Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 février 2016

Ça fait un moment qu’on sème…

Déjà vendredi dernier, j’avais entendu Valérie Bonneton commenter l’aspect intellectuel de la pièce qu’elle interprète aux côtés de Daniel Auteuil.
Et qu’est-ce qu’elle avait dit, Valérie ? Hmmm ? Qu’est-ce qu’elle avait dit ?
Eh bien, Valérie Bonneton avait dit :
« Faut pas non plus… C’est pas du boulevard non plus, c’est… Voilà… »
Puis, la voix s’éteignant doucement : « Oui… Voilà… »
C’était beau comme une phrase d’André Manoukian.
Vous savez bien, ces phrases dont chaque proposition n’a aucun rapport avec la précédente ou la suivante et qui n’ont pas de chute.
Eh bien, dans le même style, Heure-Bleue m’a un peu surpris hier soir.
Nous étions tranquillement en train de pourrir le bilan carbone du pays en mangeant des avocats délicieux mais importés quand France 2 nous agace une fois de plus en nous assénant une histoire où une activité quelconque n’est vue qu’au travers du pognon qu’elle rapporte à une poignée de déjà très lotis.
Heure-Bleue agacée, digne représentante du prolétariat exploité par une économie léviathan avale sa bouchée d’avocat et lâche :
- Pfff… Mais qu’est-ce qu’ils vont faire de plus ?
- … ?
- Ils vont se coucher plus riches alors qu’ils n’ont qu’un seul cul pour s’asseoir…
Je lève les yeux de mon assiette, un peu dérouté par sa phrase.
Toujours scandalisée, la lumière de mes jours me jette :
- Enfin, non, oui mais tu vois ce que je veux dire.
- J’entrevois, c’est la formulation qui me désarçonne…
Heure-Bleue tente de mettre un peu d’ordre dans sa phrase.
- Quand même, c’est Montaigne qui…
- Il a parlé de s’asseoir, pas de se coucher…
Ça met hélas un peu de désordre dans une pensée pourtant claire au début.
D’approximations en à-peu-près il n’est rien ressorti de précis de notre échange.
Sauf ce fou-rire qui a permis de ramener à sa juste valeur la montagne de fric attendue d’une occupation dont nous avons oublié de quoi il s’agissait.
Sauf qu’il semblait nécessaire d’avoir quatre fesses quand on était très fortuné.

Commentaires

Un fou rire c'est déjà bien.

Écrit par : mab | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

Pfff.... 4 fesses... A deux... Ça le fait! :)

Écrit par : Lapin fortunée | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

Pfffff, ce goût de la précision toujours!

Écrit par : livfourmi | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

Un fou rire ça vaut toute les fortunes.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

Toutes les fortunes, bien sûr !
C'est moi qu'on appelle la Lucky Luke du comm', j'envoie plus vite que je ne relis.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

Rire n'a pas de prix !

Écrit par : Sdl | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

Je ne dois pas rire, sous peine de souffrir... et là, je rigole en me tenant les côtes pour qu'elles ne se barrent pas.

J'adore vos conversations avant, pendant ou après émission !

J'avais l'habitude de dire que même les riches ne roulaient pas dans deux voitures en même temps, ni ne mangeaient deux fois plus, mais finalement les quatre fesses c'est la fin du circuit !!!

De même que lorsqu'on doit rencontrer quelqu'un de "plus aisé" que soi, il suffit de l'imaginer assis sur les toilettes pour qu'il perde beaucoup de son prestige.

Écrit par : Sophie | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

Ils vont se coucher plus riches alors qu’ils n’ont qu’un seul cul
Grâce aux pesticides, les nouveaux bébés auront bientôt effectivement 2 culs. Si, si, parait qu'il y a de plus en plus de malformations chez les bébés.

Écrit par : julie | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

Depuis vingt ans que je replante tous les noyaux des avocats que je mange, j'ai jamais réussi à en obtenir un qui aille plus loin que le stade de la plante verte de cinquante centimètres...
C'est pas de la mauvaise volonté, hein, enfin, alors bon voilà quoi, enfin j'me comprends... ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

C'est bizarre car les miens se sont chaque fois développés de façon incroyable dans ma classe et à la maison ;-)

Écrit par : Marie-Madeleine | mercredi, 03 février 2016

Tu veux dire que tu as obtenu des avocats ?

Écrit par : celestine | mercredi, 03 février 2016

Ben oui , quatre fesses , deux coeurs ,du rire ; c'est bio et ça fait tellement de bien !

Écrit par : epalobe | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

C'est bon de rire ... Le fou rire fait un bien fou , et c'est gratuit ! ...

Écrit par : Francelyne | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

....... j'ai l'impression que je "vous entend" en te lisant !!!!!!!!!!!!!

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 03 février 2016

Répondre à ce commentaire

Ah Ah !! "Ils vont se coucher plus riches alors qu’ils n’ont qu’un seul cul pour s’asseoir" Elle est riche (justement ) de sens cette phrase . Il est vrai que devant les profits hallucinants que se font certaines grandes entreprises ...on en reste sur notre unique cul !

Écrit par : Jerry OX | jeudi, 04 février 2016

Répondre à ce commentaire

Vous vous semez bien...

Écrit par : Brin de broc | vendredi, 05 février 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire