Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 juin 2016

Sacs, villes, ouest...

mariages.jpg

C’est vrai. Ils sont magnifiques.
Assis devant la table qui supporte la pièce montée, je les regarde attentivement.
Comme presque tous dans l’assistance.
Bon, lui est moins beau mais c’est normal.
Je ne l’aime pas lui.
C’est elle que j’aime et j’ai le cœur serré à la voir lui sourire ainsi.
J’aimerais être aussi sûr qu’elle me l’a juré que ce n’est qu’un simulacre.
Elle a eu beau m’expliquer pourquoi il fallait qu’elle l’épousât.
Je n’ai toujours pas compris.
Enfin, plus exactement je n’ai toujours pas admis.
Je sais bien, la pression familiale, gnagnagna et gnagnagna…
Ils la poussaient depuis si longtemps.
Quasiment fiancés depuis quinze ans.
Elle a même eu un bébé il y a huit ans.
Une fille.
Ça m’a arraché le cœur.
Si elle a su me rassurer elle m’a quand même condamné au silence.
Elle est aussi condamnée au silence.
Il y a des choses qu’on doit taire.
On doit même se marier pour faire taire les questions insistantes sur ces interminables fiançailles.
La réalité est qu’ils ont dû tous deux céder à leur famille.
J’ai quand même trouvé cruel qu’elle m’ait invité au mariage.
« Mais si mon chéri,  je t’aime mais je dois aussi céder aux convenances tu sais… Imagine le scandale si on savait qu’il… »
Heureusement qu’il est souvent en voyage.
Longs éloignements jamais expliqués.
Mais bof, nous ferons comme on le fait depuis tant d’années.
Et puis cette jolie petite blonde que je connais bien, j’ai cru qu’elle regardait le gâteau, « comme un gâteau » justement…
Mais non, c’est moi qu’elle regarde.
Elle aussi est belle.
C’est pourtant vrai qu’elle est belle, ma fille !
Aussi belle que sa mère…

Commentaires

Mariage de convenances, comme on disait , que c'est triste.
Et que le conteur se contente d'une situation bâtarde est navrant..
Bon, on aura peut-être la solution dans une autre image ???

Écrit par : Sophie | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Mon père avait autant d'admiration pour moi que tu aurais eu pour ta fille! Il m'a dit 20 ans après, lorsque j'ai divorcé, que mon mari n'était pas fait pour moi. "Pourquoi ne m'as-tu rien dit papa? -parce que tu m'aurais envoyé promener, ma fille". Il avait raison, bien sûr!

Écrit par : Marie-Madeleine | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Et ils eurent beaucoup d'enfants... Qui ne ressemblaient pas à leur papa, qu'importe.

Écrit par : la Mère Castor | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

J'adore ton titre.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Et bien, la situation est loin d'être... rose !
Bon, moi, j'ai du mal, avec ton titre. C'est un message pour HB ?

Écrit par : lakevio | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Que de salamalecs parfois dans ces mariages arrangés, obligés, convenus.... pfiou je pense que ça disparaît chez nous...
Si c'est pas indiscret, on peut avoir une explication du titre ? :-)

Écrit par : Praline | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Les apparences sont souvent trompeuses...

Écrit par : tanette2 | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

j'ai beau lire et relire tout haut ton titre.. il ne me révèle pas son/ses secrets!

Écrit par : Coumarine | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour

un petit jeu de piste à lire à voix haute qui ne peut échapper à une libraire :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vita_Sackville-West

Bon, sérieusement, qu'est ce que j'ai gagné ? un prince charmant me comblerait ;-)

Écrit par : nicole 86 | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

ha ha quelques similitudes avec la mienne !

Écrit par : liliplume | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Moi aussi j'aime ton titre

Écrit par : mab | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

J'avoue, j'avoue,
je ne connaissais pas Vita Sackville-West...
Donc de la lecture en perspective, chic

Écrit par : Sophie | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Ah...les pères et leurs filles...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

C'est vrai que la petite blondinette a l'air de vraiment regarder dans la direction du monsieur que l'on voit de dos! Du coup l'histoire est très vraisemblable! Pas très morale, mais vraisemblable ! Bravo , j'ai pris plaisir à la lire !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

ton texte me fait penser à une chanson...

https://youtu.be/f-LoTyKnmIw

bisous

Écrit par : Tarrah | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

ah !! l'éternel amant ...........

Écrit par : maevina | lundi, 20 juin 2016

Répondre à ce commentaire

J'espère qu'il est fort riche que la petite en tire quelques avantages ! et que le narrateur arrivera à sa caser sur une photo pour voir un portrait de famille !

Écrit par : Véro | vendredi, 24 juin 2016

Répondre à ce commentaire

...Pour AVOIR un portrait de famille

Écrit par : Véro | vendredi, 24 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Le bal des Laze...
Je n'avais jamais entendu parler de cette Vita Sackville-West jusqu'à m'intéresser d'un peu plus près à Virginia Woolf, j'aimerais beaucoup lire leur correspondance...mais quand ???????

Écrit par : Brin de broc | dimanche, 10 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire