Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 17 juillet 2017

Les copains m'appellent six roses...

lakevio.jpg

Je n’ai pas de goût pour le rose.
Je n’ai jamais eu de goût pour le rose.
Si je devais être séduit par le ton qui habille une femme, je ne verrais que peu de nuances.
Mais sûrement pas le rose.
Peut-être l’aigue Marine, le « rouge Hermès », le noir et le « vert Empire ».
Toute ces teintes qui font ressortir les chevelures.
Que ce soit la rousseur flamboyante du soleil ou ce châtain aux reflets de cuivre.
Ces chevelures qui accentuent si bien l’éclat des yeux clairs.
Il y en a bien d’autres évidemment, il suffit qu’elles habillent selon l’humeur du moment celle qui occupe mon âme.
Mais le rose…
Jamais !
Je ne sais pas ce qui a pu passer par l’esprit de Lakevio pour me coller un devoir sur le rose.
Une aquarelle, soit.
Une femme souriante, soit.
Mais cette aquarelle rose, non.
Mais où diable Lakevio est-elle allée chercher ce tableau ?
Et imaginer qu’il pourrait titiller mon imagination !
Elle qui d’habitude trouvait toujours ce grain de peau qui m’appelait.
Elle qui chaque samedi trouvait cette nuance de roux dont elle savait qu’elle me hélerait du fond de ma flemme dominicale.
Elle qui allait jusqu’à trouver les yeux de cette teinte azuréenne dont elle savait qu’elle me ferait fondre.
Elle qui trouvait toujours au détour d’une toile ce grain de peau propre à me faire frissonner, ce grain si pâle, si transparent, si beau…
Elle qui connaît la lumière de mes jours depuis si longtemps.
Elle qui me connaît depuis longtemps.

Eh bien, elle qui me connaît si bien a commis une erreur !
Elle qui jusqu’aujourd’hui avait sans erreur trouvé des sujets de devoir dont j’avais pu m’acquitter sans férir.
Elle qui avait toujours su trouver le sujet qui me toucherait.
Elle qui avait toujours découvert la toile qui me remuerait.
Eh bien, Lakevio, aujourd’hui tu t’es plantée lamentablement.
Aujourd’hui, hélas,  je n’ai rien à dire sur ce rose qui m’ennuie.
Crois bien que j’en suis navré mais je suis ainsi fait.
J’ai toujours trouvé à la roseur qui se dégage de ce tableau quelque chose qui me laisse coi et surtout ne m’émeut pas le moins du monde.
Que veux tu que je raconte à propos d’une œuvre qui ne soulève chez moi qu’un peu d’ennui ?
J’espère toutefois, Lakevio, m’être calmement expliqué de cette absence d’intérêt pour le sujet du devoir que tu m’as infligé, oui je dis bien «  infligé » pour ce lundi.
Mais, bien que tu sois brune je t’embrasse tout de même…
Et ne va pas croire que je n’ai pas remarqué depuis longtemps que tu as des yeux bleus très bleus.

Commentaires

Des critiques comme celle-ci, j'en redemande ! Peut-être lundi prochain... Je n'aime pas le rose sur les rousses mais sur les brunes, c'est bien, foi de Lakévio.

Écrit par : lakevio | lundi, 17 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Enfin, une rousse que tu ne célèbres pas, tout arrive.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 17 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Je te trouve un peu rosse sur ce rose !

Écrit par : Véro | lundi, 17 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

J'aime le rose, soit très clair, soit fuchsia.
Je te trouve bien difficile avec cette teinte.

Le tableau m'a fait immédiatement penser à Meryl Streep dans "Sur la route de Madison", tu ne trouves pas ??

Écrit par : Sophie | lundi, 17 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Je suis sûre que tu en avais encore sous le pied pour étoffer encore plus ton refus du rose... Tu n'as pas pensé que d'autres se régaleraient de "dithyramber le pink" sujet proposé par la prof Lakévio...
Nous attendons une suite !

Écrit par : Gwen | lundi, 17 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

je n'aime pas le rose non plus, sauf quand c'est un bel Italien qui le porte ;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 17 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Quel fin connaisseur tu fais ! j'admire ta façon d'écrire à contre courant ! et tes titres ......

Écrit par : Colette | lundi, 17 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Le pire je crois c'est quand même le rose Barbie et fausses princesses de contes de fées américains... Enfin, dans leur interprétation cinématographique...

Écrit par : Pivoine | mardi, 18 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Il faut bien avouer que le rose du tableau est assez vilain... Mais surtout, ça sert à démontrer que tu es très doué pour la râlerie talentueuse!

Écrit par : La Baladine | mardi, 18 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Oui faut avouer que c'est un rose que je qualifierais de pisseux.
Mais il est terrible de se « planter lamentablement » quand on croit faire plaisir à un ami qu'on aime. C'est comme se ramasser un seau d'eau juché sur une porte. ;-)
Alors je compatis avec Lakevio.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mardi, 18 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

comme tu le sais, j'étais en panne d'ordi, donc, je n'ai pas joué chez Lakévion! Je ne sais pas si j'avais écrit si j'en aurai fait une joyeuse nature ou une "nunuche" ?
Quand tu râles... tu râles lyrique !
Ceci dit, le rose n'est pas ma couleur préférée , pas du tout !

Écrit par : emiliacelina | mardi, 18 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Bon, va falloir que je vire tout le rose de mon armoire (ça va en faire de la place!) ;-)

Écrit par : livfourmi | jeudi, 20 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire