Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 26 mai 2017

Être vague sans faire de vagues...

cadran-solaire-reduite.jpg

Vagues réflexions sur la politique :                    Fait.
Récit d’amours de jeunesse :                              Fait.
Journées avec Merveille et P’tite Sœur :            Fait.
Saynètes avec Heure-Bleue :                              Fait.
Confidences de Merveille :                                 Fait.
Pérégrinations parisiennes :                                Fait.
Choses vues et entendues dans le bus :              Fait.
Accès brutaux d’humeurs élégiaques :               Fait.

Du coup, je me demande de quoi je vais pouvoir vous parler, lectrices chéries.
Déjà, ce matin je savais avant d’ouvrir l’œil que ça allait déconner.
Oui, vous savez bien lectrices chéries, ce moment bizarre où la cervelle s’ouvre avant les yeux.
Enfin, pour être plus précis, l’œil.
Le gauche.
Celui qui voit et aujourd’hui n’est plus rouge.
Donc, sorties du rêve pour arriver au jour sont arrivées quelques unes de ces pensées décousues qui font que la lumière de mes jours est, soit persuadée qu’elle a bien fait de se marier avec ce type extra, soit qu’elle a eu la malchance de tomber sur un cinglé…
Ça, c’est le plus courant.
Juste avant l’ouverture de l’œil donc, je me suis posé une question bête, au risque de démarrer la journée par une migraine carabinée.
C’était une pensée du genre « sachant que pour ce que j’ai vu jusqu’à présent, la relation de cause à effet s’est vérifiée… »
Là mon œil s’est ouvert et je me suis dit « mais alors, quelle est la cause qui a entraîné l’apparition du temps ? »
Pas le temps qu’il fait lectrices chéries, non.
Le temps qui passe.
Comme c’était le matin assez tôt je suis resté sec.
Puis j’ai repensé à la « Théorie de la chaleur » de Fourier, dont les travaux furent honteusement utilisés par Schrödinger, célèbre pour une histoire de greffier.
Et là je me suis dit « mais alors ? Je connais au moins un effet sans cause ! »
J’ai évité de supputer un possible Nobel et ai réfléchi plus sereinement à la chose.
Je dois dire que pour le temps, celui qui passe, pas celui qu’il fait et qui est aujourd’hui radieux, j’ai encore besoin de temps justement.
Je me suis levé.
J’ai pensé un moment que le temps était juste un truc qui sert à justifier le retard compulsif chez certains ou une ponctualité maladive chez d’autres.
Puis je me suis dit que « ça faisait un peu short » comme cause et me suis livré à mes activités matutinales habituelles.

Celles qui prennent du temps.
Franchement, à part le développement effréné du marché de l’agenda, vous voyez quoi comme cause à l’apparition du temps ?
Cela dit, j’ai surtout remarqué qu’on n’a jamais le temps de quoi que ce soit.
Sauf les moments où on s’ennuie et là le temps est interminable.
Mais je suis sûr que vous ne saviez pas qu’il n’existe aucune équation qui définisse clairement le temps.
C’est dingue, non ?

Commentaires

En fait, tu avais envie de filer la migraine à tout le monde. Au moins que tu ne sois un des scénaristes de Liliane et José...

Écrit par : Livfourmi | vendredi, 26 mai 2017

Répondre à ce commentaire

C'est vrai que c'est une question digne de José, dont je suis une fan absolue.
Joyeux samedi.

Écrit par : christinegio | samedi, 27 mai 2017

Figure-toi que tu n'es pas encore arrivé au moment où tu t'aperçois qu'à partir de l'instant X, le temps va défiler à une vitesse inconnue jusqu'alors, comme un film que tu regardes en accéléré ...

Donc le temps passé a été moins rapide que le temps qui te reste.

J'en ai fait la cruelle expérience il y a quatre ans (j'avais au départ écrit deux ans tu vois où j'en suis). Jusqu'alors je n'ai pas perçu quel âge j'avais. Maintenant je le connais !!

Tiens au fait, j'ai regardé pour la énième fois "Out of Africa" et je me souviens très exactement avec qui j'étais, où le film était projeté, et l'année... C'était en 1986, t'imagines ??

Écrit par : Sophie | vendredi, 26 mai 2017

Répondre à ce commentaire

"Donc le temps passé a été moins rapide que le temps qui te reste."

C'est surtout que plus le temps passe, plus le temps qui te reste est court.
Et que, n'importe quelle femme te le dira, plus c'est court, plus c'est rapide et plus vite on approche du résultat, moins il est satisfaisant...

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 26 mai 2017

Ma fille m'a offert à Noel l'énorme placard de Devos.
En voilà une qui parle du temps qui passe

"Je bavarde avec une personne comme ça, histoire de causer, de passer un petit moment.
Au bout de 10 minutes, cette personne me dit :
- Monsieur, ce que vous me dites est parfaitement inintéressant. Vous m'avez fait perdre mon temps, dix minutes de perdues, de perdues par votre faute.
Et puis il fiche le camp.
Mais, voyez-vous, je n'aime pas que l'on me fasse des reproches lorsque j'estime qu'ils sont injustifiés. Enfin, de quel droit cette personne...
Alors, je me ressaisis, je cours, je rattrape mon bonhomme et je lui dis :
- Monsieur, je vous ai fait perdre dix minutes, m'avez-vous dit. Eh bien, je viens d'en perdre dix à vous rattraper. J'ai l'honneur de vous informer que nous sommes quittes."

Écrit par : julie | vendredi, 26 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Tiens, en voilà une autre. Je devrais en publier une par jour, histoire de passer le temps...Ha, ha

Rien

Moi, lorsque que je n'ai rien à dire, je veux que tout le monde le sache ! Je veux en faire profiter tout le monde..

Le livre fait 702 pages. Je devais en publier une/jour en début d'article. Ca ferait 702 jours...Autant dire un bail.....

Écrit par : julie | vendredi, 26 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Je vois que ton œil va mieux...tant mieux...nos yeux étant notre bien le plus précieux...

Écrit par : julie | vendredi, 26 mai 2017

Répondre à ce commentaire

ce qui est dingue, c'est que tu as le chic pour nous mettre dans la tête une question ont on ne connait pas la réponses et que l'on ne va pas cesser d'y réfléchir!
Encore que ta réponse, pleine de bon sens, à Sophie nous éclaire un peut !

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 26 mai 2017

Répondre à ce commentaire

"...Le temps qui va
Le temps qui sommeille
Le temps sans joie
Le temps des merveilles
Le temps d'un jour
Temps d'une seconde
Le temps qui court
Et celui qui gronde

Le temps passé
Celui qui va naître
Le temps d'aimer
Et de disparaître
Le temps des pleurs
Le temps de la chance
Le temps qui meurt
Le temps des vacances


Le temps glorieux
Le temps d'avant-guerre
Le temps des jeux
Le temps des affaires
Le temps joyeux
Le temps des mensonges
Le temps frileux
Et le temps des songes


Le temps des crues
Le temps des folies
Le temps perdu
Le temps de la vie
Le temps qui vient
Jamais ne s'arrête

Et je sais bien
Que la vie est faite
Du temps des uns
Et du temps des autres..."

Écrit par : la baladine | vendredi, 26 mai 2017

Répondre à ce commentaire

N'est-ce pas Léo Ferré qui chantait "le temps ne fait rien à l'affaire"

Écrit par : mab | samedi, 27 mai 2017

Répondre à ce commentaire

L'est où mon com? Bon j'y disais que Ferré avait chanté Le temps ne fait rien à l'affaire mais c'est Brassens.

Écrit par : mab | samedi, 27 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Tout est illusion, même le temps et l'espace.
Une fois ce postulat assumé et intégré, cela donne une liberté dont je n'avais pas idée avant.
Joli samedi.

Écrit par : christinegio | samedi, 27 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Les hommes ont inventé le temps pour pouvoir mieux goûter les petits moments hors du temps...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mardi, 30 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire