Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 13 juin 2016

Pour solde de tout conte...

Nikolai-Kornilievich-Bodarevsky-Femme-allongée-avec-un-chat.jpg

Déjà petite elle savait qu’elle allait se marier avec un prince.
Un vrai, un comme ceux des contes de fée.
Un qui serait beau, avec une peau mate comme celle de ce garçon à deux rangs d’elle dans sa classe.
Elle en était sûre.
Malgré un premier réflexe de dégoût qu’elle avait rapidement surmonté, elle avait embrassé une grenouille pendant ses premières vacances « de grande », en colo.
Les échecs, pour répétés qu’ils fussent, n’avaient pas entamé son moral ni annihilé ses espoirs de finir enfin dans les bras d’un prince.
Puis elle avait grandi, quitté l’école pour l’université et avait trouvé sa voie dans la zoologie.
Elle avait assez de connaissances maintenant pour savoir qu’il était peu probable qu’une bestiole quelconque se transformât en prince avec un bisou.
Néanmoins, un soir, quand le dernier assistant du laboratoire avait claqué la porte elle s’était surprise à ouvrir l’aquarium de la rainette, la prendre et déposer un léger baiser sur ses lèvres.
Rien…
Elle soupira, prit sa veste, donna un tour de clef et quitta la fac des Sciences.
Elle remonta la rue Linné jusqu’à la rue Lacépède où elle habitait en se disant qu’elle avait embrassé trop de grenouilles dans sa vie et qu’à trente ans il était temps de passer à autre chose.
Sur le chemin elle acheta une tranche de jambon, une tartelette aux pommes et une canette de Coca Zéro.
Elle retourna sur ses pas et acheta une petite boîte de miettes de thon pour le chat puis arriva chez elle.
Elle était seule.
Depuis toujours, seulement un peu plus depuis la mort brutale de ses parents.
Elle était restée là, dans l’appartement où elle avait grandi et où elle comptait bien un jour amener un prince.
Celui ci surgirait de façon inattendue, quand elle aurait perdu espoir, ce qui ne saurait tarder vu que la rainette du labo trépasserait dès demain matin. 
Elle dîna tristement avec Bidule, le chat.
Lui avait rapidement avalé le contenu de la petite boîte et essayait maintenant de lui voler un morceau de jambon.
Elle le lui céda avec un sourire et aussitôt qu’il l’eut avalé il vint s’installer sur les genoux de sa maîtresse.
Elle se leva, débarrassa la table, fit la vaisselle et, après un passage par la salle de bains, partit se coucher.
Une atmosphère étrange s’abattit soudain sur le quartier.
Ce n’était pas le silence d’un soir normal de Jardin des Plantes.
Une lumière bizarre tombait de nuages et éclairait son lit d’une couleur inhabituelle.
Allongée elle lisait quand la lumière varia brusquement et prit une teinte orangée qui l’inquiéta.
Bidule sauta sur le lit et chercha un abri sur sa poitrine.
Elle le prit dans ses bras et l’embrassa doucement sur le museau.
L’éclair qui traversa à grand fracas la fenêtre brisa une vitre et elle se sentit soudain écrasée par le poids d’un corps.
La lumière revint, normale et éclaira une scène qu’elle n’aurait jamais imaginée, même dans ses rêves « prinçomaniaques » les plus agités.
Elle était allongée sur son lit, la chemise de nuit en désordre.
Un homme, aussi beau qu’elle l’avait rêvé, était couché contre son flanc, nu comme sa mère l’avait fait.
Il la regardait avec des yeux pleins d’amour.
Elle le regarda avec des yeux pleins d’attente.
Puis elle ferma les yeux et attendit.
Il osa poser ses lèvres sur les siennes.
Ce fut le début du baiser le plus sensuel qu’elle ait jamais connu.
Son ventre fut parcouru de frissons, ces frissons d’attente qu’elle désespérait de connaître.
Même ses seins se comportèrent bizarrement.
Elle se colla contre lui et entrouvrit les lèvres.
Le moment fut parfait.
Un peu plus de deux mois plus tard, elle donna naissance chez elle à quatre chatons et, assez bizarrement, à deux rainettes vertes.
Elle ne pensa même pas à cacher les uns ni les autres…
De toute façon, qui penserait qu’elle était leur mère ?
Elle regarda le prince Bidule, sourit rêveusement à la pensée qui la traversa et l’idée de commencer une autre portée immédiatement la tenta, quoi qui puisse naître…

Bon, ce n’est pas ce que j’avais eu comme idée au départ mais ça s’est écrit tout seul, alors…

 

Commentaires

Je ne sais pas quelle était ton idée de départ, mais j'aime beaucoup le résultat de ton clavier qui écrit tout seul.

Écrit par : Berthoise | lundi, 13 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Franchement, ton clavier ???
Ou tu es parti dans un délire pour la seconde partie ?
Pas besoin de réponse, j'aime....

Écrit par : Sophie | lundi, 13 juin 2016

Répondre à ce commentaire

En voilà un conte extraordinaire !... J'attendais un martien... Mais peut-être que le chat a certains pouvoirs... J'espère que tu me diras aussi l'autre version ! Et comme titre tu aurais dû laisser "fallait pas tirer la queue du chat"...
Bises

Écrit par : lakevio | lundi, 13 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Alors, c'est un signe. Le signe qu'embrasser un crapaud ou tout autre animal peut changer un destin d'une façon inattendue.. (Je vais essayer, tiens !) On se demande ce que vont devenir ces petits ? Y a t'il une crèche qui acceptera des les accueillir ?

Écrit par : Véro | lundi, 13 juin 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai souri béatement au début, retenu mon souffle en me disant que j'allais enfin découvrir la recette "apparition du prince charmant"... et j'ai fini avec une mine de dégoût. Tu m'as cassé mon jouet :-)

Écrit par : Praline | lundi, 13 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Un conte de fée pour adultes : excellent !

Écrit par : liliplume | lundi, 13 juin 2016

Répondre à ce commentaire

C'est osé ! mais tellement sensuel...et tout ça s'est passé à la miaoût, bien sûr... ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 13 juin 2016

Répondre à ce commentaire

si ça s'est écrit tout seul .. Alors! J'ai toujours aimé les contes de fée lorsque j'étais enfant, ..... celui-ci me convient mieux .... je ne suis plus une enfant ! Bref! J'aime bien !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 13 juin 2016

Répondre à ce commentaire

C'est beau la créativité!

Écrit par : Livfourmi | lundi, 13 juin 2016

Répondre à ce commentaire

C'est DOUX COMME des mots qui se placent judicieusement
Et qui nous poussent à poursuivre même quand on prend l'histoire sans connaître le début
A moins que ce soit l'histoire du tableau ..............:???)

Écrit par : Rose63 | mardi, 14 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Alors, tu as bien fait !

Écrit par : Brin de broc | dimanche, 10 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire