Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 août 2015

On arrivera bien à faire une omelette sans eux…

Je laisse de côté pour aujourd’hui la montée vers le Sacré-Cœur pour une montée d’adrénaline.
Oui, lectrices chéries, je risque de devenir homophobe !
Rassurez vous tout de même, je ne viens pas de m’abonner à la cohorte de rétropédaleurs fanatiques de Ludovine Machin ou de celle assez lucide pour se considérer elle-même Barjot et qui a assez peu d’illusions sur son goût pour le genre humain pour de prénommer elle-même Frigide.
Non, non, non, pas du tout.
Deux décennies entre Beaubourg et la rue des Archives vous élargissent l’esprit autant qu’elles vous aplatissent le portefeuille.
Mais alors « pourquoi ? » vous exclamez vous ?
Eh bien,votre Goût adoré était parti pour vous raconter les rues qui mènent de chez lui au Sacré-Cœur, tiré par sa grande sœur et soudain, paf !
Voilà, une Heure-Bleue qui partage ma vie, son sandwich et ma couche, se fait des peurs bleues avec le prix de l’immobilier.
Affolée par la preuve que notre gouvernement censément de gauche appuie là où ça fait mal sur le portefeuille de ses électeurs, regarde plusieurs fois par jour le prix de l’immobilier dans notre coin.
Elle fut aujourd’hui scandalisée au point qu’elle envisagea avec absolument aucune sérénité, l’idée de vivre avec son Goût chéri dans un studio de trente mètres carrés.
J’ai abandonné illico l’idée d’escalader par la face nord la colline de Montmartre.
Ça m’a arrangé sur le coup car n’oubliez pas, lectrices chéries, que si je ne manque pas d’air aux dires de certaines, je manque de souffle aux dires de la Faculté.
Donc, j’ai eu dans l’idée de retarder une peu la montée vers le Sacré-Cœur pour vous parler d’un souci plus récent et surtout plus urgent que les promenades avec ma grande sœur.
D’où cet accès brusque d’homophobie.
Cet accès n’avait bien sûr rien à voir avec une réprobation quelconque des préférences sexuelles, amoureuses ou simplement esthétiques des uns ou des autres, non.
Simplement, un détail outrageusement dispendieux vient de me frapper, tout comme il frappa en plein front et en plein jour la lumière de mes jours :
Dès qu’un quartier commence à voir sa population se diversifier dans le sens de la largeur de vue et que les préférences sexuelles s’y montrent dans toute leur diversité, eh bien c’est horrible pour votre Goût préféré et son Heure-Bleue adorée : Les prix à la location s’envolent !!!
Le pire ?
Être soumis à un choix cornélien.
- Louer une cambuse dans nos moyens dans un coin genre « Manif pour tous »
- Louer un machin minuscule hors de prix dans un coin genre « Mariage pour tous. »
Il va sans dire que notre inclination « Mariage pour tous » risque bien de nous mettre sur la paille…
Heureusement, nous y sommes déjà…

Commentaires

Votre cahier des charges s'alourdit de plus en plus.

Écrit par : mab | dimanche, 09 août 2015

Répondre à ce commentaire

Ah, vous manquez aussi de souffle ? c'est terrible n'est-ce pas dès qu'il y a un raidillon à franchir ? et quand il fait chaud et quand patati patatin couffin !

Heureusement vous ne manquez pas de plumes, ni de lettres sur votre clavier, pour nous réjouir.

Quoique ... les prix parisiens m'ont laissée souvent sans voix ! n'ai-je point entendu dire qu'à la location du moins, ils seraient plus abordables ???? sans doute plus nombreux à l'achat ?

Écrit par : Sophie | dimanche, 09 août 2015

Répondre à ce commentaire

C'est curieux ça ! ... En province les loyers stagnent depuis 2 ans ... Et même vont baisser nous annonce-t-on ...

Écrit par : Francelyne | dimanche, 09 août 2015

Répondre à ce commentaire

Notre proprio est une arnaqueuse mais elle ne nous a pas augmenté depuis trois ans... Ici en province les loyers baissent ou la maison ne se loue pas.

Écrit par : Sauve qui veut | dimanche, 09 août 2015

Répondre à ce commentaire

Le blog 'Vivre le Marais' dénonce tous les coins mal entretenus de la voirie (beurgh) :)

Écrit par : Nina | dimanche, 09 août 2015

Répondre à ce commentaire

Et bien...vous n'êtes pas sortis de l'auberge, c'est le cas de le dire! mais j'ai entendu dire que le quartier du Marais se vidait de ses locataires homo...peut être qu'avec la loi Duflot vous aller pouvoir trouver un truc pas trop mal...je trouve quand même que c'est une honte...c'est quand même grave de devoir déménager toutes les cinq minutes, car c'est de plus en plus dur et de plus en plus cher pour ça aussi! tout fou l'camp! j'adore les titres de tes articles, même si je ne le dis pas à chaque fois! J'ai rattrapé mon retard de lecture hier soir mais trop naze pour mettre des coms...bon dimanche à vous...kiss.

Écrit par : esthériane, mialjo | dimanche, 09 août 2015

Répondre à ce commentaire

Vous trouverez, faut y croire.

Écrit par : Berthoise | dimanche, 09 août 2015

Répondre à ce commentaire

tant qu il y *tous* ça signifie l'unisson... finalement n est-ce pas la base de la force?

Écrit par : pucca | dimanche, 09 août 2015

Répondre à ce commentaire

mais si c'est pour vous la photo de Balagan...bisous.

Écrit par : esthériane, mialjo | dimanche, 09 août 2015

Répondre à ce commentaire

Ah, oui...c'est un peu raide! De quoi s'essouffler aussi ces recherches de logement...

Écrit par : Lumières&papiers | lundi, 10 août 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire