Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 17 avril 2017

Que dire de neuf de Pâques ?

Eh bien déjà l’inquiétude…
Oui lectrices chéries, j’ai un peu peur.
Non que je sois menacé de quelque chose de grave.
Encore que…
Le sentiment des enfants devant l’injustice peut causer des réactions dévastatrices.
La résurrection des uns pourrait bien causer le trépas d’un autre…
Mais pourquoi cette crainte diffuse en ce lundi de Pâques ?
Alors voilà, lectrices chéries.
Pour faire comme tout le monde sauf les musulmans, les juifs, les bouddhistes, les animistes et tous les autres mécréants qui peuplent le monde, la lumière de mes jours m’a téléphoné, avant de rentrer à la maison.
 « achète des gros œufs Kinder » m’a-t-elle dit.
Avec un à-propos qui m’a moi-même surpris, j’ai demandé « c’est tout ? »
Elle m’a raconté, retranscrit sans doute de Merveille, quelque chose qui ressemblait à « et-des-sacs-d’œufs-des-petits-mais-pas-si-petits-en-fait-je-ne-sais-pas-trop-quelle-taille-ils-ont-mais-tu-trouveras-bien. »
J’ai raccroché.
J’ai mis tous les mots en ordre.
Je n’ai rien compris.
Alors j’ai appelé l’Ours et j’ai répété.
Il a traduit immédiatement.
« Des Schoko-Bons ! C’est des Schoko-Bons… On en trouve au Monop… »
Alors je suis allé au Monop’ et j’ai acheté deux gros œufs et deux sacs de « Schoko-Bons ».
Et c’est aujourd’hui qu’on va me faire la gueule parce que j’ai commis un péché inexpiable.
Il faut que je vous dise, lectrices chéries, le matin du jour où je suis allé chercher Heure-Bleue et Merveille, avant son coup de téléphone, j’ai eu envie d’une petite « douceur ».
J’ai résisté vaillamment.
J’ai été vaincu.
La tentation fut la plus forte.
J’ai ouvert un paquet de « Schoko-Bons ».
Je pensais naïvement qu’un paquet de 350 grammes de bonbons s’ouvrait et surtout pouvait se refermer avec les glissières qu’on trouve habituellement sur les sachets de choses qu’on ne peut bouffer d’un seul coup.
Hélas, le paquet s’est déchiré, pas de fermeture possible…
C’est là que le drame s’est noué.
J’ai pris un peu de « Schoko-Bons ».
Puis encore un peu.
Puis un peu encore…
Et encore un peu…
Bref, il y a un super trou dans le paquet et un super plus sur la balance.
Maintenant, Heure-Bleue a décidé qu’on n’emmènerait qu’un seul paquet de « Schoko-Bons » chez les enfants.
Le paquet rescapé.
Je pressens que ça va se gâter parce que Merveille et P’tite Sœur s’aiment bien sûr.
Au point de partager un sac de « Schoko-Bons » ?
Rien n’est moins sûr.
J’ai déjà une tête de coupable…

Commentaires

Quelqu'un qui ne résiste pas au chocolat ne peut -être foncièrement mauvais.

Écrit par : Nina | lundi, 17 avril 2017

Répondre à ce commentaire

...et ma seule façon de résister est de ne pas en acheter ( snif )!

Écrit par : Nina | lundi, 17 avril 2017

Répondre à ce commentaire

C'est bon, n'est-ce pas ?

Écrit par : Livdourmi | lundi, 17 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Tu ressembles à Cher et Tendre , aussi gourmand , il pioche dans les paquets des enfants !

Écrit par : Brigitte | lundi, 17 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Faute avouée...

Écrit par : la baladine | lundi, 17 avril 2017

Répondre à ce commentaire

moi je piquais aux miens des bouts de sujets de Pâques en chocolat en espérant qu'ils ne s'en rendaient pas compte

Écrit par : colombine | lundi, 17 avril 2017

Répondre à ce commentaire

T'as pas honte !

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 17 avril 2017

Mais tu es infernal, remarque j'ai du mal à résister moi aussi.

Écrit par : mab | lundi, 17 avril 2017

Répondre à ce commentaire

On a eu chacun notre petit lapin en chocolat noir ... c'est tellement bon pour le moral, pourquoi s'en priver ?

Écrit par : Francelyne | lundi, 17 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Félicitations pour ce récit superbement raconté un vrai délice.
Bonne fin de journée ainsi qu'à heure Bleue

Écrit par : Christiane | lundi, 17 avril 2017

Répondre à ce commentaire

comment aurais-tu pu résister.... tu étais en manque de douceur, tu as compensé comme tu as pu !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 17 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Les enfants n'ont pas emporté le poisson d'Augustin "parce qu'il aurait pu se caser dans la valise"... Il s'est cassé dans nos bouches !
C'est trop bon, les schokobons !

Écrit par : lakevio | mardi, 18 avril 2017

Répondre à ce commentaire

se casser.

Écrit par : lakevio | mardi, 18 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Ont elles réussi à se partager le paquet ?

Écrit par : Berthoise | mardi, 18 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Oui.
Le plus dur pour elles c'est de se partager papy...

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 18 avril 2017

Mais un papy se multiplie, bien sûr o:)))

Pas comme les Schoko bons (orthographe que je ne retiens pas). A noter que moi qui ne mange jamais d'oeufs de Pâques, j'ai reçu un paquet !

Je viens donc d'en manger pour la première fois de ma vie, les schoko trucs o;)))

c'est vrai que si on ne regarde pas le paquet, ça se laisse manger à une vitesse v - v prime...

Faiblesse avouée est tout à fait pardonnée o:)))

Écrit par : Pivoine | jeudi, 20 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire