Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 09 août 2016

Quand le bonheur est à louer, je suis heureux comme un pou l’est.

Il y a près d’un mois, Sylvie passait chez moi pour dire qu’elle ne passait plus dans le jardin face à la Halle Saint-Pierre.
Alors, le jardin en face, c’est « le Sacré-Cœur ».
Bon, il a changé trois fois de nom mais n’a jamais été appelé par le bon.
C’est toujours « le Sacré-Cœur ».
Il fut le « square Saint-Pierre » jusqu’à ce que l’État, qui administre Paris depuis la Commune, l’appelle « square Willette ».
En 2004 on s’aperçut avec un certain retard à l’allumage qu’Adolphe Willette avait été le seul « candidat antisémite » d’élections législatives.
Comme ce n’était pas bien vu, on rebaptisa le jardin du Sacré-Cœur « square Louise Michel ».
Ces temps ci, le glissement à droite étant marqué, je doute que ce jardin porte encore longtemps le nom d’une dame qui commit l’erreur d’être du côté des Fédérés lors la Commune.
Les temps n’ayant jamais été propices aux perdants et l’époque actuelle franchement néfaste aux Communards, le square devrait changer de nom sous peu…
Hélas, il n’y a pas que le nom du jardin qui a changé.
Le jardin aussi.
Adieu les allées sableuses, les chaises métalliques qu’on pouvait amener où l’ombre était propice et les rapprocher autant que faire se peut.
Adieu la dame à sacoche qui pestait parce que les gamins assis s’enfuyaient dès qu’ils l’apercevaient.
Il arrivait tout de même, qu’occupés à se regarder, les jeunes gens soient obligés de sortir une pièce en échange du minuscule ticket qui donnait le droit de rester sur la chaise.
Il m’est même arrivé d’en avoir un ou deux…
Cela dit, Sylvie, si tu as raison pour la population, pense que la rue qui sépare le Jardin de la Halle Saint-Pierre reste une rue super.
Oh ! Ça ne paraît pas comme ça.
Mais imagine la rue Ronsard les soirs d’automne, quand les feuilles qui tombent du flanc de la falaise artificielle jonchent le trottoir.
Imagine toi rentrant du lycée, le cartable battant le mollet, traînant les pieds dans les feuilles mortes en rêvassant à on ne sait quoi.
Ça fait un bruit chouette.
Si, si, regarde, il ne fait pas encore nuit, même pas crépusculaire, l’heure est la même en été et en hiver.
Tu n’as qu’à tourner la tête vers le Panthéon pour voir le soleil se coucher.
Quand tu as dépassé le tournant, ne prends pas la rue André del Sarte, elle est sale, elle sent le pipi et les trottoirs sont pleins de crottes de chien.
Non, continue et monte la volée de marches qui t’emmènera jusqu’à la rue Muller.
Après, tu vas où tu veux, moi je vais continuer jusqu’au chez moi de ce temps là…

Commentaires

Le Paris romantique, le plus beau. Merci, le goût !

Écrit par : Nina | mardi, 09 août 2016

Répondre à ce commentaire

Depuis que je te lis sur ce quartier, je recherche le nom de ce roman historique qui en parlait au moment de la souscription et de la construction du Sacré-Coeur !
T'aurais pas une idée ?

J'ai plus de plaisir à te suivre que Modiano, j'espère que tu biches ?

Écrit par : Sophie | mardi, 09 août 2016

Répondre à ce commentaire

Tu me donnes toujours envie de mettre ma main dans la tienne et de me laisser guider dans le Paris que tu aimes

Écrit par : livfourmi | mardi, 09 août 2016

Répondre à ce commentaire

C'est amusant... tu réveilles en moi le souvenir de la "chaisière" qui récolait quelques centimes pour payer le droit de poser son postérieur sur une chaise en fer perforée de couleur "jaune orangée"...
Au jardin de mon enfance, quartier de la Muette, cela existait.
Il y avait également les chevaux de bois qui continuent de tourner, tourner... depuis plus d'un demi siècle... sans se plaindre ni faire grève... Bonnes bêtes, les seuls chevaux dont je n'ai jamais eu peur...
Les balançoires, les ânes... et la cabane aux trésors : bonbons, gaufres et autres délices plantée au milieu de "l'allée aux patins"...

Écrit par : Françoise | mercredi, 10 août 2016

Répondre à ce commentaire

J'avais oublié ce détail : la chaisière du Jardin des Plantes de Nantes avant les bombardements ! Moi aussi, bien sûr, je m'éloignais après avoir prévenu l'adulte qui m'accompagnait qui se levait aussi...
Même à l'église il y avait une chaisière, mais pourquoi ? Peut-être était-ce pour ceux qui prenaient une chaise au lieu des bancs ? J'ai oublié

Écrit par : Bourlingueuse | mercredi, 10 août 2016

Répondre à ce commentaire

On y passe encore de bons moments dans ce square à regarder tourner le manège et en repassant nos vies...

Écrit par : lakevio | vendredi, 12 août 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire