans le quartier du Sénat, en dehors de Saint Sulpice qui n’est pas drôle du tout, ce sont les agences immobilières.
Il y en a quelques unes qui valent le détour.
Notamment une près de la place Saint Sulpice.
Parmi les choses assez drôles, il y a les prix d’appartements qui défient l’imagination et justifieraient n’importe quelle jacquerie.
Des appartements, certes très beaux mais à trois ans de SMIC le mètre carré j’ai eu beau regarder les photos, pas une seule cuisine pavée d’opale ou carrelée d’améthyste.
Mais le plus drôle n’est pas ça.
Le plus drôle reste le personnel de l’agence.
Ces gens qui traversent le local, un « open space », allant d’un bureau à l’autre d’un pas altier, l’air important.
Un air de propriétaire, en somme…
À les voir passer comme ça, je me suis dit que peut-être « il y a des œufs par terre ».
Ces aimables farceurs regardent le monde qui s’arrête devant leur vitrine en oubliant par moment qu’ils ne sont que les commerçants chargés de vendre un stock qui ne leur appartient pas.
Au moins ça semble avoir eu l’avantage de faire oublier un moment sa douleur à notre amie comme à Heure-Bleue.
Nous avons laissé notre amie à la Station Luxembourg et avons traversé la place pour prendre un café en attendant le 21 qui allait nous amener à Saint Lazare.
Comme dit la lumière de mes jours
« C’était bien »…

Commentaires

J'aurais, tout comme toi, préféré Bonnard aux Nabis. Mais bon, Bonnard , tu peux le retrouver au moins en partie à Marmottan.

ça me ferait presque plaisir qu'Heure-Bleue et votre amie aient toutes deux le dos douloureux, et les pieds pour la première. J'ai mis ça un moment sur le vent, les giboulées, ben bon, le soleil brille il fait moins froid, du moins l'après-midi (à ce que je vois) et j'ai toujours mal.
Alors, il faut que je me fasse une raison, ça va durer !!!

Ah, les agents immobiliers, ne m'en parle pas !

PS - j'ai du shampoing dans ma sdb .... (ohé, quoi !) - suite de ton titre.

Écrit par : Sophie | vendredi, 22 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Aurais je manqué d'attention ?
Je ne me souviens pas de ce tableau. Ou alors c'est Bonnard.

Écrit par : Berthoise | vendredi, 22 mars 2019

Répondre à ce commentaire

C'est Bonnard à Orsay.

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 22 mars 2019

Au fait, j'ai oublié : vous avez fait un petit tour à La Procure ? j'aimais bien fouiner là !

Écrit par : Sophie | vendredi, 22 mars 2019

Répondre à ce commentaire

j'aimais bien flâner dans ce quartier là

Écrit par : ang/col | vendredi, 22 mars 2019

Répondre à ce commentaire

« ...en oubliant par moment qu’ils ne sont que les commerçants chargés de vendre un stock qui ne leur appartient pas. »
Ils savent quand même que la petite commission qu'il vont toucher fera plus de trois fois le smic... C'est ça qui les fait marcher sur des oeufs...
 •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | vendredi, 22 mars 2019

Répondre à ce commentaire

J'ai toujours trouvé les agents immobiliers un peu bizarres. D'abord, on les prend jeunes, beaux, trentenaires et arrogants. Je n'aime pas spécialement cette engeance. Ne les intéressent en fait que les propriétaires vendeurs ou bailleurs. Jamais les acheteurs ni certainement pas les locataires (qu'ils méprisent - et encore plus si leur nom n'est pas français) même si sans acheteurs, ils ne vendraient pas donc ne toucheraient pas de commission (c'est une courtière en immobilier qui me l'a dit). Je pourrais écrire un roman là-dessus... (J'ai travaillé dans une immobilière - mais côté gestion d'immeubles et gestion locative).

Mais votre visite de musée est plus intéressante... Malheureusement, à part un miracle (et même pas Lourdes, je ne crois pas), on doit se faire à la douleur chronique. Des fois, après beaucoup d'examens, et un toubib enfin efficace, on tombe sur quelqu'un qui vous accorde enfin l'infiltration qui vous permettra peut-être enfin de remobiliser le bras (ou autre chose).

Apparemment, point de vue soins, on est quand même mieux loti en France que chez nous... Eh oui (niveau kinésithérapie). Enfin, la douleur, on peut gérer, mais quand la mobilité en pâtit, c'est gênant, or, il faut bouger ... Bon, je vais aller regarder des capsules sur comment se lever le matin sans être tout à fait percluse de rhumatismes o;)))

Écrit par : Pivoine | vendredi, 22 mars 2019

Répondre à ce commentaire

J'aime aussi Bonnard, je l'ai vu - au Grand Palais ? En avril 2006. C'était une magnifique rétrospective, ce fut un coup de coeur.

Écrit par : Pivoine | vendredi, 22 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Je me souviens de la grande exposition Bonnard à l'orangerie des Tuileries, à laquelle j'étais allée avec un jeune homme, il y a plus de cinquante ans...
Les Nabis ne me tentent pas (j'ai compris les deux jeux de mots du début), en revanche je sens que je vais me replonger dans les visites du château de Versailles, qui avait été une durable tocade il y a une trentaine d'années ; il faut avoir le pied sûr pour traverser la cour pavée, je sens que ce sera long avec mon mari.

Écrit par : Dame Marthe | samedi, 23 mars 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire