Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 mai 2017

Les gens…

En attendant dimanche prochain et son choix qui ne devrait pas être cornélien, comme Heure-Bleue je me rappelle certaines gens qui m’ont frappé.
Pas le facteur qui levait si bien le coude que Stéphane Collaro était allé faire un reportage idiot et cruel au café en face de chez nous.
Collaro avait trouvé drôle de l’interroger après lui avoir fait ingurgiter une quantité phénoménale de rosé.
Comme c’était gratuit, le facteur s’en était donné à cœur joie…
Ce n’était pas de ce facteur que j’allais vous parler mais d’une vieille dame.
Elle était folle et il lui arrivait parfois de se faire raccompagner chez elle par ceux qui la croisaient, nue et échevelée en pleine rue.
Tous la connaissaient et la plaignaient.
Elle passait régulièrement chez ma libraire préférée.
Elle lui tendait une vieille photo en noir et blanc et demandait « Vous pourriez me faire faire un tirage, s’il vous plaît ? »
Après un soupir elle ajoutait « J’attends mes enfants vous savez, l’autre jour les Allemands sont venus les chercher… Je les attends »
Puis elle partait.
Parfois elle venait rechercher le tirage et disait « Non, ils ne sont toujours pas revenus… Mais ils vont revenir...»
Elle ne venait pas toujours chercher le tirage noir et blanc mais la lumière de mes jours l’a toujours fait faire.
Et quand elle faisait faire un tirage, on se disait « On ne va pas tarder à la trouver dans la rue en pleine nuit en train d’errer… »
C’est aussi à cause de ça que je ne manque jamais de voter.
Il y a, comme ça, des « détails » qui marquent plus que d’autres…

Commentaires

très triste ton histoire ....vraie!

Écrit par : emiliacelina | mardi, 02 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Mais oui très triste ton billet, va te promener dans Paris tu en reviendras sûrement avec une anecdote plus gaie.

Écrit par : mab | mardi, 02 mai 2017

Répondre à ce commentaire

On peut perdre la tête de chagrin, et pourtant ne jamais oublier ?
C'est bien triste.

Écrit par : Sophie | mardi, 02 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Pauvre dame, faut-il qu'elle en ait bavé... Ton billet me met les larmes aux yeux...

Écrit par : Praline | mardi, 02 mai 2017

Répondre à ce commentaire

j'en ai les larmes aux yeux, elle a dû en vivre des horreurs,

Écrit par : chantal | mardi, 02 mai 2017

Répondre à ce commentaire

dommage que l'histoire tombe dans l'oubli...

Écrit par : colombine | mardi, 02 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Notre génération n'a pas oublié, mais j'ai peur que celles d'après aient très envie de faire comme si cela n'avait pas existé...

Écrit par : Anita | mardi, 02 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Terriblement triste .........un exemple de ce qu'on ne devrait jamais oublier !

Écrit par : Colette | mardi, 02 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Comme beaucoup d'entre nous , ton histoire m'a fait pleurer ... deja qu'en ce moment j'ai le coeur et le moral en vrac !... Pauvre femme éperdue de chagrin ...

Écrit par : Francelyne 17 | mardi, 02 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Comme tu as bien fait de nous écrire cette histoire bouleversante ! La peste blonde ne peut pas passer si nous nous mobilisons, et je tente de persuader autour de moi les anti-Macron qui veulent voter blanc, nul ou pire s'abstenir, qu'il faut faire barrage à ces engeances terrifiantes.

Écrit par : Gwen | mardi, 02 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Des petits "détails" de l'Histoire...qui nous émeuvent toujours aux larmes.
¸¸.•*¨*• ⭐️

Écrit par : Celestine | mardi, 02 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Il est terriblement vrai et essentiellement vital d'aller voter, avant que le monstre ne montre ses dents; Il faut avoir vécu l'inimaginable pour avoir conscience des moments graves. Il ne s'agit pas de choisir entre un programme et un autre, mais de prendre le risque de tester la mort.

Écrit par : bizak | mercredi, 03 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Oups!...Ou plutôt pour ne pas prendre le risque de tester la mort

Écrit par : bizak | mercredi, 03 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Les abstentionnistes, ces enfants gâtés de la démocratie, ces purs et durs qui font passer leurs convictions avant les hommes...

Écrit par : la baladine | jeudi, 04 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire