Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 septembre 2017

Fais moi un cygne...

lakevio.jpg

Longtemps, je me suis couché de bonne heure.
Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n'avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. »
Ça me faisait ça souvent quand je revenais du côté de chez Swann…
Mais aujourd’hui autre chose avait attiré mon attention.
Oh ! Ce n’était qu’un détail bien sûr mais il m’avait frappé.
Cet ours en peluche, qui souvent n’était pas le seul « doudou » sur le lit était cette fois-ci seul.
Mieux, il n’était pas sur le lit.
Je ne savais pas si je devais me sentir soulagé ou fier.
Je me souviens du premier soir où je n’étais pas rentré chez moi pour rester avec elle.
Je me souviens de la surprise du premier matin lorsque je l’ai vue endormie.
Elle suçait son pouce !
Ce n’était pas la première fois que je voyais une jeune femme endormie mais c’était la première fois que je me réveillais au côté d’une femme qui suçait son pouce.
Elle perdit rapidement cette façon de se rassurer et dormit plus calmement.
Évidemment, je me rengorgeai intérieurement, persuadé que ma présence seule avait contribué à lui faire perdre cette habitude de prime enfance.
Prudent néanmoins, je suis gardé de prétendre que j’en étais la cause car si elle avait la peau douce, elle avait la dent dure…
Tout allait pour le mieux même si moult peluches continuaient à occuper le lit et donnaient au coucher un air de déménagement…
Je n’en dis rien pendant quelque temps.
J’évitais même d’avoir un soupir agacé quand il fallait débarrasser le lit avant de s’y glisser.
Bien m’en avait pris car elle si gardait malgré tout un tempérament inquiet, voire anxieux, elle avait un caractère assez vif et j’étais sûr qu’un mouvement d’humeur à ce sujet l’aurait fait fuir et sortir de ma vie.
Je débarrassais donc chaque soir le lit et posais les peluches en tas et en silence sur le radiateur.
Puis ce soir, ce fut la surprise.
Plus de peluches dispersées sur le lit.
L’ours lui-même relégué de son côté du lit.
Quand elle est rentrée je lui ai demandé :
- Mais où sont passées les peluches ?
- Je n’en ai plus besoin mon chéri.
- Mais l’ours ?
- Il me faut toujours dormir entre deux ours, tu sais bien…

Peut-être a-t-elle un peu raison…

Commentaires

Je ne sais pas de qui tu parles mais aujourd'hui tu as un Ours et quel ours !

Écrit par : heure-bleue | lundi, 11 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je ris à ta question HB, car je me suis demandée un moment s'il s'agissait de toi (peau douce et dent dure etc).

Mais je doute, je doute !! le pouce et les peluches, je ne vois pas vraiment.

Mais le Goût a une telle imagination et ça étoffe son billet.

Écrit par : Sophie | lundi, 11 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

j'adore cette "histoire".... Il fallait le voir l'ours! Je suis persuadée que tu as pris beaucoup de plaisir à l'écrire!
Moi, j'ai bien aimé la lire !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 11 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Un autre Ours est venu compléter la famille ! Bon anniversaire à lui !

Écrit par : Gwen | lundi, 11 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Oui o;) avec tous ces Ours, on s'y perd un peu o:) On dirait une nouvelle "à clés" comme on dit maintenant... Donc, il y a des zones de mystère, ce que j'aime bien, et des jeux de mots, quand même.

Au moins, avez-vous écouté Dave, "du côté de chez Swann", 1975, avant d'écrire votre texte? J'adore cette chanson o;))) Elle me fait toujours rire ...................

Écrit par : Pivoine | lundi, 11 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

elle a dit ours mais elle voulait dire nounours
bien sûr :-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 11 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

aie, apparemment donc il ne s'agit pas d'HB... tu vas t'attirer des ennuis toi ...

Écrit par : col/ang | lundi, 11 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Vu l'étroitesse du lit, c'est mieux de virer les peluches pour y dormir à deux!

Écrit par : La Baladine | mardi, 12 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Joliment raconté avec tendresse. j'aime m'imaginer qu'il s'agit d'heure Bleue même si ce n'est pas vrai. Pourquoi n'aurait-elle pas gardé une peluche. Elle aime les ours, voici pourquoi elle en a eu... deux !
Bisettes et Joyeux anniversaire à petit Ours devenu grand.

Écrit par : lakevio | vendredi, 15 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Mieux vaut ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ! Elle fait peut-être bien de ne pas se séparer de cette peluche après tout. Et quand elle sera certaine, et bien ils iront regarder la grande ourse à deux avant d'aller au lit... (Oui, je sais : ça ne veut rien dire mais je n'ai pas compris toutes les subtilités à la lecture des commentaires...)

Écrit par : Véro | samedi, 16 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire