Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 juillet 2017

Moi aussi j'ai le goût du croque-madame…

Hier on s’est promené à Paris.
Bon, rien de bien nouveau en somme…
On a tenté le döner, ça nous a promenés.
Il était fermé…
Nous avons tout de même fait une découverte dans le côté IXème arrondissement de la rue du Faubourg Poissonnière.
Oui, lectrices chéries ! On trouve encore de délicieux « croque-madame » dans les bistrots parisiens.
Mieux, il y a des mastroquets aimables !
Ça avait pourtant assez mal commencé.
Bien sûr quand nous sommes arrivés au square Montholon, ce fut agréable.
Il faisait beau et raisonnablement tiède.
Comme nous l’avions supputé, il y avait beaucoup moins de monde dans les rues, ce qui convenait parfaitement à la lumière de mes jours.
Nous avons donc descendu d’un pas lent (ouais bon…) la rue du Faubourg Poissonnière pour constater qu’hélas notre Anatolien préféré avait clos son échoppe.
Nous sommes remontés vers la rue Lafayette.
Heure-Bleue, poussée par la faim, a d’abord jeté son dévolu sur un bistrot.
Je l’en ai dissuadée, servi par l’expérience d’un « voltigeur » immonde tenté il y a quelques mois.
Nous avons continué notre chemin, Heure-Bleue devenue quasiment mutique à cause de la faim.
Arrivé au croisement que j’aime, nous avons trouvé « the  bistrot ».
J’aime ce croisement pour des tas de raisons.
Il n’y a que dans ce Paris là qu’on peut trouver un croisement avec des rues qui s’appellent « rue Papillon », « rue Bleue » et « rue de Paradis ».
Tout près de la « Rue des Petits Hôtels » et pas très loin du « passage du Désir ».
Rien que ça donne envie d’habiter Paris…
Après notre « croque-madame » nous avons descendu lentement la rue Lafayette jusqu’aux galeries du même nom en constatant que les plus grosses banques, propriétaires de somptueux immeubles les avaient cédés à des activités hôtelières de luxe.
J’ai beaucoup voyagé dans vie et vu des choses étranges.
Mais je n’avais jamais vu un restaurant d’hôtel oser 21 € pour un macaron.
Comme chaque fois que nous nous arrêtons pour acheter une tomate, nous ressortons avec une sauce ou une épice censée être utilisée le soir même et qui ne servira que des jours plus tard.
Ce fut une chouette journée.
Comme dit la lumière de mes jours, « c’était bien ».

Commentaires

tu finiras par faire connaître Paris à la belge bruxelloise que je suis
Suffit de vous suivre à la trace avec le plan tout à côté...
c'est bien!

Écrit par : Coumarine | dimanche, 16 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Ah oui 21€ quand même!

Écrit par : mab | dimanche, 16 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Oui, 21 euros, ça vaut presque les trois macarons somptueusement emballés de Marcolini, au Sablon, qui coûtent aussi une fortune, alors que dans mon quartier, je m'en sors avec dix macarons pour 10 euros mettons (je tape au hasard).

Elles sont chouettes vos promenades... Ca me fait penser à une amie, qui, avant d'aller dans une ville peu connue, cherche des restaurants et m'annonce ce qu'il y a à proximité... Mais quand on y est, elle veut faire "une étude de marché". Je peux être pliée par la faim (et avoir faim me met de mauvaise humeur, surtout quand ça s'assortit d'une petite chute de glycémie), ou être gelée si c'est en novembre, non, non, elle court voir les cartes des menus pour finalement s'engouffrer dans le restaurant prévu.

Puis on va voir l'expo prévue (en général, c'est pour ça qu'on fait toutes les villes (du nord) de la France et de Navarre (Douai, le Cateau Cambraisis, etc. etc.) Roubaix aussi, (pour le musée de la Piscine) mais là, à part la cafét du musée (qui est sensationnelle), c'est plutôt misérable...

Et après, on trouve aussi que la journée était "bien" o:)))

Écrit par : Pivoine | dimanche, 16 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne vois pas bien où est le IXème... Je vois le IVème, le Vème... Hum. Je connais le XVIème de réputation...

Où peut bien se trouver la rue Mouffetard par rapport à tout cela ? Je m'y suis promenée un samedi matin, il y avait un marché sensationnel, et je suis allée manger des croissants achetés tout frais, tout tièdes, dans un paquet plié aux encoignures... A la terrasse d'un café où le grand crème était succulent.

C'est vrai que c'est bien la vie parisienne.

Ah oui, j'aime bien le marché du dimanche du boulevard Richard Lenoir aussi (il y a un hôtel Ibis, lol), et j'avais des amies qui y habitaient. L'une d'elles ouvrait sa fenêtre le matin (dans le plus simple appareil) et disait "Bonjour Paris" (je ne l'ai jamais vue le faire, mais je l'ai crue sur parole o;)))

Écrit par : Pivoine | dimanche, 16 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Tu as oublié la rue Bleue...
J'ai fait un interim de trois mois rue de Paradis, j'aimais bien traîner dans le coin à l'heure du déjeuner. Et j'allais acheter mon café (non moulu à l'époque) chez un torréfacteur qui le faisait à la demande : café choisi, degré de torréfaction, un pur bonheur.

Écrit par : Sophie | dimanche, 16 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Mais je n'ai pas oublié la rue Bleue !
Relis !
Bon, je te pardonne parce que tu aimes Paris mais c'est bien tout ! ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 16 juillet 2017

OUh la la !!!
j'ai relu deux fois pourtant et suis même allée vérifier sur le plan !!!!
hop une claque, ça va me stimuler....

Écrit par : Sophie | lundi, 17 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Quand on se promène, quasi nez au vent, dans une ville qu'on aime, c'est mieux d'y aller à pas lents... Marcher vite, c'est juste pour aller d'un point à un autre, du coup peu importe le décor ;-)

Écrit par : La Baladine | mardi, 18 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire