Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 janvier 2016

Le voyage du rien…

Hier je suis allé à Paris voir un ami.
Oui, celui avec lequel je ne suis jamais d’accord mais on s’entend quand même bien.
Nous avions rendez-vous dans un restaurant à côté du Grand Palais.
Faute de passerelle, j’ai pris le bus, peu de monde à l’intérieur, je me suis donc assis à une place de bancal mais « dans le bon sens », contrairement à l’habitude.
À mi-chemin, une dame est montée, s’est assise face à moi mais « en biais » les jambes dans l’allée.
Plongé dans « Paris est une fête » je n’y ai prêté attention que quand je l’ai entendue s’agiter.
Je l’ai regardée. Elle était un peu plus vieille que moi et bien mise. Mieux que moi mais ça c’est habituel…
- Vous, vous avez envie d’être à ma place, « dans le bon sens ».
- Non, non mais…
- Je vous en prie.
- J’aime mieux mais ne vous dérangez pas je descends bientôt, et…
J’ai attendu.
- Vous savez, je sors de l’hôpital…
- Hon hon…
- Oui, une coloscopie…
- Et ?
Elle a souri.
- C’est parfait, il n’y a rien.
- Tout va bien, alors, je suis content pour vous.
Elle a eu un grand soupir de satisfaction puis s’est levée pour descendre.
Elle m’a dit « Merci monsieur, je vous souhaite une bonne journée. »
Je me suis dit que cette dame devait être salement seule pour dire sa joie d’être en forme à un inconnu croisé dans le bus.
Arrivé au Rond Point des Champs Élysées, j’ai traversé la place pour aller au restaurant où j’avais rendez-vous et ai commandé un café.
Mon ami est arrivé, a constaté qu’il y avais trop de monde et m’a entraîné dans un autre restaurant.
C’était bon, surtout le Volnay 1er cru qui accompagnait notre assiette de saucisses, saucissons et jambons  divers, pommes de terre « grenaille » et camembert servi chaud avec des mouillettes de pain bis.
C’est là que je me suis aperçu que j’étais parti de l’autre restaurant sans payer mon express…
Tout en papotant nous sommes entrés au Grand Palais voir l’expo Lucien Clergue.
J’ai appris des choses sur l’origine de ses goûts en matière de femmes. Femmes qu’il adorait sous toutes leurs formes à condition qu’elles fussent opulentes.
C’est là aussi que j’ai appris des choses sur les goûts de mon ami en matière de femmes.
Et l’origine des miens…
Nous sommes revenus à pied, toujours en conversant, jusqu’à  la Madeleine, il a pris le métro et moi le 84.
J’ai entamé la conversation avec la jeune femme qui nous convoyait, je voulais savoir si elle connaissait la pâtisserie sur le trajet.
- Ah ? Celle qui fait « la meilleure galette 2014 » ?
- Celle-là même. Quel est l’arrêt  le plus proche ?
- L’arrêt est loin de la boulangerie…
Nous avons papoté quelques stations, elle m’a parlé de son bébé dont elle n’avait pas encore perdu tous les kilos, tout ça, je l’ai assurée que vraiment non, on n’en voyait pas trace.
Elle m’a arrêté au feu vert, oui au feu vert, devant la boulangerie.
Heure-Bleue a survécu à mon absence.
J’ai échangé quelques désaccords avec mon ami.
J’ai ramené une « meilleure galette 2014 » à la lumière de mes jours.
Les gens sont vraiment gentils, lectrices chéries.
Cette note peut vous paraître niaise mais ce fut une chouette journée…

Commentaires

Je suis toujours estomaquée par la facilité avec laquelle les gens parlent de leur coloscopie.

Écrit par : mab | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Oui Mab, avant hier , invités a déjeuner chez nos voisins , nous avons eu droit , entre le plat et le fromage , au compte-rendu détaillé de la coloscopie de notre hôtesse !!! ...

Écrit par : Francelyne 17 | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Les gens sont gentils. Toi aussi.
Je vous souhaite une bonne journée.

Écrit par : Berthoise | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Non, pas niaise cette note. C'est une note qui met de bonne humeur. Je suppose que tu as fait aussi 2 heureuses, les 2 femmes croisées - non pas 2, trois avec la meilleure galette de Paris. Pas encore mangé de galette cette année, j'aurais bien aimé aussi la goûter -
Finalement, quand on est gentil avec les gens, ils nous le rendent. Et, c'est si rare à Paris de trouver des gens qui causent ensemble. C'est l'âge qui doit vouloir ça, car mon mari adore aussi papoter avec les femmes. Dans notre ancienne boutique, parait qu'elles lui sautent toutes dessus pour lui faire la bise.

Écrit par : julie | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Comment les gens peuvent-ils parler de leur coloscopie, puisqu'on n'y voit rien quand ça se passe.

Écrit par : julie | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour Monsieur "Le Goût" vous faites parti également des gentils ! Continuez longtemps de nous régaler de vos billets. Meilleurs vœux et bonne journée

Écrit par : DUCOIN | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour à nouveau Monsieur, présentez également mes vœux à Madame votre épouse que j'ai également plaisir à lire tous les jours.
Une petite curiosité personnelle : "Heure Bleue" c'est bien le nom d'un hôtel de luxe (un palace) à Essaouira au Maroc ?
En tout cas, que votre épouse continue également longtemps à publier ses billets que je lis tous les jours. Au plaisir, cordialement et bien à vous

Écrit par : Pascal | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Vous fûtes, cher ami, bien urbain hier.
L'auriez-vous "été autant si la lumière de vos jours vous avait accompagné ?
J'aime bien cette note... elle me ressemble, ou plutôt elle me ressemblait quand je prenais encore les bus.... J'arrête d'y penser car le nouveau réseau qui ne m'emmène dans aucun de mes quartiers favoris est un facteur d'énervement certain !!!!
Bonne journée à vous deux.

Écrit par : Sophie | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Une chouette note !

Écrit par : lakevio | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Toi tu discutes avec des jeunes , moi je papote avec des " vieux " , je me dis que c'est peut-être la seule conversation de leur journée . Quand on est gentil , on nous renvoie des amabilités , donc , tu es un gentil , la preuve , tu vides la bassine d'Heure Bleue !

Écrit par : Brigitte | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Niaise? pas du tout...tu as écouté une femme seule qui voulait partager sa joie de n'être pas affublée d'un cancer...tu as eu un café gratos...tu as bien bu et bien mangé, et tu as même fait un musé...si tu savais ma journée...pinaise...je t'envie...demain j'irais à la messe, je verrais des gens et ça me fera une sortie...t'as vu où j'en suis?...lol...mais si mon résultat de mamo est bon, lundi, je vais voir mon Titi...à mais Laff...et s'il est mauvais, j'irais quand même à paris mais à Curie...bisous et soigne bien l'amour de ta vie!

Écrit par : esthériane, mialjo | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Je constate que tu as aussi des lecteurs chéris !

Écrit par : Anita | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

J'adore le titre ( les précédents aussi d'ailleurs !) mais toi, ton voyage n'est pas imaginaire et ta quête du bonheur est simple : un döner y suffit ...

Écrit par : Michèle | samedi, 09 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Top cette note, j'aime l'ambiance.
Il y a juste un truc qui me chiffonne : tu n'es pas retourné payer ton café????

Écrit par : Brin de broc | dimanche, 10 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire