Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 juillet 2020

Le chagrin et la pitié...

20200718_145750.jpg
clic pour agrandir et zoomer

Je sais... C'est une misère d'user du titre de ce film pour une aussi triste tartine mais je ne peux résister...

Hier, nous avons passé un moment à la gare Montparnasse avec une amie qui repartait dans sa Normandie.
Un ami nous a rejoint dans le foutoir monumental de la gare pleine de gens et de travaux.
Les gens courent.
Les travaux n’avancent pas.
Nous avions dans l’idée d’aller voir la tombe de l’amie d’enfance d’Heure-Bleue au cimetière du Montparnasse.
Sur le boulevard Edgar Quinet, qu’on ne devrait pas tarder à débaptiser pour cause de « gauchisme rampant », je me suis aperçu qu’il n’y avait guère qu’à Paris qu’on pouvait voir des boutiques vendre de quoi honorer le chagrin de la perte voisiner avec une entreprise de consolation de la perte.
De fait, à côté d’une enseigne « Marbrerie – Fleurs » on trouve le « 2 + 2 ».
Le « 2 + 2 » dont j’ignorais jusqu’aujourd’hui l’existence est un « Club libertin » qui affiche son « Menu » à même le trottoir.
J’ai évidemment lu ce « Menu » et parmi les propositions d’icelui quelque chose m’a frappé.
On y lit évidemment une règle qui empêche de fait le respect strict de certains points du menu :

TENUE CORRECTE OBLIGATOIRE.


Que lis-je ?
« Travestis : 20 € avec une consommation offerte. »
Puis, sur la ligne suivante :
«  Transsexuels : 20 € avec une consommation offerte »
La discrimination en fonction de la misère sexuelle du client est flagrante car on peut lire que le soir :
«  Hommes seuls  : 95 € avec une consommation offerte »
«  Femmes seules : 10 € avec une consommation offerte »
Et c’est là que la contradiction avec la recommandation initiale me frappe avec la précision du pavé sur un casque de CRS.
Mais comment diable peuvent-ils savoir dans quelle catégorie ranger le candidat à l’entrée ?
J’ai clos là ma réflexion en me disant que peut-être la « tenue correcte » dans cet établissement est d’y retirer son caleçon…
Et c’est sans doute parce que Baudelaire repose à côté que m’est revenue l’épitaphe qu’il eût aimé voir apposée sur sa tombe :

« Ci-gît, qui pour avoir par trop aimé les gaupes,
Descendit jeune encore au royaume des taupes. »

 

Commentaires

Eh bien je l'ignorais aussi, l'existence du "2 + 2" et franchement, je ne m'en portais pas plus mal...

Écrit par : Ambre | dimanche, 19 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Plus que triste la tartine... je dirais sordide...

Écrit par : Fabie | dimanche, 19 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Si tu ne fais pas de différence entre un hétéro et les >, change de lunettes :))

Écrit par : Nina | dimanche, 19 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

mince! ça existe vraiment, ce genre d'endroits? et ça trouve une clientèle?
(oui je sais mes remarques sont à mourir de rire et pourtant je me les pose vraiment, ces deux questions ;-))

Écrit par : Adrienne | dimanche, 19 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

"there are more things in heaven and earth, horatio, than are dreamt of in your philosophy"

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 19 juillet 2020

Ah mais enfin, les clubs libertins parisiens ont été évoqués lors de l’affaire DSK...

Écrit par : Anita | lundi, 20 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Le plus drôle est qu'on a eu (au moins) un club libertin à Bruxelles... Mais dans mon souvenir c'était noir et fermé (la façade, je précise...)

Je ne sais pas, peut-être que j'aimerais mieux le cimetière du Montparnasse ? Plutôt dessus que dessous... Quoique, je devrai sans doute me contenter du cimetière d'anderlecht et d'une pelouse anonyme, bof bof...

Écrit par : Pivoine | mardi, 21 juillet 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire