Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 31 décembre 2016

Encore un an paqueté…

Malgré la température, les merdouniers du Japon sont encore en fleurs.
Ça ne va pas durer, ces pauvres fleurs jaunes ne vont pas rester ces petits soleils qui éclairent la haie de l’immeuble pas loin de l’avenue.
Enfin, je m’en fiche, d’ici peu je vais être tranquille.
La lumière de mes jours et la tempête qui réveillonne à la maison vont partir à Paris.
Heure-Bleue prétend que c’est pour que je prépare dans le calme le repas de ce soir.
Je sais très bien qu’en réalité c’est pour aller traîner dans Paris.
Bon, « en même temps » comme disent les djeun’s, je vais pouvoir préparer cette poularde farcie à mon rythme.
La Tornade a choisi un Gewurztraminer « vendanges tardives » pour l’accompagner.
Je vais préparer la farce comme tout le monde l’aime à la maison.
Moitié bœuf-moitié porc, de l’ail, de l’oignon, du persil, du sel, du poivre.
Un peu de graines de cumin pour ajouter cette légère fragrance anisée, à peine une trace, juste ce qu’il faut pour qu’on y pense sans que le goût ne marque la farce.
Histoire que ça n’ait pas le goût quelconque et vaguement « graillonneux » de la farce toute préparée que je trouve généralement trop grasse.
Après ça, je mettrais dans le plat ce mélange de petites pommes de terre, de haricots dits « beurre », de haricots verts et un oignon émincé.
Puis je piquerai la poularde sur la broche et je mettrai tout ça au frais en attendant dix-neuf heures, le moment de mettre tout au four.
Après quoi je pourrai me mettre à mon activité favorite, à savoir glander.
Ça ne paraît pas mais je suis devenu un expert.
Des décennies à éviter soigneusement l’effort portent leurs fruits.
Un long entraînement à la rêvasserie aux moments les moins appropriés m’a permis de rater les moments les plus ennuyeux des réunions et de m’en sortir la tête haute.
Oui, lectrices chéries, vous avez remarqué que les mêmes âneries sont dites et répétées pendant des années au cours de réunions sans intérêt autre qu’occuper des gens à bavarder ?
Donc, je pressens un après-midi de paresse délicieux.
Et de calme.
Surtout de calme.
Même si j’écouterai « the walk of life » de Dire Straits.
Quand le moment sera venu, je passerai une heure et demie à arroser, encore arroser, toujours arroser la poularde afin qu’elle soit tendre.
Il faut bien qu’il y ait quelque chose de tendre à la maison.
A part moi bien sûr…

Commentaires

C'est un joli programme, pour une jolie soirée tendrement préparée. Dire Straits, excellent choix! Et un titre au top, comme chaque fois!
Bon passage vers 2017, doux baisers!

Écrit par : la baladine | samedi, 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Alors là tu m'épates : ok, il fait froid, t'as un repas à préparer,

mais préparer un repas tranquillou en glandant, au lieu de faire de nouvelles découvertes ou d'éveiller de vieux souvenirs parisiens,

j'avoue que tu m'étonneras tous les jours.

Muse-toi bien,

Écrit par : Sophie | samedi, 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Nul doute que tout cela sera très tendre..Et plein de cet amour qui transpire de chaque mot ici, même quand il se cache derrière une bougonnerie de bon aloi, ou des merdouniers du Japon...
Kisses
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | samedi, 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'allais te demander ce que tu leur préparais de bon, mais y a pas besoin! Je te lis, je salive et trouve, résolument, que j'habite trop loin. Je vous souhaite un joyeux et goûteux réveillon et à l'année prochaine!

Écrit par : Livfourmi | samedi, 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

ma foi ça donne faim! et tu as tellement raison sur les réunions où ça radote! j'étais justement à regarder tranquillement le givre dans une toile d'araignée, je trouve ça passionnant par contre! belle nouvelle année

Écrit par : sylvie | samedi, 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

L'album "Brothers in Arms", vendu à plus de 30 millions d'exemplaires dans le monde, est toujours d'actualité, plus de 30 ans après sa sortie. Le Goût écoute « the walk of life » de Dire Straits à plein tube dans sa cuisine, ça fait valser les plumes de la poularde...
Je vous conseille, dans un registre un peu plus hard, mais écoutable, Softkill - An Open Door 2011 adresse: https://www.youtube.com/watch?v=zXqYbSAlee8 C'est post punck.
Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2017

Rive gauche de l'Aar, le 31 décembre 2016

Un lecteur déguisé en lectrice chérie

Écrit par : jeanjacques666 | samedi, 31 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire