Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 août 2017

Un thé récent...

lakevio.jpg

C’est ça.
Ce matin je suis inquiète.
Je ne devrais pas.
Pas à mon âge, je sais quand même de quoi il s’agit…
Mais je suis inquiète.
En réalité, j’ai même un peu peur.
Pourtant je ne devrais pas car quand je l’ai quitté hier, j’étais légère.
Je me revois, un peu gênée au pied de l’immeuble quand il m’a raccompagnée.
Il m’a brusquement embrassée.
Pour la première fois depuis longtemps j’ai eu cette sensation que je trouve aujourd’hui étrange mais que j’ai reconnue immédiatement.
Cette impression qu’une pierre vient de s’installer dans mon ventre.
Impression dont je ne sais pas si c’est de l’appréhension, de l’attente ou autre chose.
Oh, ça… Chez moi l’élan y était, c’est la technique qui s’était envolée.
Ou bien c’est la surprise.
Quoiqu’en y réfléchissant un peu, je crois que ce sont surtout toutes ces années de solitude.
C’est pour ça que j’ai peur ce matin.
C’est pour ça que j’ai mal dormi.
C’est pour ça que mon œuf et mon thé refroidissent.
C’est pour ça que je n’ai pas faim.
C’est pour ça que je me demande si je ne vais pas annuler le rendez-vous.
J’ai peur parce qu’il y a longtemps.
Je sais bien ce qui risque de se passer.
Je sais bien ce que je souhaite qu’il se passe.
Je sais bien ce qui va se passer…
Quand je pense à toutes les billevesées que j’ai pu entendre sur le sujet…
« C’est comme la nage ou le vélo, ça ne s’oublie pas ! »
Eh bien si ! Ça s’oublie !
On ne sait plus comment se caler dans d’autres bras.
On ne sait plus comment se tenir.
On ne sait plus « oser ».
On ne sait plus « commencer ».
Ni quoi faire exactement.
C’est ça ! Je ne sais plus comment faire.
Et pourtant je voudrais.
J’espère que lui saura.
Ça va mieux tout à coup.
J’avais seulement oublié ce qu’est le désir…


Commentaires

Elle peut déguster son œuf, elle va apprivoiser sa peur.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

Hé oui, le "lâcher-prise" ça s'apprend, ça se cultive, ça s'entretient.

Allez, on déjeune et ça ira mieux.

Écrit par : Sophie | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

Bon, alors, je garde deux jours Augustin et j'ai l'impression qu'il s'est passé deux semaines. Garder les yeux fixés sur l'ouragan est plus reposant !... Heureusement qu'il y a Api, l'idole.

J'aime beaucoup ton histoire. Une relation nouvelle un peu tardive et la crainte de décevoir... Nos héroïnes sont bien bizarres ce matin !

Écrit par : lakevio | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

Je disais cela à cause des billets que j'avais loupé !
Bises

Écrit par : lakevio | lundi, 28 août 2017

Pas une pierre, plutôt des papillons...

Écrit par : La Baladine | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

C'est exprès que je n'ai pas écrit "papillons".
Tout le monde parle de papillons.
J'ai failli parler de cette vague qui prend naissance dans le ventre mais c'eût été trop transparent.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 août 2017

Ben oui mais une pierre, c'est un peu... inerte, quoi...

Écrit par : La Baladine | lundi, 28 août 2017

« C’est comme la nage ou le vélo, ça ne s’oublie pas ! »

Si ce n'est que l'eau est plus ou moins froide, qu'elle est plus ou moins trouble, que le vélo est plus grand, plus petit, avec d'autres fonctionnalités, qu'on est devenu plus frileux ou plus prudent. En somme, ce n'est pas aussi simple. On se retrouve avec son vécu, face à une nouvelle personne que l'on doit apprendre à connaître, qui réagit différemment, qui a des attentes autres. Chaque fois est un nouvel apprentissage, qui se poursuit tout au long de l'histoire.

Écrit par : livfourmi | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

qu'elle s'apaise, lui saura :-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

En effet ça ne doit pas être facile : soit après une longue pause de plusieurs années, soit avec un nouvel homme après 40 ans avec le même. Qu'en penses HB ?

Écrit par : ang/colomb | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

Dès le premier baiser, elle va oublier ses craintes et tout va lui revenir .... en mémoire :))
Espérons seulement que le Mr soit prévenant !

Écrit par : Colette | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

et attentif !

Écrit par : Colette | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

Si j'ai bien compris, elle a besoin d'un recyclage ? Y a-t-il des écoles pour ça ?

Écrit par : Gwen | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

attend, je remonte à ta note ... elle a quel âge déja? ... Ah! tu ne le dis pas!
J'espère qu'il va se conduire avec douceur et patience!

Tu racontes bien.... tu as dû être femme dans une autre vie !!! :)

Écrit par : emiliacelina | lundi, 28 août 2017

Répondre à ce commentaire

J'ai envie de lui dire quand même : non, c'est vraiment comme le vélo, ca ne s'oublie pas ...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : Celestine | mardi, 29 août 2017

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup ton histoire et la façon dont tu la racontes.
Tu nous fais bien saisir notre ambivalence : nous avons peur et pourtant le désir est là...Nous avançons, nous reculons, nous avançons...
Et parfois c'est nous même qui nous enfermons dans notre prison intérieure...
J'aime bien aussi l'image que tu nous présentes....

Écrit par : gazou | jeudi, 31 août 2017

Répondre à ce commentaire

Qu'elle se laisse aller ! Il y en a mare du contrôle, de la perfection et autres diktats. Il faut moins cogiter et se jeter à corps perdu dans cette aventure.

Écrit par : Véro | samedi, 16 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire