Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 avril 2015

Un moi de mari…

J’apprends ce matin, en ouvrant mon navigateur, que « Les Français ont de plus en plus de relations amoureuses sérieuses. »
Évidemment survient chez moi la première question : « En même temps ? »
Puis, réfléchissant un peu. Un tout petit peu car c’est dimanche, je me demande si la multiplication des « relations amoureuses » peut faire de ces dernières des « relations amoureuses sérieuses », sauf à considérer que voleter d’un cœur à l’autre est sérieux.
Je pressens qu’à défaut de faire des relations sérieuses, ça peut au moins faire des scènes de ménage plus que sérieuses.
La camarade de jeux la moins jalouse espère tout de même un minimum d’exclusivité.
Un regard noir d’Heure-Bleue m’oblige à opter à l’instant pour « exclusivité totale ».
Si je suis bien l’absence de raisonnement qui a permis de pondre le titre de cet articulet, il ne s’agit pas de ça du tout.
Nous pouvons toutes et tous soupirer de soulagement.
Nous ne sommes pas devenus d’un seul coup ( !) des cœurs d’artichaut doublés de papillons.
Il ressort de l’article que, contrairement aux années cinquante où le mariage était précoce, la vie aujourd’hui conduit à vivre en couple sensiblement plus tard qu’en 1950.
Malgré l’invariance de l’âge moyen où on « l’a fait » la première fois, il semble évident alors et fort heureux, que les risques –idiot que je suis j’allais écrire « les chances »- de croiser un puceau ou une pucelle à l’heure du mariage se font rares.
Cela dit, l’observation des couples et surtout leur brièveté induit une autre inquiétude.
Pour ce que j’ai remarqué, si on attend trop pour se maquer, on le fait à un âge où l’idée de faire des concessions pour vivre ensemble se transforme en « je n’ai plus l’âge de me laisser emmerder »…
Pensez à ce T-shirt tombé à côté du panier qui suscitait chez vous, lectrices chéries, un sourire attendri la première semaine quand vous aviez vingt ans, et qui suscite aujourd’hui un soupir agacé car les choses et surtout les hommes ne changent pas.
Dites vous qu’à trente ans passés, le même T-shirt et la même première semaine vont susciter illico non pas un sourire attendri ni même un soupir agacé.
Non ! Il va entraîner un truc du genre « Eh ! Tu ne vis pas avec une femme de ménage gratos ! Alors tu ramasses ou tu te casses ! Capisci ? »
Au bout de trois ramassages, ça sent le sac déposé sur le palier si tout se passe relativement bien.
Sinon, c’est le sac jeté par la fenêtre, suivi par le pointillé des affaires qui auraient dû partir dans la sac…
Et il faut vite partir à la recherche du prochain grand amour, éternel comme il se doit, car le temps passe et les bonnes années pour ça sont nettement plus courtes et moins nombreuses que celles où il est trop tard.
Bref, il faut éviter d’attendre le bon moment.
Ne rêvez pas, jeunes gens, le bon moment n’arrive jamais.
On passe juste devant et si on n’a pas l’œil, hein…

Commentaires

Comme c'est vrai ! ... Je confirme apres 54 ans de concessions , sans doute mutuelles .

Écrit par : Francelyne | dimanche, 12 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Sur mon lieu de travail je suis au première loge le Goût mais le spectacle est désolant.
Ca compose, recompose et décompose à tout va et les enfants n'en finissent pas de trinquer...

Écrit par : Allye | dimanche, 12 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Eh bien cette étude de l'INED fait parler d'elle. Cela dit, comme toi, je fais le même constat. Si on attend trop pour se mettre en couple, il arrive un moment où l'on ne veut plus faire de concessions, d'où le souci majeur de trouver la personne idéale.

Écrit par : livfourmi | dimanche, 12 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Et comme la personne idéale n'existe pas (je le sais, j'ai épousé Heure-Bleue...), tu finis tout seul.

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 12 avril 2015

vite! j'ai pu te lire !
Je trouve que maintenant ... n ne se dispute plus....... on se quitte!

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 12 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Ah l'amour !
on voit bien que c'est le printemps.

Écrit par : Berthoise | dimanche, 12 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Non non non pas d'accord le Goût.
J'ai rencontré Chéri à 35 ans, et de suite nous avons habité ensemble (trois jours après notre rencontre). Nous acceptant l'un l'autre tels que nous sommes sans essayer de changer l'autre. Et aujourd'hui, plus de 10 ans après, je souris toujours devant ses petits défauts qui m'attendrissent, et mon estomac se noue de bonheur dès que je le vois. Et quand il m'énerve, ça se termine systématiquement en rire tellement j'aime ses défauts autant que lui, puisqu'ils font partie de lui. Donc pour cette fois-ci, pas d'accord avec toi:-)

Écrit par : imaginer | dimanche, 12 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Il faut des exceptions pour confirmer les règles...

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 12 avril 2015

Pas entièrement d'accord parce que je connais pas mal de ce que j'appelle "les bébés couples" qui se sont mis en ménage dès 18 ou 20 ans. avec de grands espoirs dans la cohabitation. D'ailleurs ils le sont toujours... mais avec d'autres partenaires ! Comme quoi avant l'heure, c'est pas l'heure et après l'heure... t'es tout seul !

Écrit par : lakevio | dimanche, 12 avril 2015

Répondre à ce commentaire

ce sont surtout les filles qui ne devraient pas hésiter trop longtemps, car l'horloge biologique tourne. Par exemple je vois certaines amies de ma fille ainée qui comme elle approchent la quarantaine et risquent de n'avoir ni enfants , ni famille

Écrit par : liliplume | dimanche, 12 avril 2015

Répondre à ce commentaire

50 ans de mariage dans 3 mois pas d'avis sur la question.

Écrit par : mab | lundi, 13 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Ah je connais au moins un jeune homme qui ne supporte pas les filles désordonnées et qui ne savent pas cuisiner ! Ses histoires de couples sont vite abrégées à cause de ça !

Écrit par : Anita | lundi, 13 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Il cherche une gouvernante à l'oeil ? ; D

Écrit par : Berthoise | lundi, 13 avril 2015

Les filles savent ce qu'elles ne veulent pas : la mienne ne repasse jamais , est bordélique surtout quand elle vient chez moi , n'aime pas faire la cuisine , n'aime pas faire le ménage ; elle a trouvé chaussure à son pied comme on dit , lui plutôt maniaque , il repasse lui - même ses chemises et se colle souvent au repas ! Je connais Cher et Tendre depuis nos 16 ans , on s'est "élevés " ensemble .

Écrit par : Brigitte | lundi, 13 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Le bon moment c'est tout de suite ou jamais
Bon mardi

Écrit par : H-IL | mardi, 14 avril 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire