Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 mai 2020

Air du temps...

Comme chaque jour, je fais le tour des blogs que je connais.
Je lisais donc un blog ami qui semble ces temps-ci envahi de publicités vantant l’efficacité d’un marabout assez au fait des « nouvelles technologies numériques » pour chercher des clients sur le Net.
Ça m’a rappelé qu’au moins, dans mon coin, le marabout ne vient pas sur mon blog.
Il me tend un petit papier pour me dire qu’il peut régler mes problèmes de chômage alors que je suis retraité, mes problèmes de retour d’affection alors qu’Heure-Bleue, trop contente que je prépare les repas pour songer à se tirer avec un bellâtre incapable de faire correctement des endives braisées.
En plus, je les vois, ces « grands marabouts ».
Ils attendent le chaland crédule autour de la station Château d’Eau ou à l’angle du boulevard de Strasbourg et du boulevard Saint Denis, une vague djellaba pour les vêtir et un veston râpé.
Le veston n’est pas là pour les protéger du froid, non, il est à la fois leur réserve et leur vitrine.
Les poches sont pleines de choses à vendre.
De la montre extrême-orientale à deux sous au smartphone de marque à une blinde.
La doublure des pans est tendue de supports pour exposer d’un seul mouvement d’ouverture de la veste la collection de choses à vendre.
Ce « grand marabout » espère plus qu’il n’attend le client.
Il est dans la misère et le restera probablement jusqu’à ce qu’une petite entreprise l’embauche pour porter des colis.
Il quittera alors la misère pour accéder enfin à la pauvreté…
Hier, nous n’en avons pas vu quand nous sommes allés prendre le 20 à la République.
La place est de nouveau noyée dans les vapeurs nées des embouteillages qui ont repris leur rythme habituel.
Onze millions des vingt-neuf millions d’actifs en France sont toujours en « télétravail ».
Les autres sont en voiture et vont je ne sais où mais sont pressés car le moindre ralentissement donne immédiatement lieu à une cacophonie de coups de klaxon.
Ce doit être le beau temps car je n’ai pas discerné dans la circulation, pas plus sur  boulevard, de distinction très nette entre l’agitation vaine et l’activité industrieuse.
Mais il faisait beau…
Ce fut agréable malgré tout.
Nous avons trouvé des fraises dont je me demande si elles n’on pas été cueillies une a une par les mains délicates d’une sénatrice vu que le prix du kilo devrait sortir du marasme toute l’agriculture provençale.
Le gazon des squares se porte très bien de l’absence des jardiniers de la Ville.
Bientôt, le Parisien pourra s’offrir gratuitement une indigestion de canard « élevé en plein air » car les jardins publics où il y a une mare sont pleins de ces colonies de colverts dont la population n’est limitée que par les chats, les renards et les rats.
Tout un écosystème s’est ainsi mis en place qui se débrouille très bien sans nous.
Ça doit nous vexer car nous nous mettons à le déranger avec entrain.
Et manifestement les affaires reprennent :

20200422_163739.jpg

Commentaires

C'est bon le canard. :)
A Aigues-Mortes ,Nous nous sommes fait "coincer" un jour par des gitanes qui lisaient dans les lignes de la main, pour me "libérer" Zhom a dû donner 70€, difficile à digérer...

Écrit par : Fabie | jeudi, 28 mai 2020

Répondre à ce commentaire

c'est une question qui me fait sourire, parce que je me la pose aussi, où vont tous ces chauffeurs pressés, généralement seuls dans leur bagnole, alors que la plupart des gens sont en télétravail... et qu'on n'a même pas le droit d'aller à la mer ;-)

Écrit par : Adrienne | jeudi, 28 mai 2020

Répondre à ce commentaire

"Il quittera alors la misère pour accéder à la pauvreté" Une belle ascension sociale qui fait rêver; ;-)

Écrit par : Yvanne | jeudi, 28 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Les marabout les diseurs de bonnes aventures et les illuminés font parfois intrusion chez moi aussi. Il y a quelques temps qu'ils me fichent la paix, mais surement ils reviendront. Sinon, je vois que Paris est toujours Paris malgré le confinement . Dès que les parcs réouvriront si c'est pas trop loin de Noël, vous allez pouvoir aller à la chasse aux canards avec HB. En attendant ils reste les autres avec un grand C, mais là s'il fallait ouvrir la chasse... il n'y aurait bien pas assez de monde pour y participer !

Écrit par : delia | jeudi, 28 mai 2020

Répondre à ce commentaire

que Ml se mefie si un homme qui me fait la cuisine passe par là !

Écrit par : ang/col | jeudi, 28 mai 2020

Répondre à ce commentaire

En parlant de concerts de klaxon, j'ai entendu parler d'un pays où les feux verts ne se déclenchent qu'après 30 secondes sans klaxon (je crois que c'est en Inde)
On devrait essayer à Paris... ;-)


•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | jeudi, 28 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Les fraises en libre cueillette à côté de chez nous sont vendues 3.60 le kilo et elles sont
délicieuses. C'est l'un des avantages d'habiter la campagne.

Écrit par : AGNES | jeudi, 28 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Alors , vous déconfinez , je regarde vos infos ; vous pourrez aller au parc , dans les musées avec masque , au spectacle , à l'école même , content ?

Écrit par : epalobe | jeudi, 28 mai 2020

Répondre à ce commentaire

J’ai lu l’autre jour un marabout « stop covid », qui protégeait des virus.
Comme quoi, ils sont à la pointe de la mode. Rire.

Écrit par : Val | jeudi, 28 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Voilà, virés les marabouts, bout de ficelle, selle de cheval, cheval de course, course à pied, pied à terre……………….…………..Alors, cet après-midi, une petite balade dans un parc ombragé, en attendant de vous installer à une terrasse de café ?

Écrit par : julie | vendredi, 29 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Un couple de canards colvert a installé son camping-car dans mon jardin.
Ils ont bien travaillé : neuf petits canetons.
Et puis on ne les a plus vus. Et comme il y a pas mal de chats dans le quartier…

Écrit par : alainx | vendredi, 29 mai 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire