Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 08 mai 2019

La Madeleine est une zone à rides...

ikea madeleine.jpg

Comme prévu, malgré nos hésitations sur le but de notre promenade, nous sommes sortis.
Nous sommes allés en direction de Saint Lazare, tergiversant toujours.
« Hammershøi » ou « Ikea » ?
Notre fibre intellectuelle s’est brisée au dernier moment, la curiosité avait trop tiré dessus…
Nous regardions, depuis la vitre du bus, le mouvement de la rue.
Je n’ai pu m’empêcher de me dire que Paris est une ville extraordinaire.
On y voit plein d’enfants étranges faire de la trottinette.
Même des gosses de soixante-dix ans bien tassés et qui, comme le « beatnik » des sixties, attachent quelques cheveux blancs trop longs et trop rares avec un « chouchou ».
Un peu comme Merveille qui a douze ans, les cheveux châtains, longs et drus au lieu de blancs et maigres.
Mieux, je crois de ces vieux mômes qu’ils cherchent délibérément à se faire foutre en l’air par les voitures.
Se balader en trottinette au milieu de circulation de la rue Saint Lazare, les écouteurs dans les oreilles et le regard fixé sur leur « smartphone » est faire preuve d’une inconscience rare.
La chose est d’autant plus risquée que l’automobiliste n’est pas plus prudent qui ne lève l’œil de son smartphone que pour vérifier qu’il n’y a pas de flic dans les environs…
Le problème des retraites semblait donc en voie de solution expéditive quand nous sommes descendus du bus.
Après avoir flâné jusqu’à l’entrée du boulevard de la Madeleine, il nous a fallu faire la queue, comme au musée Jacquemart-André mais l’entrée était gratuite.
Nous avons donc fait un tour dans la nouvelle boutique « Ikea Madeleine ».
Heure-Bleue a failli acheter quelque chose mais la queue aux caisses l’en a dissuadée.
J’ai aussi failli acheter quelque chose mais je me suis heureusement ravisé.
Oui lectrices chéries, sur la foi de ce que j’avais vu sur leur site Internet, je me suis précipité –lentement, vous me connaissez- sur une « cocotte » en fonte.
Le prix était le même que sur leur site.
Hélas, à voir la « cocotte », la taille en permettait au plus la cuisson d’un moineau accompagné de deux pommes de terre à la condition expresse que ce soit des « grenailles »…
Nous sommes ressortis soulagés et ahanant car dans cette boutique, trop petite pour des produits « Ikea », l’odeur repoussante des meubles en aggloméré nuit encore plus aux éponges que la circulation sur la place, entravée qu’elle est par les idées de Madame Hidalgo en matière d’aménagement de la circulation.
Nous avons fait une halte dans un… Un… Bref, Heure-Bleue vous racontera mieux que moi là où nous avons bu un café.
Nous avons repris ensuite notre promenade jusqu’au Monop’ de la Place Saint Augustin.
L’église était visible, les échafaudages qui la cachaient ayant enfin disparu.
Je m’étais dit qu’après la tour Saint Jacques enfin visible, je revoyais enfin Paris comme je le voyais gamin, mais propre.
Hélas, il y eut le feu à Notre-Dame.
Damned ! Encore raté.

Commentaires

cocottes et poêles Ikéa, j'en ai elles sont inusables, je ne sais pas s'ils les font encore, non émaillées ?

Écrit par : ang/col | mercredi, 08 mai 2019

Répondre à ce commentaire

J'ai, pas très loin, un immeeennssse magasin Ikéa, et quand j'y allais, je perdais un temps fou à trouver ce que je cherchais : ils ont le chic pour ne pas indiquer au départ les différents rayons et t'emmènent dans un dédale qui n'est conçu que pour te tenter ! Je ne sais pas si c'est toujours comme ça ? On m'a dit qu'il fallait regarder sur le site internet, avoir l'indication du rayon, et après tu filoches direct.

J'ai un faitout Ikea : toujours aussi beau, aussi performant. Même s'il avait coûté un bras.

Hier, je redoutais un billet 'Ikéasien", mais finalement, grâce aux trottinettes et à tes fines observations, c'est très bien.

Écrit par : Sophie | mercredi, 08 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Nous sommes en pleine période pré électorale (damned). Nous sommes effectivement en trop (Les 60-80... et plus ) mais je ne veux pas faire de la trottinette. Je suis pas dingue... paraît qu'on va vous reconstruire notre Dame pour 2024 ? Je n'aime pas nos hommes politiques, je n' aime pas les élections. Je déteste voter. Et si je m'enfuyais ? Ce jour-là ? À Paris par exemple......

Écrit par : Pivoine | mercredi, 08 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Le 24 mai. Vous votez aussi aux Européennes ? Pour du glyphosate du nucléaire et refouler les migrants à la mer... pfff quelle époque.

Écrit par : Pivoine | mercredi, 08 mai 2019

Répondre à ce commentaire

c'est pour entretenir tes biceps, la cocotte en fonte?
(je ne me casse plus le dos à utiliser les miennes ;-))

Écrit par : Adrienne | mercredi, 08 mai 2019

Répondre à ce commentaire

En Vendée nous avons été consternés de voir les jeunes sur des hoverboards, regardant leur téléphones portables, avec les écouteurs dans les oreilles, faire des aller/retour en bordure de l'océan sans le regarder...

Écrit par : Fabie | mercredi, 08 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Pourquoi aller chez Ikea si l'odeur te répugne ? Parfois tu me laisses songeuse.... Pourquoi perdre une journée à faire quelque chose dont tu sais d'avance que tu vas prendre plaisir à le critiquer ?

Écrit par : Imaginer | mercredi, 08 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Pour faire parler Imaginer.
T'as vu ? Ça marche, hein !

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 08 mai 2019

T'as de la chance que je t'aime toi:-)

Écrit par : Imaginer | mercredi, 08 mai 2019

J’adore ta solution pour les retraites !

Écrit par : Manoudanslaforet | mercredi, 08 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Quand je réussis à trainer mon mari à l'Ikéké de Clermont-Ferrand (là, par ce temps pourri, j'irais bien m'y balader, mais, j'ai pitié du mari pour qui c'est un supplice), je ramène toujours des trucs, souvent inutiles, souvent des trucs pour la cuisine…
A voir la foule devant le magasin de la Madeleine, ne me dis pas que les gens attendent leur tour pour entrer que des clients en sortent ? Pire qu'un 1er jour de soldes à Paris...De donner des idées de suicides à tous les patrons des Confos, But par ci, but par là...Quand je vais chez eux, y'a pas un chat la semaine ou alors, des promenailloux comme nous, bref, des retraités en mal de contact humain..

Écrit par : julie | jeudi, 09 mai 2019

Répondre à ce commentaire

A trottinette avec cles écouteurs et le smarphonne en main ? De plus en plus fort! Vous en voyez du monde durant vos balades!!

Écrit par : Emiliacelina | jeudi, 09 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Le Gout, j'aime bien la description des Parisiens ce jour de sortie "Ikéa"et notamment les amateurs de trottinette qui vont de sept à soixante-dix ans qui, tel les fameux beatnik des sixties profitent de leurs cheveux blancs pour les attacher en toute liberté . L'observation est royale !

Écrit par : Jerry OX | vendredi, 10 mai 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire