Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 février 2017

Le Roussillon, connu pour sa douceur et sa chaleur, est des plus attirant...

Ouais, je sais, Lakevio, je sais, ne dis rien…

lakevio.jpg


Bon sang !
Toutes les trois.
Un vrai tribunal.
D’ailleurs c’était un tribunal.
Ma grand’ mère, ma grand’ tante et l’entremetteuse.
J’avais bien dit que je ne voulais pas faire ce qu’on avait choisi pour moi.
Je ne voulais pas reprendre l’entreprise de celui qu’on avait dit « le beau-père ».
Je n’avais pas de beau-père.
Je n’avais d’ailleurs pas d’épouse.
Ne parlons pas du pruneau que l’entremetteuse voulait me voir épouser.
Ce petit bout de femme au teint d’un jaune maladif qu’on m’exhortait à épouser.
« Un beau parti » qu’elles disaient.
Pas beau, le parti, et hélas pas parti.
Du moins assez loin…
Même ma grand’ mère trouvait que c’était trop cher payé.
Il faut avouer qu’elle avait toujours fait preuve d’indulgence avec moi.
Tous me voyaient dans l’industrie ou la médecine.
Pas moi.
Ma grand’ mère me voyait dans ce qui me plaisait.
Si elle me voyait marié, c’était seulement avec quelqu’un qui pourrait m’assurer la liberté de l’esprit.
Elle sentait bien qu’avec cette fille, la liberté de l’esprit était un rêve lointain.
Elle l’avait entendue.
Préparant des emplois du temps où les réunions et les visites à la banque occuperaient l’essentiel de mes journées.
Elle comprenait bien que ça ne me plaisait pas plus que ça.
Elle savait depuis mon entrée en primaire que ce qu’il me fallait, c’était rêver, écrire.
Je ne lui avais jamais dit mais elle savait bien que j’avais envie d’écrire des choses aussi belles qu’Ophélia ou Musées secrets.
Elle s’est levée et a dit clairement à sa sœur et à l’entremetteuse « Vous voyez un poète à la tête de l’entreprise Bidule & Cie ? »
Un long soupir s’échappa des poitrines plates et désolées de sa sœur et de l’entremetteuse.
Elle ajouta « Surtout avec cette petite sans attraits ? »

Commentaires

Le rêve a peu de place chez Bidule & Cie, que de vocations avortées!

Écrit par : mab | lundi, 20 février 2017

Répondre à ce commentaire

Tu parles ! Avec sa mère ce garçon aurait été marié en vitesse.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 20 février 2017

Répondre à ce commentaire

Tu l'as échappé belle ! Sans la grand-mère, c'était râpé ! Ouf !

Écrit par : Gwen | lundi, 20 février 2017

O douce grand-mère, sauveuse de l'âme des poètes et des sillons roux !
J'adore !

Écrit par : lakevio | lundi, 20 février 2017

Répondre à ce commentaire

J'ai fait enfin la transcription de ton titre.
Ainsi, même les jeunes hommes, on essayait de leur caser un pruneau ?

Heure-Bleue m'a fait éclater de rire. Ah les belle-mères !!

Écrit par : Sophie | lundi, 20 février 2017

Répondre à ce commentaire

Ta Rousse l'a échappé belle ! Et nous aussi, car, à la tête de Bidule & Cie, tu n'aurais pas pris le temps de nous concocter tes textes qui nous manqueraient... et tes titres à tiroirs !

Écrit par : Gwen | lundi, 20 février 2017

Répondre à ce commentaire

Ces 3 têtes m'ont donné le bourdon. Je n'ai pas eu le cœur à en faire un article. Trop frigides, trop lèvres pincées. Tu n'as même pas réussi à les dérider mr le goût. Pourtant, avec ton humour, tu arriverais à dérider un mort. C'est dire comme celles-là sont coincées.

Écrit par : julie | lundi, 20 février 2017

Répondre à ce commentaire

Oh, mais... ce titre! Ce titre!!!

Écrit par : la baladine | lundi, 20 février 2017

Répondre à ce commentaire

Heureusement que grand mère veillait au grain !

Écrit par : Colette | lundi, 20 février 2017

Répondre à ce commentaire

Sauvé, alors ! Au moins une qui a le bon sens de ne pas céder à la raison du confort matériel ! Dès que son bouquin sort, tu m'en mets un exemplaire de côté.

Écrit par : Véro | lundi, 20 février 2017

Répondre à ce commentaire

Ouf! Tu as eu chaud ! Les grand-mères sont les meilleures!

Écrit par : emiliacelina | lundi, 20 février 2017

Répondre à ce commentaire

Ah ce roux sillon, disons-le ... a de quoi rendre jalouses ces peaux de bique;-)

¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mardi, 21 février 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire