Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 août 2017

Le moi doute, à Paris…

De rien Mab.

lakevio.jpg

Je sais, j’aime les films d’Éric Rohmer…
Je suis sûr que tu trouveras lequel, Lakevio.
Je l’ai regardée descendre lentement l’escalier.
Elle n’avait passé qu’une robe légère qui soulignait ses appas plus qu’elle ne les masquait.
Son pas était silencieux, pas même le petit tapotement de pieds nus auquel je m’attendais.
Comment faisait-elle donc pour me donner l’impression que la pesanteur n’existait pas lorsqu’elle se mouvait.
Encore deux marches et elle passerait de l’ombre à la lumière.
J’attendais avec impatience qu’elle franchît ces deux marches.
J’attendais avec impatience de voir ces genoux qui m’affolaient.
J’attendais avec impatience que le rayon de soleil éclairât la face intérieure de son genou droit.
Je savais que ce serait le genou droit, j’en avais encore la sensation du toucher sous les doigts.
Je savais aussi que la lumière du soleil se réfléchirait sur ce genou légèrement relevé et éclairerait l’intérieur de la robe ainsi échancrée.
J’attendais cette marche, plus que deux.
J’attendais de m’extasier sur ce que dévoilerait la lumière douce du reflet.
J’attendais cette lumière vaguement lunaire, elle m’en dirait bien plus que la nudité crue.
J’attendais que, descendant ces deux marches, elle levât sa main qui se mettrait, comme toujours à voleter au dessus de la rampe.
J’avais préparé le café.
J’étais sûr qu’elle en voulait une tasse.
Je savais aussi que dès qu’elle aurait posé son livre sur la table, je souhaiterais qu’elle se ravise.
Avant même qu’elle ait pris sa tasse, je lui prendrai la main pour lui faire remonter cet escalier.
Je savais qu’elle sourirait et me serrerait les doigts.
Je savais que ça se passerait comme ça.
Ça se passait toujours comme ça.
J’aime cet escalier l’après-midi…

Commentaires

Donc, pour toi, le plaisir n'est pas dans la montée de l'escalier...
Un excellent exercice pour la mémoire

Écrit par : Sophie | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

Tu étais sûr...tu savais...
mais alors, et l'imprévu ? ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

Sensueeeeel ! tu es très sensible à la lumière, surtout celle de tes jours évidemment !

Écrit par : Praline | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

Tu t'es fait ton film ...
C'est "L'amour l'après-midi" de Rohmer.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

le meilleur moment de l'amour c'est quand on monte l'escalier, Clemenceau l'a écrit.

Écrit par : mab | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

un texte subtilement érotique...
bravo! j'aime beaucoup!

Écrit par : Coumarine | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

Perso je dirai que le plaisir commence dans l'escalier et tout va aller crescendo .......! j'aime !

Écrit par : Colette | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

apparemment, tu n'aimes pas que l'escalier !
J'aime le passage : j'attendais de m'extasier sur ce que dévoilerait la lumière douce du reflet........... elle m'en dirait bien plus que la lumière crue.

Écrit par : emiliacelina | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

J'aime aussi les films d'Eric Rohmer et j'ai tout de suite pensé au Genou de Claire .
" Je savais que ce serait le genou droit "
Celui que caresse longuement Brialy .

Écrit par : Fairy Naf | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas fréquent, de rencontrer des personnes qui aiment Eric Rohmer o:) "Le genou de Claire" m'a fait aller à Talloires o;)))

Et alors, tu lui fais remonter et redescendre l'escalier plusieurs fois ?

Ouh là ! Il y a quelque chose... Je ne sais pas bien expliquer quoi, pas de la perversité, non, ou alors, strictement dans la sensualité.................................................

rhôoooo.

Écrit par : Pivoine | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

Oh le genou de Claire, emprunté à la médiathèque entre deux révisions de bac de français... c'était beau de découvrir ça! Et j'ai bien tout senti-écouté, comme de derrière le volet qu'on ferme pendant une sieste, merci pour ces mots qui forment une belle histoire!

Écrit par : Tinoftea | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

Alors qu'il attend impatiemment la révélation, je découvre mon vocabulaire, un appât, des appas...

Écrit par : livfourmi | mardi, 15 août 2017

Répondre à ce commentaire

Ah! Quand tu écris comme ça, tout en subtile sensualité, la lecture est un délice...

Écrit par : La Baladine | mardi, 15 août 2017

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup Rohmer. Nous avons deux coffrets de ses films dont le genou de Claire, bien sûr.
Cette sensualité du genou est magnifique.

Écrit par : lakevio | mercredi, 16 août 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire