Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 janvier 2016

Les tas d’urgences

Hier, rassurée par la visite du médecin passé la veille, Heure-Bleue allait nettement mieux.
Je le sais, elle m’a tanné pour que je coupe en quatre sa pilule d’antibiotique.
Elle me demande ça quand ce sont de gros cachets, elle a la phobie de l’étouffement depuis que dans sa précipitation elle a ingurgité il y a des années, bientôt vingt ans, un morceau de viande trop gros et que j’ai dû la faire régurgiter…
Mais là elle exagère, la pilule, un « smartie » à l’échelle 1/10, c’est galère à couper en quatre.
Elle insiste en disant « oui mais toi, tes ongles sont durs, j’ai que des petits ongles tout fins et puis je ne peux pas avaler ça tout rond, voilà ! »
Ce « Ça tout rond », c’est quand même grand comme un bouton de col de chemise de Merveille.
Genre six millimètres de diamètre, la section d’une cigarette russe…
Et puis elle m’a cherché des histoires à propos de deux-mille-huit-cent-seize petites choses qui vont des miettes pas ramassées à la serviette de toilette toute propre tombée dans le panier de linge à laver en passant par je ne sais quoi.
Bref, tous ces trucs que les mecs, sauf les maniaques, ne pensent jamais à faire quand ils sont chargés « d’aider », c’est- à dire se taper le boulot sous les ordres du chef…
Ça s’est arrangé quand je lui ai lavé les cheveux.
C’était la bonne température du premier coup et comme je suis gentil et qu’elle est malade, je ne l’ai pas embêtée quand elle s’est déshabillée.
Oui, je fais ça chaque fois et ça l’agace, mais ça l’agace… Vous ne pouvez pas savoir, lectrices chéries…
Alors je le fais.
Mais là non.
Puis, comme chaque soir, je me suis mis à la préparation du dîner.
La lumière de mes jours n’a pas d’appétit et ne sais même pas quoi désirer.
Alors elle me demande, jouant de l’air « chuis malaaaade ».
- Minouuuu… Qu’est-ce que tu pourrais me faire ?
Comme toujours quand je vois Heure-Bleue en état de faiblesse, j’ai tendance à vérifier qu’elle ne va pas si mal, alors j’ai tenté de la jouer vulpin :
- J’ai bien une idée…
Elle ne va pas si mal finalement qui me jette :
- Ne rêve pas !
Donc elle va presque bien, sauf qu’elle n’a pas très faim.
Mais dès cette nuit j’ai su qu’elle allait quand même mieux.
Je le sais parce qu’elle m’a viré quand j’ai voulu coller.
Et ce matin j’ai coupé sa pilule en quatre alors qu’elle n’avait même pas gémi un truc comme « je ne peux pas avaler ça tout rond » et qu’elle s’est mise à rédiger sa note du jour.
Évidemment, le moral est retombé en apprenant que David Bowie est mort tout jeune…
Ah ! J’allais oublier ! Juliette et moi sommes « défâchés » depuis un bon moment et je ne saurais trop vous dire de lire sa dernière note.
En plus elle montre avec brio qu’il vaut mieux lire avec son cerveau qu’avec ses tripes.

Commentaires

Alors , elle est comme ça Heure-Bleue, et toi, tu te fais un plaisir - je n'irai pas jusqu'à passer sous ses fourches caudines - mais de satisfaire sinon à ses désirs, du moins à ses besoins.

Alors, comme je suis bonne fille et que j'ai failli moi aussi passer de vie à trépas, mais à cause d'un cachet pelliculé trop gros qui était coincé, je te donne deux trucs :
- il y a des "ciseaux" pour couper le sucre en deux sans coup férir et qui détaillent les cachets,
- en pharmacie, tu trouveras aussi des "moulins à cachets", tu mets le cachet, tu fermes et tu visses jusqu'à écrasement ou détail de la bête que tu peux prendre avec une cuiller de yaourt ou de compote, ou de ce que tu veux...


Wouala , wouala, je vais aller mettre un 33 t de Bowie sur la chaîne que j'ai gardée depuis ouh la la !!!!

Écrit par : Sophie | lundi, 11 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Alors, comment dire... Y'a un truc qui s'appelle la galénique qui consiste à passer des plombes à accomplir l'exploit qu'un cachet/pilule/comprimé/gélule... ou autre forme solide se comporte de façon particulière à l'intérieur de nous autres Heure-Bleue, So, Le Goût, moi-même et tous nos petits camarades vivants... Cette science permet à la molécule censée nous guérir de franchir des zones qui ne lui conviennent pas forcément avant d'arriver jusqu'à son lieu d'absorption puis d'action ou d'être diffusée à retardement, ou sur plusieurs heures, etc...
Alors rassurez-moi : avant de couper en quatre, détailler à la pince à sucre, visser jusqu'à écraser...vous avez, de votre pharmacien préféré, acquis la certitude que l'efficacité de la drogue salvatrice n'en serait pas modifiée ???...Apparemment puisqu'Heure-Bleue est guérie !
Un jour je vous raconterai la découverte qu'un adorable patient, sa non moins adorable femme et moi-même avons fait à ce sujet alors qu'il pensait être atteint d'une balèze (balaise ?) parasitose...
Sinon dans certains cas il y a la même chose en sachet...

Écrit par : Brin de broc | lundi, 18 janvier 2016

La pluie n'arrange rien. Restez au chaud !

Écrit par : lakevio | lundi, 11 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Comme toujours, j'adore ton titre. Tiens, je prépare un article sur les urgences du CHU de Grenoble, ton titre irait bien avec... mais non mais non, je ne te le piquerai pas :-)
Oui l'article de notre Juju est très bien fait... et puis, comment peut-on rester fâché avec elle !?

Écrit par : Praline | lundi, 11 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

je retiens qu' hb est mieux et que le traitement lui convient, c'est bien

Écrit par : maevina | lundi, 11 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Olala!j'arrive à peine à lire les amis, les nouvelles et mes romans, alors pas question De flâner sur de nouveaux blogs. On verra à partir de mars, je pense que c
j'aurai plus de temps.

Écrit par : Marie-Madeleine | lundi, 11 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

désolée! Mais j'adore quand vous êtes malades...... ça nous donne des notes qui nous obligent à sourire !.... Bon ! Je peux dire cela parce-que tu dis que HB va mieux!

Écrit par : emiliacelina | lundi, 11 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

elle a de la chance d'avoir un infirmier/garde malade aux petits soins ainsi !

Écrit par : liliplume | lundi, 11 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Oh oui alors !!! Tu as raison Lili ... Quelle chance ! ...... ( je vais essayer d'appeler le mien "minou " , pour voir ...) ?

Écrit par : Francelyne | lundi, 11 janvier 2016

Je détesterai être aussi dépendante d'un mari.

Écrit par : mab | mardi, 12 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour Mr le goût. Juste un petit passage avant de refermer mon ordi. Je vais essayer de me raisonner aujourd'hui et ne pas rester trop longtemps devant l'écran. Ce matin, j'avais des éclairs devant les yeux. Trop d'écran peut-être.
Merci d'avoir apprécié mon article. Au moins, j'ai au moins une personne qui l'a lu jusqu'au bout. Ptêtre aussi la cop Praline. Non, je suis injuste, quelques copines ont été en accord avec ce que je pense. Ce que tes lecteurs ou lectrices en ont pensé ? Ca, silence radio sur toute la ligne !
Mais, c'est presque normal. Peu commentent sur des blogs qui ne sont pas des blogs AMIS. Moi même, quand il m'arrive de le faire sur le blog de vos habitués, je me sens presque comme une intruse. Mais, quand ça m'arrive, oh les pauvres !
ps : les maris sont parfois utiles. Ce matin, j'ai fait presque un malaise. Je devais aller faire ma prise de sang. J'ai failli ne pas y aller. Mon mari s'est levé et s'est proposé de m'emmener. Je n'ai pas voulu le contraindre à faire ça, après sa semaine de boulot. Alors, comme une grande, j'y suis allée seule, je ne voulais pas la remettre à demain. J'ai dit à l'infirmière "je vais peut-être tourner de l'oeïl", faites gaffe Je n'ai pas mangé depuis hier midi. Mais, elle pique tellement bien que je n'ai rien senti, mis à part un léger picotement. Cette fois-ci, elle m'en a bien pris 2 litres.
Comme quoi, tout est dans la force mentale. Tout le long de la route, je m'étais dit "si tu ne tournes pas de l'oeïl, tu iras t'acheter une baguette de pain, avec un croissant et un pain aux raisin (encore de l'industriel ces croissants. Je me demande quand j'en trouverai des comme dans mon enfance) et tu prendras un bon jus d'orange. Même que mon mari s'est levé et a bu son café avec moi pour me tenir compagnie.
Sur cette longue litanie, bonne journée. Bien que fatiguée, les bonne vieilles habitudes reviennent au galop.

Écrit par : julie ou juliette | mardi, 12 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire