Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 01 janvier 2017

Oh ! Non tremare !

Que celles qui ont passé une mauvaise année 2016 l’oublient.
Que celles qui ont passé une bonne année 2016 fassent tout pour que 2017 soit aussi bien voire mieux.
Non, pas de « Belle année », pas de « Douce année », pas de « Ô plein d’amour pour la nouvelle année ».
Ça, ça m’énerve alors je vous dis tout simplement « Bonne année, lectrices chéries ».
Vous êtes assez grande pour y trouver de la beauté et de la douceur.
Et même de l’amour.
Bon, là faut quand même faire un peu gaffe mais il arrive que ça se passe bien.
Faut juste y mettre du sien et je suis sûr que vous le faites.
Au fait, lectrices chéries, je ne vous ai pas dit il y a peu que la mémoire était une machine étrange ?
Eh bien, c’est bien mieux que ça.
Je suis, comme quasiment tous les jours, allé faire un tour chez Célestine, oui celle qui dit qu’elle ne sort pas de l’enfance et à qui je ne dis rien de méchant parce que non seulement je suis comme elle mais que malgré tout je connais toute de même la différence, surtout à nos âges, entre « ne pas sortir de l’enfance » et « retomber en enfance ».
J’aime parfois ce qu’elle écrit, parfois « ça me parle » et d’autres fois moins mais j’y passe toujours parce que j’aime ses dessins.
Comme vous le savez, hier après-midi, mes commensales étaient parties traîner à Paris avec la demande pressante de votre Goût adoré de ramener un couteau à huîtres car tenter d’ouvrir des huîtres avec une lime à ongles est sans espoir et le tenter avec un couteau est un coup à approfondir le trou de la Sécu.
Pendant ce temps de solitude, je me suis donc mis à la confection du dîner en écoutant plein de choses.
Disons de Maria Callas en Norma à « La sieste » de Françoise Hardy en passant par « La complainte de la Butte » par Cora Vaucaire et « The walk of life » et d’autres par Dire Strait et même « Whole lotta love » par Led Zeppelin.
Extra pour éplucher les pommes de terre, les deux derniers…
En faisant tout ça, je réussissais à rêvasser.
Célestine m’est revenue à l’esprit en regardant la farce que je pétrissais.
Non, Célestine, n’y vois rien de plus qu’un mec en train de mélanger de la chair à saucisse, du bœuf haché et des épices en se dandinant au rythme de Dire Straits, hein.
Quand Mark Knoffler a attaqué « Brothers in arms », Célestine Troussecote, donc me trotta par l’esprit.
Et là, avec ces histoires de guerre, d’armée, ça m’est revenu d’un coup.
Ça m’a ramené à mon âge estudiantin où parfois à l’heure du déjeuner, j’écoutais sur France Inter « Bons baisers de partout », l’émission de Pierre Dac, réservoir inépuisable de calembours « foireux ».
Du coup je me suis rappelé qui était Célestine Troussecotte.
C’était la secrétaire du colonel De Guerlasse, patron de l’opération « Tupeutla ».
J’ai terminé mon job, préparé la poularde, mis la farce à l’intérieur et l’ai religotée.
J’ai mis les pommes de terre, les haricots, l’oignon émincé, salé, poivré et mis dans le plat.
J’ai sagement attendu d’avoir terminé mon travail et me suis précipité sur Google pour chercher si « Bons baisers de partout » n’avait pas été effacé de la mémoire du monde.
Eh bien non !
Wikipedia m’a même rappelé qu’il y avait un agent du nom de Nicolas Leroidec.
Étrange, non ?

Commentaires

Je vois que tu as joué à cinquante nuances de Grey avec la poularde ! Bonne année Le Goût !

Écrit par : Brigitte | dimanche, 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Bonne année.
Et pour commencer l'année sans incompréhension, pourrais-tu éclairer ma lanternequant à ta recette : " J’ai mis les pommes de terre, les haricots, l’oignon émincé, salé, poivré et mis dans le plat."
Y'a kekchoz qui m'échappe.

Écrit par : Berthoise | dimanche, 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Je mets aussi un peu d'eau dans le plat au dessus duquel tournera la bestiole.
Pendant que la broche tourne, le jus qui coule et qui me sert à arroser la bestiole, sert de sauce aux légumes en dessous de la broche.

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

le mien nous a fait des coquilles st jacques sur lit de poireaux, c'est une Révolution (il a beaucoup à se faire pardonner)

Écrit par : liliplume | dimanche, 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Bonne année ex-Liliplume.
Le mien a sûrement encore plus de choses à se faire pardonner. C'est tous les jours qu'il va y avoir droit. Déjà, j'ai une énorme pile de linge à repasser. Je vais lui demander de s'y coller demain. Nomého.

Écrit par : julie | dimanche, 01 janvier 2017

Non, pas de « Belle année », pas de « Douce année », pas de « Ô plein d’amour pour la nouvelle année 

Alors, je te dis simplement "meilleurs vœux 2017", avec une bise en plus...Qu'elle soit aussi bonne que 2016...car, ma foi, à vous lire HB et toi, ça n'a pas été trop mal, non !

A qui je ne dis rien de méchant ...
Et, aux autres, tu leur dis des choses méchantes ? Je rigole. Faut bien encore rigoler en 2017. Tu sais ce que ma fille m'a offert comme livre ? Je n'arrête pas de dire que j'aime Devos, et bien, j'ai reçu un placard de 700 pages de lui, toutes ses histoires, blagues.... Je crois que vous allez en manger du Devos durant l'année quand je n'aurai rien d'autre à raconter. Ha, ha. Mais, Devos, je préfère l'écouter que le lire.

Écrit par : julie | dimanche, 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

tu écoutes de la bonne zique! ya pas à dire...mis à part la Calas pour moi, le reste me va.
dis moi, de quelle sorte te haricots dans la poularde? Vert ? blancs? bisous et bonne année!

Écrit par : Tarrah | dimanche, 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

J'aime bien ta playlist. J'aime bien ta façon de pratiquer l'art culinaire. J'aime bien tes lectures. Et j'aime bien te lire.
En un mot comme en plusieurs, tu me fais du bien.
En tout bien tout honneur!

Écrit par : la baladine | dimanche, 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

tu cuisines vraiment avec ...amour ! Et ...en musique ! H.B. et La Tornade ont de la chance!

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Si je n'avais lu que les commentaires, j'aurais été bien en peine de deviner que tu me consacrais les trois quarts de ton billet... ;-)
Apparemment, tu as plutôt parlé cuisine et musique, donc.
je confirme ( j'en ai parlé plusieurs fois sur mon blog) que j'ai emprunté ce pseudo à mon père putatif, Pierre Dac, dont les feuilletons radiophoniques étaient le régal de mon père.

Je te remercie du fond du coeur d'avoir parlé de moi.
Et je rassure Julie, Le Goût n'est méchant avec personne. Je dirais plutôt taquin...cf son commentaire sur mon billet "2017"
Bises étoilées
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | dimanche, 01 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

cuisiner en musique c'est le pied ça !!!!!!!! alors bonne année à toi !

Écrit par : maevina | lundi, 02 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Très bonne année 2017 Le Goût !

Écrit par : Anita | lundi, 02 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup ... Meilleurs vœux pour 2017 !

Écrit par : Francelyne 17 | lundi, 02 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Très bonne année 2017 sur les ondes bloggiennes.

Écrit par : seringat | lundi, 02 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Une année qui commence avec gourmandise mais ce n'est pas étonnant lorsqu'on s'appelle leGoüt ! Bonne continuation à toi et HB, en dégustation et en musique.
L'opération Tupeutla : énorme. Tu m'as donné envie de réécouter ! j'adore les trouvailles des noms.

Écrit par : lakevio | mardi, 03 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire