Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 septembre 2020

Devoir de Lakevio du Goût No 47.

devoir de Lakevio du Goût_47.jpg

Traverser le pont du Carrousel un matin de printemps et découvrir l’entrée du Louvre sans une voiture.
Qu’en pensez-vous ?
Aimeriez-vous voir ça ?
Je l’ai vu et fait mais il n’est pas sûr que le rêver soit moins beau
Si vous ne l’avez pas fait, imaginez-le et dites le lundi, racontez votre rêve.

Ce matin-là, il faisait frais mais beau quand je suis sorti de la rue des Beaux-Arts.
Arrivé à la rue Bonaparte, j’ai aimé le soleil éclairant la rue.
Les flots de lumière qui passaient par les grilles de l’école des Beaux-Arts auraient embelli n’importe quelle boutique ou immeuble, même les plus sordides.
Je me suis dirigé à pas lents vers la Seine, le nez au vent.
Il y avait dans l’air un parfum de printemps qui m’a poussé à allonger le pas et l’a rendu plus vif et joyeux.
Arrivé au quai Malaquais j’ai regardé un moment le rideau d’arbres qui peinaient encore à masquer le Louvre.
Pour un peu, j’aurais été frappé par le « syndrome de Stendhal »…
J’ai avancé sur le quai Voltaire avec l’idée de rentrer à la maison en traversant le Louvre.
Il n’y avait personne, absolument personne sur le Pont du Carrousel.
J’ai regardé à ma gauche, vu le Musée d’Orsay, j’ai pensé alors à ce tableau de Courbet.
Un effet du printemps sans doute…
J’ai regardé à ma droite, juste pour me rappeler combien Notre Dame était belle.
Puis j’ai regardé devant moi, avant de traverser le quai François Mitterrand
J’ai levé les yeux et me suis demandé comment on s’y était pris pour accrocher « Apollon chevauchant Pégase » qui semblait faire un bras d’honneur au monde, protégé par la « Marine Guerrière » et la « Marine Marchande » à ses pieds.
Je suis passé sous l’arcade puis, au lieu de continuer sur le trottoir, je suis passé sur l’esplanade sableuse devant l’Arc de Triomphe du Carrousel.
Ça m’a rappelé une visite au Louvre, ancienne, très ancienne…
Alors j’ai regardé vers le Jardin des Tuileries et repensé à l’allée de Diane et son exèdre.
C’était le seul endroit où on pouvait être tranquille, il n’y avait jamais personne.
Aujourd’hui, à la place du silence et des rares amoureux qui se mangeaient des yeux ou regardaient ailleurs « pour faire croire que », il y a un « café-brasserie » qui s’appelle « La terrasse de Pomone ».
On a manifestement préféré Pomone, l’agricultrice rentable à la Diane chasseresse, plus risquée...
C’était l’époque où le quai François Mitterrand s’appelait encore en « Quai du Louvre ».
C’est à ce moment que j’ai ressenti cette sensation bizarre, celle qui vous laisse indécis.
Ce serrement dont on ne sait si le souvenir vous laisse heureux ou vous a simplement parfumé pour un instant d’une petite bouffée de jeunesse.
Je me rappelle, au coin de la rue des Beaux-Arts et de la rue Bonaparte un bistrot, aujourd’hui remplacé par un marchand d’art.
On pouvait y déjeuner, pour une quinzaine de francs, d’un « poulet basquaise » suivi d’un café.
Ma carte Visa frémit encore au prix d’un café aujourd’hui un peu plus haut dans la rue…
C’est fou ce qu’un soleil de printemps peut faire comme effet…

Commentaires

Adrienne remarque que l'automobiliste parisien est multitâches.
C'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2020/09/07/7-vies/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Alainx nous raconte l'histoire d'une évasion de soi.

C'est là :

https://alainx3.blogspot.com/2020/09/seul-au-monde.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Fabie nous fait un devoir en images.
Je l'ai trouvé super chouette, il est visible là :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/reve-ou-cauchemar-a201742504

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Gwen nous raconte la déclaration de la nouvelle "drôle de guerre" et ses premiers résistants...

C'est là :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2020/09/06/38519574.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Belle promenade dans Paris que tu aimes, on le sent à travers tes mots !

Écrit par : Fabie | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue raconte un moment de sa vie où elle m'a souvent réveillé...
De fait, elle me réveille encore mais pas pour me parler des sirènes d'alerte.
C'est là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2020/09/04/devoir-de-lakevio-du-gout-n-47-3153496.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Les rêveries d'un promeneur solidaire.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

J'ai suivi pas à pas ta balade dans les rues de notre belle capitale...

Écrit par : Gwen | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

J'espere, que se qui ont eu la chance d'aller a Paris, pendant le confinement, ont eu le réflexe photo d'un Paris vide, unique.
Beau texte

Écrit par : Rosy | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Visite guidée et historique par un fin connaisseur d'un quartier parisien ! C'est amusant de parcourir ton itinéraire avec Google Maps, sauf que la bagnole qui prend les photos n'est pas passée un jour de confinement !
J'aime bien la fin. Un souvenir est remonté de ma vie universitaire. Une tambouille dans un vieux quartier démoli depuis. Une époque bénie, repère d'étudiants dans mon genre. Grandes tables communes avec bancs. Serrés comme des sardines on y bouffait toujours la même chose : rillettes, barbaque et patates frites, crème caramel, le tout pour cinq francs. Ah ! J'oubliais : carafe d'eau évidemment ! Une bière ou un pichet de rouge doublait la note !

C'est drôle le quai Malaquais : est-ce parce qu'il est difficile d'y accoster ?

Écrit par : alainx | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Banlieusarde, j'ai "découvert" Paris avec Connaissance du vieux Paris de Jacques Hillairet. Rue après rue, j'ai arpenté la ville. Que du bonheur ! J'envie ton côté "piéton de Paris".

Écrit par : Nina | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

La banlieue, ce n'est pas l'outre-mer, tu peux venir !
On pourra même t'emmener en promenade !

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 septembre 2020

Merci ! mais je ne tiens plus la distance :)

Écrit par : Nina | lundi, 07 septembre 2020

T'en fais pas, on traîne...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 septembre 2020

Passion Culture nous explqiue comment il a vaincu "une envie de pisser qui ne tiendrait pas dans un bol"...
C'est là et si ça paraît ce passer près du Louvre, nous ne connaissons pas le même "Hôtel du Louvre".

http://passionculture.be/2020/09/07/l-comme-louvre/#more-781

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Notre-Dame, tu la vois avec sa flèche Viollet-Leduc ou comme elle était avant ses interprétations personnelles du moyen âge? ou avec un petit rajout neuf, comme on a pu le voir sur certains projets?
ça m'intéresse :-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 07 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Je l'ai toujours connue avec la flèche de Viollet-Leduc.
Dans mon esprit, Notre-Dame est un édifice immuable.
Bien qu'elle ait mis un temps fou à être ce qu'elle était devenue.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 07 septembre 2020

je me suis mal exprimée... je voulais dire, idéalement, après restauration? que veut dire restaurer? est-ce l'était Viollet-Leduc ou celui d'avant (celui d'origine) ou encore un 3e chemin...

Écrit par : Adrienne | mardi, 08 septembre 2020

l'état (et pas l'était)

Écrit par : Adrienne | mardi, 08 septembre 2020

De fait, je n'ai pas idée de ce devrait être Notre-Dame après restauration si ce n'est dans mon esprit l'état immédiatement antérieur à l'incendie.
Depuis Saint Louis, il y eut je ne sais combien de Notre-Dame, d'arrêt pour cause de troubles ou de manque de fonds, de relance des travaux quand les choses allaient mieux.
Dans mon esprit, "restaurer" signifie "rendre à l'état immédiatement antérieur connu".
Je sens mal la restauration qui nous donnerait l'embryon de cathédrale entamé il y a 1400 ans, bien avant Saint Louis...

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 08 septembre 2020

Delia, bien qu'à la bourre, a fait un chouette devoir, le devoir de quelqu'un qui aime et connaît Paris.
C'est là :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2020/09/traverser-le-pont-du-carrousel-un-matin.html

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 08 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire