Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 mai 2017

Le Palais de la Découverte.

lakevio.jpg

C’est la première fois.
Je pensais tout à l’heure encore à Yves Montand qui regrettait de « n’être pas seul un instant avec Paulette ».
Il en était si marri qu’il avait bafouillé et chanté « de n’être pas un seul instant avec Paulette »…
Elle ne s’appelle pas Paulette.
Mais pour la première fois elle a bien voulu rester avec moi quand les autres sont partis.
Nous avons continué lentement, le long du chemin et, après avoir sauté un fossé nous nous sommes installés dans ce pré, « faisant naître un bouquet changeant de sauterelles, de papillons » comme disait encore Montand.
Elle s’est assise dans l’herbe, décontractée, je me demande comment elle fait pour être aussi calme tandis que je souffle sur une fleur de pissenlit.
Enfin, je souffle… J’essaie, j’ai du mal à garder un semblant de souffle tant j’ai la poitrine serrée.
C’est la première fois que nous sommes seuls, ensemble, à l’abri des autres.
Je tente de l’intéresser en lui parlant mais je ne sais pas quoi dire.
Elle me regarde pourtant gentiment, différemment toutefois de sa façon de me regarder habituelle.
C’est la première fois.
Je croise les jambes, je ne sais pas quoi faire mais je sais ce que j’aimerais faire.
Je fais semblant de rien mais je crois qu’elle sait.
Elle sait que je regarde ses boucles acajou.
Je me demande si elle sait que je voudrais lui retirer ce chapeau et noyer mon visage dans sa chevelure.
Elle sait aussi que mon regard s’arrête sur sa bouche.
Je suis sûr qu’elle sait que je regarde ses lèvres entrouvertes avec l’envie de les baiser doucement.
Seulement voilà, je n’ose pas.
Elle non plus.
Je fais bien attention à ce que mon regard ne passe que brièvement sur son corps, qu’il ne s’arrête pas sur ses jambes surtout.
Je n’ose pas.
Elle non plus.
Mais nous oserons la prochaine fois.
Je l’ai vu dans ses yeux.

Commentaires

Merci pour le rappel de Montand

Écrit par : mab | lundi, 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Que de sensualité dans ces regards, ces envies, ce désir... il est bien ce p'tit gars, il ne brûle pas les étapes, cela laisse présager que la prochaine fois sera belle ;-)

Écrit par : Praline | lundi, 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Il se joue toujours tellement de choses à l'intérieur, qui ne s'expriment pas forcément...

Écrit par : livfourmi | lundi, 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Comme Praline je trouve beaucoup de sensualité dans ton texte. Bravo!

Écrit par : Zazie | lundi, 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Ton récit sent le vécu, non ? Ah ! ces amours d'adolescents... ils (elles) perdurent dans le souvenir !
Est-il besoin de dire que j'ai aimé ton texte ?

Écrit par : Gwen | lundi, 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

mignon. Le point de vue du garçon.

et dire que moi j'en ai fait un frère et une soeur !

Écrit par : colombine | lundi, 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Voilà, la maîtresse est de retour !
Bien joli devoir, LeGoût. Très tendre. Nos esprits se sont un peu rencontrés, ce lundi.

Écrit par : lakevio | lundi, 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Très joli le rappel à Montand ! A la fois très tendre et très sensuel, j'ai aimé ton texte ! leur première fois devrait être réussie !

Écrit par : Colette | lundi, 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

on ressent bien les premiers bafouillages amoureux, pauvres pré-ados (c'est le cas de le dire ;-))

Écrit par : Adrienne | lundi, 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

l'attente du prochain rendez-vous... que d'émotions et d'espoirs déjà! Alors la prochaine fois sera belle , c'est sûr ! Tu nous décris un adorable petit couple !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Elle est rousse...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 08 mai 2017

Répondre à ce commentaire

"Un peu beaucoup et même
À la folie
La première fois qu' on aime
Comme c' est joli
Les amours enfantines
Quels secrets merveilleux"
Je sens que je vais fredonner Clémentine aujourd'hui... Je l'ai toujours préférée à Paulette ;-)

Écrit par : la baladine | mardi, 09 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Bon ben y'a pas que le dos qu'est bloqué ! :-)

Écrit par : Praline | mercredi, 10 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Le printemps apporte l'audace en même temps que les sentiments. A la prochaine, alors !

Écrit par : Véro | dimanche, 14 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire