Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 27 août 2017

Passy ? Pas ça !

De rien Mab

1280px-Autobus_Renault_TN6_A2_de_1932.jpg

Pivoine me posait quelques questions à propos du XVIème arrondissement de Paris et quelques autres endroits.
Je trouve ça super bien parce que ces temps ci, j’ai du mal à avoir quelque envie d’écrire.
Que je te dise, Pivoine, Passy se signale surtout par l’ennui profond qui se dégage de ses rues.
Évidemment, il y a quelques promenades à y faire.
J’en ai fait certaines.
Évidemment il y a quelques endroits à voir.
Je les ai vus quasiment tous tant ils sont rares…
J’y suis allé enfant, traîné par une grande sœur esclavagiste qui profitait honteusement de ma sœur cadette et moi pour carotter les sous des tickets de métro.
Oui, de métro et pas de bus car à cette époque, le nombre de ticket était égal à « 1 », quel que fut le voyage en métro et le temps qu’il pût prendre.
Tandis qu’en bus, le voyage nécessitait un  nombre de tickets dépendant du nombre de « sections » parcourues.
Aller de la Porte de Clignancourt à la place du Trocadéro aurait bouffé le budget tickets de bus de l’année tant ce coin est mal servi en lignes de bus.
Ma grande sœur décidait donc souvent de prendre les sous des tickets de métro, priant le ciel que ma mère ne lui tendît pas quatre tickets « demi-tarif », les tickets « jaune-et-blanc », en lui recommandant de dire que ma sœur avait trois ans et demi.
Oui, le petit Parisien passe toujours par cette période étrange où il trois ans et demi entre l’entrée à la maternelle et l’entrée au CP…
Revenons à tes moutons, Pivoine.
Nous allions donc visiter l’aquarium du Trocadéro à pied…
Plus tard, dans ce coin d’un ennui mortel, Heure-Bleue et moi sommes allés visiter la maison de Balzac.
À part ça, il n’y a guère à visiter que la Maison de la Radio.
Autant dire rien…
Je me demande encore pourquoi la ville de Paris a tenu absolument à annexer la commune de Passy, sauf pour y envoyer les malades en cure de sommeil.
Le canal Saint-Martin, en revanche est au nord-est de Paris et est autrement animé.
Aujourd’hui  on y peut traîner sans grand danger autre que se faire voler son portefeuille ou son smartphone, comme partout.
Tant qu’on est derrière la place de la République et qu’on s’en va vers la Place de la Bastille, avant qu’il ne devienne souterrain et suive le boulevard Richard Lenoir jusqu’au bassin de l’Arsenal, ça va.
Quand on reste sur ce bord du Xème arrondissement et qu’on va vers le XIXème arrondissement, tout va bien jusqu’à la hauteur de la Gare de l’Est.
Après, les quais deviennent ennuyeux car ils sont garnis d’immeubles modernes, souvent réservés aux services administratifs.
Quand j’étais gamin, en revanche, aller traîner sur les bords du canal Saint-Martin était risqué.
D’abord c’était très laid, les rues en étaient tristes de pauvreté et les immeubles noirs de crasse.
J’avais un copain de lycée qui habitait rue du Terrage.
« C’est à côté de la Gare de l’Est » disait il, ayant un peu honte de son quartier jusqu’au moment où il vit celui où j’habitais.
Après ça a été mieux, les relations plus détendues.
La guerre était finie depuis près de vingt ans mais nous avions la chance toute relative, lui et moi, de vivre dans des quartiers où on avait l’impression qu’elle s’était arrêtée le mois dernier…
Je dois avouer que quand j’allais chez lui, j’en revenais tôt car on croisait dans ce quartier des gens qui vous donnaient envie d’être invisible…
Paris est d’une diversité fantastique quand on y pense.
Un peu comme Bruxelles quand on se trompe de sens du 51 et qu’on se retrouve à Molenbeek au lieu de Saint Gilles en prenant le tram…

Commentaires

C'est vrai que dans certains quartiers, je n'y allais pas sans escorte le soir.
Mais il y a tant de diversités d'un quartier à l'autre, et même d'une rue à l'autre qu'on ne manque ni de surprises, ni d'intérêts...
Comme j'ai arpenté pas mal avec mon appareil photos, je suis tombée sur des endroits curieux, insoupçonnés, à chaque visite. Avec des points de vue inimaginables.

C'est vrai que Passy, ma foi......

Écrit par : Sophie | dimanche, 27 août 2017

Répondre à ce commentaire

Mon frère et moi avons grandi dans le 16e rue Gustave Courbet, petite rue entre rue de Longchamp et Pompe,notre mère était concierge au 28 de cette rue qui démarre au 2 et s'épuise au 32.
Ce bref parcours autorisait une vie en autarcie tout y était, 2 bougnats, boulangerie,cordonnier, boucher, charcutier,boite de nuit,primeur, brocanteur et le marchand de couleur où j'ai tant rêvé.
Le Stella haut lieu de bibine et de turfistes attendant le car partant aux champs de courses.
Notre relation étroite avec la tenancière du kiosque de presse qui nous prêtait les formats de BD et le journal de Mikey.
Arrivés dans la capitale en 1948 nous immigrâmes en banlieue sud en 1957 mais toujours dans le "chic" vers Sceaux !!!
Et puis lors de mon mariage retour dans la grande ville Gare de Lyon rue d'Aligre, enfin la vrai vie du bon peuple..du "maintient de l'ordre an Algérie" la chaleur des langages de là-bas.
Des fous rire avec les commerçants du marché...j'avais 20 ans ....!

Écrit par : mume | dimanche, 27 août 2017

Répondre à ce commentaire

Mince, attends, il n'y a pas le cimetière de passy aussi ? Il n'est pas facile d'accès. J'y suis allée voir quelques tombes. Mais c'est peut-être ça l'endroit où l'on s'endort auquel tu fais allusion ? Je sais qu'il y a Marie Barkitscheff (je suis incapable d'orthographier correctement son nom).

A part ça, il évoque pour moi des romans désuets où il était question de la rue Washington... Est-ce dans le XVIème ? Et l'église de Saint-Sulpice? Je sais que je pourrais vérifier sur le net, mais est-ce aussi dans le XVIème ? En plus, j'ai un plan de Paris, je pourrais me lever, le sortir et regarder.

Je dois essayer de comprendre ton histoire de tickets de bus. Et de métro. Je crois que c'est un peu comme chez nous les bus Tec (qui quittent Bruxelles pour la Wallonie) et les bus De Lijn (qui quittent Bruxelles pour la partie flamande). Venir un jour de Genval (dans le Brabant wallon) à Bruxelles en bus a été très amusant mais m'a coûté un pont, alors que prendre le train ne m'aurait coûté que 2 euros en deuxième classe, et 3 euros en première... Au-delà de Bruxelles, tu paies en fonction des tronçons parcourus. A la mer aussi d'ailleurs.

A bruxelles même, jusqu'aux frontières linguistiques et régionales, le tarif est le même (enfin, en fonction du type de ticket, je parle de la carte où tu charges dix ou vingt voyages par exemple).

Ah-ah, depuis ton dernier passage, je ne sais pas si le 51 amène encore à Molenbeek, je sais qu'il conduit à Forest et que son terminus est au-delà du crématorium de Bruxelles... C'est plutôt calme par là, enfin, pas tellement, et de l'autre côté, où va-t-il ? D'une paire d'années à l'autre, les trams changent tout le temps et pour faciliter les choses, changent de numéro le soir ! Va t en t'y retrouver ..............

Le mieux pour visiter Molenbeek, c'est les stations Comte de Flandre et Etangs Noirs (là, on est dans le vif du sujet). Je parle d'un certain Molenbeek, parce qu'il y a des zones très verdoyantes et même un reste de cité Jardin, en bordure d'un boulevard malheureusement.

Écrit par : Pivoine | dimanche, 27 août 2017

Répondre à ce commentaire

J'avoue que j'ai du mal aussi avec les CM et les CP et le reste... Ici, on entre en maternelle (avant on disait "Le jardin d'enfants"), on fait deux ou trois ou quatre années (j'en ai fait deux parce que ma mère ne travaillait pas) et mon fils disons trois et un trimestre parce que je travaillais, il y a les petits, les moyens et les grands. Si les moyens sont très petits ou plutôt très jeunes, ils recommencent leur année.

Puis on entre en primaire (en somme, ce doit être l'équivalent du cours préparatoire), de la première à la sixième primaire. Avant, en principe, à Pâques de la première année, on savait déchiffrer, maintenant, il faut trois ans pour apprendre à lire ! Merci la lecture globale. En même temps, c'est en troisième que tout se joue pour les multiplications, le passage à la dizaine et l'acquisition de l'orthographe.

Et puis on passe en secondaire... Et puis, l'université ou les écoles sup' (Au fait, là où vous avez habité, à Uccle, tout près il y avait une école de langues, c'est là que mon fils a fait ses études de traducteur) o;)))

Mais je ne t'impose pas une série d'articles sur l'enseignement en France o;))) lol. Je vais régulièrement sur wikpedia voir à quoi correspondent tous ces mots étranges, prépas, khâgne, rue d'Ulm, Sèvres, etc. On s'amuse comme on peut !

Écrit par : Pivoine | dimanche, 27 août 2017

Répondre à ce commentaire

bon, je vois que pour la rue Washington et l'église saint-sulpice, j'ai tout faux o;)))

Écrit par : Pivoine | dimanche, 27 août 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne saurais commenter un billet bien trop « spécialisé » pour moi...
Passy, je ne connais pas, c'est dire...
mais l'autobus de ton illustration m'a rappelé une drôlerie que j'avais écrite pour le défi du samedi, à une époque...
http://celestinetroussecotte.blogspot.fr/2013/03/exercices-de-style-2.html
Bises dominicales
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | dimanche, 27 août 2017

Répondre à ce commentaire

si un jour je devais aller aller à Paris (peu probable, mais sait-on jamais) je vous ferai signe plutot que d'acheter un plan!

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 27 août 2017

Répondre à ce commentaire

"Auteuil Neuilly Passy c'est pas du gâteau
Auteuil Neuilly Passy tel est notre ghetto"
:-P

Écrit par : La Baladine | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

Pas d'accord avec toi, mais tu t'en doutes non. j'aime bien certains coins du 16ème. Dont Passy justement, avec le Pont qui mène à Bir-Hakeim. J'y ai habité (enfin, Dupleix), c'était drôlement agréable !

Écrit par : ang/colomb | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire