Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 juin 2016

Qui l'eût crue ?

Hier on est allé à Paris.
Oui lectrices chéries ! Et pas pour voir la Seine.
Nous sommes passés récupérer chez un traiteur quelque chose oublié dans le paquet.
Les deux fois où nous sommes passés sur les deux ponts qui enjambent la Seine, nous l’avons vue grignoter de plus en plus avidement les berges et, au retour, enfin les submerger en certains endroits.
Puis, ce matin, comme tous les matins, histoire de vérifier les dégâts de nos balades, je suis allée voir ce que me racontait la Bred.
J’ai été accueilli par une affichette me disant le regret de la banque de devoir fermer ses agences à Nemours, Crécy-la Chapelle et Souppes-sur-Loing.
Toujours à l’affut d’une ânerie j’ai dit à la lumière de mes jours « C’est bien la première fois que je vois une banque râler après l’excès de liquide… »
Évidemment, au lieu de s’esbaudir, Heure-Bleue a haussé les épaules.
Je ne la regardais pas mais je suis sûr qu’elle a levé les yeux au ciel et a hoché la tête d’un air désespéré.
Il n’empêche qu’en lisant cet encart sur la page de la banque j’ai pensé à Mab et Maky.
À Maky qui ne peut aller bricoler dans son coin.
À Mab qui ne peut donner libre cours à sa folie tailladeuse.
À eux deux qui non seulement vont se trouver face à un nettoyage dantesque mais qui, d’ici là vivront sans lumière, sans chauffage, en mangeant encore moins que d’habitude et qui j’espère, disposent de suffisamment de réserves d’eau potable.
J’ai bien fait de penser à eux.
Ça m’a évité de me plaindre de mon triste sort face à la pluie.
Lakevio m’a remonté le moral en concoctant, à mon attention j’en suis sûr, « Le Jardin des Délices » dans une nouvelle version…

Commentaires

C'est bizarre mais je le constate une fois de plus : quand un drame touche quelqu'un que l'on connaît - et en l'occurrence seulement à travers le net pour moi - il double de volume et on ne peut les dissocier.

Écrit par : Sophie | vendredi, 03 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Illustration de la théorie du "mort-kilomètre".
280.000 morts en, Syrie ça me scandalise mais me touche finalement assez peu.
Le rez-de-chaussée de Mab dévasté, ça ne me scandalise pas mais ça me touche.

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 03 juin 2016

Eh oui dans ces situations on relativise...
Pfff tu dis qu'Heure Bleue a haussé les épaules et levé les yeux au ciel, tu parles, elle est en extaaaaase devant toi :-)

Écrit par : Praline | vendredi, 03 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Hé oui, j'ai eu honte de me plaindre de mes petits bobos , alors que j'ai les pieds au sec , de l'électricité et du chauffage ... Je pense tous les jours à Mab et son mari dans toute cette eau et cette boue ... J'ai de la peine pour eux et toutes ces familles évacuées ... Et la suite ne va pas être drôle quand il va falloir nettoyer et constater les dégâts .

Écrit par : Francelyne | vendredi, 03 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Un excès de liquides, joli!

Écrit par : Livfourmi | vendredi, 03 juin 2016

Répondre à ce commentaire

ton 'pavé rose" après le com de Sophie explique exactement ce que je pense !

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 03 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Intéressante et tellement vraie, la théorie des morts-kilomètres...
C'est pourquoi il vaut mieux essayer d'aider son voisin que de vouloir changer l'autre bout du monde...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | vendredi, 03 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire