Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 septembre 2019

L’été indien…


Au moins une bonne nouvelle : L’été ne cessera cette que le vingt-deux septembre !
C’est toujours ça de pris.
Confiant comme toujours dans des informations données par des scientifiques, des vrais, pas des économistes, je fus heureux de l’apprendre hier soir avant d’éteindre le PC qui me permet d’avoir vent des mensonges qui courent le monde.
Mon enthousiasme fut douché dès que je mis le pied par terre.
Que je vous dise, lectrices chéries : Ce matin je me suis levé comme tous les matins d’été, plein d’enthousiasme.
Je me suis précipité, mais lentement car il est quand même tôt, dans la cuisine avec l’idée d’admirer une fois encore le ciel du matin dans ce coin de Paris scandaleusement doté de cette lumière magnifique qui attira tant de peintres.
Hélas, nous laissons la fenêtre ouverte la nuit et en me penchant sur l’évier pour regarder le ciel, j’ai eu l’impression effrayante  de plonger par inadvertance dans la mer de Barents au large de Mourmansk !
C’est là que l’expression « être saisi » prend tout son sens.
C’est l’été et il fait un froid de gueux dans la cuisine.
J’ai eu l’impression de rajeunir de plus de soixante ans.
Non par un renouveau d’enthousiasme face à la nouveauté et la beauté de la vie, pas du tout !
Je me suis juste « racorni des bourses » sous l’effet du froid.
Même mon caleçon s’est fripé d’émotion !
Ce rajeunissement est allé jusqu’à rendre son aspect enfantin à un outil ramené à sa fonction primitive : pisser !
Bref, j’étais gelé, contrairement à la promesse du calendrier « L’été ne cessera que le vingt-deux septembre ! »
J’ai rapidement préparé le petit déjeuner de la lumière de mes jours.
Fait chauffer le lait de mon petit déjeuner en me demandant pourquoi, à mon âge, la production de lactase qui permet de le digérer est restée élevée.
C’est peut-être parce que je répugne à grandir, allez savoir…
Ne me reste qu’à espérer que « l’été de la Saint Martin » sera clément.
Ce qui est souvent le cas jusqu’à ce qu’un journaliste de la radio se montre surpris d’une chose aussi régulière et annonce fièrement, cet idiot, « mais c’est carrément «l’été indien ! » ce qui entraîne immédiatement des averses et des gelées pour les semaines qui suivent…
Au fait, lectrices chéries, que je vous avertisse tout de même : Contrairement à une rumeur répandue depuis des décennies, Joe Dassin ne fut pas marié avec Marie Laurencin.
D’ailleurs sa tombe au Père Lachaise ne mentionne nullement la présence de Joe Dassin à ses côtés…

Commentaires

Diable ! reprendre les commentaires de tes billets,involontairement suspendus pendant sept semaines,
par une dissertation sur l'état de ton anatomie masculine par froidure, me semble difficile.

Je ne peux que, regardant par ma fenêtre, l'état du square, pitoyable, me plaindre qu'il n'ait pas plu depuis six longtemps,

aimer le ciel d'un bleu sans tache encore aujourd'hui, mais qui a été bien inclément pour mon confort respiratoire pendant les journées étouffantes hospitalières...

Et tous ces jours où j'ai pensé que vous alliez vous balader .

Oui, je vous ai enviés, et ce n'est pas ce petit inconfort matinal , qui me fera changer d'avis.
(au risque de me répéter, pas un médecastre ne préconisera de laisser la fenêtre ouverte toute la nuit)

Écrit par : Sophie | jeudi, 19 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

Et pourquoi ne faudrait-il pas laisser les fenêtre ouvertes la nuit ?
(sauf, évidemment si on habite au rez-de-chaussée d'un immeuble...)

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 19 septembre 2019

La pollution...

Si la nuit est chaude, ça ne change rien à la température intérieure

Si elle est plus froide que la température de ton corps (qui baisse naturellement à l'endormissement) ...

Quand j'entends ou lis qu'il faut faire des courants d'air le matin pendant 20 minutes et refermer ensuite....

Écrit par : Sophie | jeudi, 19 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

La pollution étant présente partout et toujours, au moins, un courant d'air (nous avons la chance d'avoir un appartement "traversant") déjà qu'on est pollué, évite qu'en plus ça sente la loutre dans la maison...

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 19 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

Depuis le temps qu'on attend un peu de fraicheur et d'eau, il serait bien que cela arrive enfin. Quant à la pollution, autant la faire sortir. Il parait que nos intérieurs sont bourrés de particules polluantes.

Écrit par : delia | jeudi, 19 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

Ici le mistral m'a bien refroidie ce matin, surtout que comme toi, pensant qu'on était encore en été, je suis sortie sans manches longues...

Écrit par : Fabie | jeudi, 19 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

ahah , on vous reconnaît bien sur ta bannière , tous les deux dans les rues de Paris

Écrit par : epalobe | jeudi, 19 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

j'adore ce commentaire :-)
(et aussi la plus petite photo, le retour des courses quotidiennes ;-))

Écrit par : Adrienne | jeudi, 19 septembre 2019

ah oui, les nuits sont fraîches (et c'est très bien :-)) même si les journées sont encore estivales (mais où est la pluie si nécessaire, si attendue…)

Écrit par : Adrienne | jeudi, 19 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

Moi j'ai adoré la description sans concession d'une anatomie qui se laisserait aller pour cause de fraîcheur ! Car tu en verras d'autres des matins frisquets ! Il est vrai que vous fermerez sans doute la fenêtre...

Écrit par : Gwen | jeudi, 19 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

nous portons tous peine (expression bourbonnaise) pour ta pauvre anatomie par grand froid.
Moi je ferme la fenêtre car je ne veux pas que des insectes entrent la nuit, je laisse ouvert tout le jour par contre. Hé oui nous sommes presque à la campagne et en ce moment des araignées géantes essayent de se mettre au chaud pour l'hiver.

Écrit par : ang/col | jeudi, 19 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

Moi j'aime bien ta note.....au moins tu m'as fait rire .....

Écrit par : Emiliacelina | jeudi, 19 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

dans les années 40,maman était placée à la campagne et la st martin était la date à laquelle étaient engagés les domestiques à l'année.elle travaillait en sabots et se lavait les pieds à la pompe.l'air devait être frais l'eau aussi... christiane

Écrit par : christiane | vendredi, 20 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

J'ai apprécié la bannière... mais je ne sais pas si Heure Bleue l'apprécie. Mais elle te connait I think...

Pauvres zhommes :-) ceci dit, faut oser, lol ;-)

Écrit par : Pivoine | vendredi, 20 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

C'est vrai que ça caille au lever... je me jette sur un pull et un leggings...

Et il fait toujours sec...

Écrit par : Pivoine | vendredi, 20 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

Ben moi , qui ai toujours trop chaud comme la lumière de tes jours, je t’envie De pouvoir laisser les fenêtres grandes ouvertes la nuit! J’habite une maison de plain pied à l’orée de la forêt et j’ai peur des cambrioleurs ! ( bien qu’ils sévissent maintenant en plein jour... mon fils vient d'être Cambriolé en plein après midi pendant leur absence momentanée ! Les sal ... rts ont été filmés par les caméras de surveillance mais ... ) voilà !
En tout cas ta description des effets du froid sur ton anatomie m’ont bien divertie ... sans cœur que je suis !

Écrit par : Francelyne | vendredi, 20 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

Ah il faut se couvrir aussi le matin lorsqu’il fait frais !

Écrit par : Anita | vendredi, 20 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire