Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 juillet 2017

Une valse a mis le temps...

La_machine_a_explorer_le_temps__1960__custom__BLU_RAY__v2-19552930092016.jpg

Ce n’est pas qu’Heure-Bleue soit inhumaine.
Non, pas du tout.
C’est simplement qu’elle n’est pas humaine.
Une « non-humaine ».
Je le sais d’abord parce que j’ai une longue expérience des romans de science-fiction.
Pas ces machins d’aujourd’hui qui tiennent plus de ce qu’on appelle « heroic-fantasy » que de la science-fiction.
Non, la vraie science-fiction, celle qui donne ces bouquins qu’on appelait « space-opera », ces mondes étranges de E.E « doc » Smith ou Catherine-Lucille Moore ou mieux encore Jack Vance.
Comment je sais qu’Heure-Bleue est une « non-humaine » ?
C’est simple.
Il y a, à peu près à deux mètres de ma chaise un de ces trous dans le « continuum espace-temps » dont les effets se font sentir dans la vie de tous les jours.
Le coin d’où la lumière de mes jours vous abreuve des nouvelles de son monde est un endroit à part dans l’univers.
Alors que les PC, dès l’installation d’une version de Windows, sont mis à l’heure et changent et appliquent avec précision les recommandations gouvernementales sur le changement d’heure.
Alors que les téléphones portables font de même dès l’activation de la « carte SIM ».
Alors que ma montre, celle qui me fut offerte par Heure-Bleue pour un anniversaire il y a eu quarante ans ce dernier six janvier, reste imperturbablement à l’heure indiquée par les quatre tops de France-Inter.
Alors que même si les trains de la SNCF n’en font qu’à leur tête les horloges de la gare voisine sont d’une précision à faire pâlir la ronde des planètes alentour.
Eh malgré tout cela, lectrices chéries, Heure-Bleue dispose d’un superpouvoir qui non seulement prouve son origine extraterrestre mais explique sa fâcherie avec la ponctualité.
Quand mon PC, au quatrième top de France-Inter, passe de 08:59:59 à 09:00:00.
Quand la grande aiguille de ma montre se pose au même instant sur le « ║ » qui remplace le XII des horloges.
Que mon « smartphone » affiche lui aussi 09:00.
Que pensez vous qu’il se passe du côté de la lumière de mes jours ?
Tous ses appareils n’en font qu’à leur tête.
Sa montre, déjà floue du point de vue de l’affichage, indique quelque chose entre neuf heures moins cinq et neuf heures.
Son téléphone passe péniblement l’indication 08:57.
Son PC, pourtant soumis à « l’ukase webien » persiste à maintenir un décalage variable mais néanmoins en retard d’une à deux minutes.
Je ne vois qu’une seule raison au dérèglement des lois de la physique dans l’environnement de la lumière de mes jours.
Elle réussit à freiner le temps.
D’ailleurs, avec elle je ne vois pas le temps passer…
C’est sans doute pour ça qu’elle garde sa jeunesse.
Le jour dit, son anniversaire ne sera pas à l’heure.

Commentaires

Tu as épousé une mutante et tu n'en savais rien...
Me semblait bien qu'elle était un peu extra-terrestre, ta moitié. Et tu veux savoir comment je le sais ? Parce que j'en suis une aussi... ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | jeudi, 13 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Donc ton décompte d'hier concernant le passage d'une année sur l'autre pour Heure-Bleue, est totalement erroné ??
Comment allons-nous faire ? Nous régler sur sa mont(e, ? son PC ? son téléphone ???

Comment se concilier les bonnes grâces de ta moitié, si nous ne sommes pas synchro ?

Elle est extra, comme chanterait Léo

Écrit par : Sophie | jeudi, 13 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Et tu n'as pas peur?

Écrit par : mab | jeudi, 13 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Hooo, c'est une déclaration d'amour que tu aurais pu garder pour le jour de son anniversaire, ça ! (Si tant est que cette date puisse être déterminée avec précision, donc)

Écrit par : Milky | jeudi, 13 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Le pouvoir de suspendre le temps... On l'a tous, c'est ce qui se produit quand on est heureux...

Écrit par : La Baladine | dimanche, 16 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire