Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 janvier 2012

Le contre-pet

Non, il ne s’agit pas de l’exégèse de cet art incomparable qui nous a valu des monuments de délicatesse, tel ce « Dénoncée par un si grand feu, la nymphe pyromane n’eut pas le temps de fuir aux ajoncs .» (si vous êtes gentilles, lectrices chéries, mais vraiment très très gentilles, je vous donnerai la solution…).
Non, il s’agit d’une étude circonstanciée des effets pervers de certains légumes.
On passera rapidement sur ceux que leur réputation ancestrale a fait baptiser « musiciens ».
On ne s’attardera pas non plus sur ce légume savoureux mais dont les conséquences de l’absorption en font un plat exclusivement familial, je veux parler des navets…

En revanche, parmi les ravages de la chasse aux surcoûts, on peut désormais compter sur les dégâts causés par un nouveau venu.
Non que ce légume soit un inconnu. Non, il avait disparu de nos assiettes, chassé par des parents et des grands parents qui en avaient eu une indigestion pendant l’Occupation.
On peut même se demander si là n’est pas l’origine des accusations de terrorisme portées par l’occupant par les frais matins de printemps…
Ce légume, donc, offre dans les blisters notés « pot-au-feu », l’avantage incomparable d’être beaucoup moins cher que le navet qu’il remplace.
Oui, lectrices et –rares- lecteurs chéris ! J’ai nommé le rutabaga !
Ce légume de sinistre mémoire pour les deux générations précédant la mienne, a fait sa réapparition dans nos gamelles.
Outre le fait patent que ça en dit long sur notre réelle condition économique, cette apparition a des effets redoutables.
On ricanait des bruits tempétueux des flageolets.
On tordait le nez et riait sous cape des effets de la digestion des navets.
Après avoir expérimenté la chose, je tiens à vous prévenir.
Préparez vous à des réactions de panique à l’apparition de certains potages.
Après la littérature de science-fiction, les films de terreur qui ont fait la réussite du cinéma « le Brady » -si vous n’êtes pas lecteur des « Cahiers du cinéma » ou natif de Paris, vous ne pouvez pas connaître- on a droit à la soupe d’épouvante.
Moins d’une heure après l’absorption du truc, aussi délétère que délicieux, vous vous dites que G.W.Bush a déclaré la guerre à l’Irak pour moins que ça.
Vous vous dites aussi que le silence est loin de garantir que le… la… la chose passera inaperçue.

Mais non, pour silencieuse qu'elle soit, la manifestation n'en est pas moins envahissante.
On en peut certes pas dire «voyante», non, mais elle trop aisément détectable pour qu'on puisse parler d'une expression «in petto»...
Il ne vous reste plus alors qu’à prier pour que l’hiver soit doux et le printemps précoce car vivre les fenêtres grandes ouvertes jusqu’à digestion complète du monstre est la seule solution efficace…

Commentaires

Très bel article qui nous met l'eau à la bouche et les mains en pince-nez !

Écrit par : ckan | samedi, 21 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Rien à voir, mais ça devrait te faire rire (jaune...)
http://golem13.fr/crisebox-les-coffrets-cadeaux-de-la-crise/

Écrit par : Milky | samedi, 21 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Sans parler de l'effet de serre !
Greepeace devrait s'intéresser à ce légume.

Écrit par : clodoweg | samedi, 21 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

L'atmosphère est chargée chez toi !

Écrit par : Brigitte | samedi, 21 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Pour une fois, vous avez pu déjeuner en pets !

Écrit par : liwymi | samedi, 21 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

MDR.... Je n'en ai plus mangé depuis la fin de la guerre... je devrai faire un nouvelle essai....

Bon dimanche à vous deux.... en musique allegro si possible....

Écrit par : patriarch | dimanche, 22 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Je vois que les nourritures terrestres nous préoccupent tous les 2.
Je n'ai pas besoin d'être gentille...

Écrit par : mab | dimanche, 22 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

je n'en ai jamais gouté en fait mais je ne savais pas qu'ils faisaient de tels pétards !

Écrit par : maevina | dimanche, 22 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

je n'ai pas trouvé toute la contrepètrerie...

Écrit par : liliplume | dimanche, 22 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Pour avoir la chance d'avoir un potager (et un époux jardinier), je n'ai pas constaté d'effets secondaires du rutabaga ...Par contre, le topinambour au subtil goût d'artichaut, nécessite des toilettes proches quelques heures après son ingestion...

Écrit par : Martine | lundi, 23 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Cher Goût,
Je lis toujours vos billets avec délectations, je rigole ou râle de conserve face à l'écran ... Cette fois je sèche sur la contrepèterie : comme liliplume j'ai trouvé en partie mais je ne suis pas sûre du résulta pour la fin...
merci de me souffler la solution ;o)
Bon we le Goût !

Écrit par : Chilvert | vendredi, 27 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

J’ai pris plaisir à lire votre billet je me permets de faire un lien sur mon blog car cela faisait un certain temps que je cherchais un article sur ce problème.

Écrit par : mutuelle dentaire | jeudi, 23 février 2012

Répondre à ce commentaire

Joli style d'écriture ! De belles photos par chez vous ;-) Bravo !

Écrit par : mutuelle santé optique | jeudi, 08 mars 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire