Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 février 2012

Le duo des gnomes.

Pfff…
On nous rebat les oreilles depuis que je suis gamin –et ça ne date pas d’hier- avec « le sérieux allemand ».
Eh bien, depuis qu’hier soir j’ai vu et surtout entendu Madame la Chancelière, je suis désolé de m’inscrire en faux contre cette légende.
Déjà, monsieur Nietzsche –à vos souhaits- avait, grâce, si l’on peut dire, à des écrits mal compris dans lesquels il était question du soupçon de l’éventualité de la possibilité de l’existence souhaitable, voire de l’avènement, du « surhomme », nous avions eu droit à une de ces bavures dont l’humanité se souvient encore soixante dix ans après.
Eh bien, en beaucoup moins sérieux, nous avons droit à un effondrement de la réputation de sérieux de ce pays qui donna tout de même naissance à quelques grandes figures qui marquèrent l’histoire de l’Europe.
Bon, on ne parlera pas de Martin Luther –mais non ! Pas Martin Luther King, bande d’ignares !- ni de MM Gauss ou Beethoven, célèbres grands esprits dont les équations du premier ont emmerdé tant d’élèves des classes scientifiques et les quatuors du second ont emmerdé tant d’auditeurs de « Salut les copains ».
On mettra à part monsieur Goethe car il avait remarqué –réflexion sans doute prémonitoire- que « quand la stupidité des hommes s’en mêle, les dieux eux-mêmes luttent en vain. ».
Pourquoi ce long préambule ?
Eh bien vous allez pouvoir apprécier sa fin car justement, en un petit quart d’heure, la télévision française, non seulement donne raison à Goethe mais tue d’un coup magistral la réputation de sérieux –du coup usurpée- de l’Allemagne.

En effet, a-t-on déjà vu un chef d’état soutenir la campagne d’un chef d’état étranger ?
Ça hurlerait aussitôt « à l’ingérence inacceptable dans les affaires intérieures d’un pays », quasiment un casus belli !
Mais là, soutenir la campagne d’un chef d’état étranger !
Surtout quand l’autre chef d’état n’est pas candidat ?
C’est perdre son temps.
Et, à part le nôtre, avec des billevesées comme Gandrange ou Continental, a-t-on déjà vu un chef d’état perdre son temps en entreprises inefficaces ?

Commentaires

je crois que je ne comprends plus vraiment tout ce qui se passe...........j'ai l'impression d'arriver d'une autre planète

Écrit par : maevina | mardi, 07 février 2012

Je le répète : on aurait du se laisser envahir , pfft !

Écrit par : Brigitte | mardi, 07 février 2012

Angela, tends la main à François, bitte schön ! T'inquiète pas, il va mener la même politique que ton petit Nico adoré.

Écrit par : liwymi | mardi, 07 février 2012

Oups…

Écrit par : liwymi | mardi, 07 février 2012

Moi je trouve qu'ils font un joli couple.

Écrit par : clodoweg | mardi, 07 février 2012

j'ai travaillé 5 ans pour une firme allemande de Dillingen. Les compagnons français valaient largement les compagnons allemands, et figures toi que j'y ai été même chef de chantier... et cela ne plaisait pas à certains allemands...Et pour le chantier à Nouméa, je n'avais que des compagnons français....

Le Nickel ne voulait plus de compagnons allemands, trop bambochards
paraît-il, ils auraient eu des différents avec les autochtones !!!

Bonne journée.

Écrit par : patriarch | mercredi, 08 février 2012

Tu es en forme en ce moment!

Écrit par : mab | mercredi, 08 février 2012

vous êtes en très grande forme, merci pour la récré du soir après le boulot, je me bidonne toute seule devant l'écran !

Écrit par : Cath | vendredi, 10 février 2012

je n'ai pas compris non plus cette prise de position...

Écrit par : liliplume | mercredi, 15 février 2012

Les commentaires sont fermés.