Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 décembre 2017

Johnny, reviens !

johnny.jpg

Je vous ai déjà parlé de mon père ?
Je crois…
La mort de Johnny me rappelle beaucoup de choses.
D’abord que ça arrache un des derniers pans de ma jeunesse.
Puis que si Johnny ne faisait pas partie de mes idoles, j’ai écouté avec plaisir des 33T prêtés par un copain que je m’étais fait « en colo » en 1962.
Assez bizarrement, je les lui avais rendus.
Ce copain s’appelait et s’appelle probablement encore Charbonnier.
Il m’avait prêté et j’avais eu d mal à lui rendre, trois disques « Les rocks les plus terribles ».
Comme beaucoup de mes copains de l’époque,  les disques étaient souvent classés en trois catégories :
- Disques empruntés.
- Disques à rendre.
- Disques non rendus...
On ne s’était jamais vraiment demandé d’où venaient tous ces disques.
La source du financement pour ceux qui étaient achetés est restée inexplicablement fumeuse... 
Mon père, donc était un homme patient et plutôt indulgent.
Il fallait bien…
J’ai appris avec effarement de ma grande sœur que notre logement que jusqu’aujourd’hui je disais « exigu » était en réalité minuscule.
Il fallait donc à mes parents une patience d’ange pour résister aux envies de meurtre que ne manquaient pas d’exister quand vous hébergez une tante, un oncle ou une grand’mère dans un deux pièces de 26 m² déjà occupé par deux parents et quatre enfants.
Pour en revenir à Johnny et à mon père, une autre des nombreuses fois où nous sommes descendus chez madame B.
Madame B. était la voisine du dessous, celle qui avait LA télé de l’immeuble.
Pour ce que je me rappelle, ce soir là, nous étions descendus voir cette émeute causée par un de ces « concerts yéyé » qui désespéraient les parents et enchantaient les ados.
Mon père est donc descendu avec ma sœur cadette et moi chez madame B.
Il a regardé l’écran quelque minutes, y a vu quelque chose de très différent de ce qu’il écoutait habituellement –il aimait bien Gilbert Bécaud et Leo Ferré-.
Au bout de quelques minutes il a secoué la tête.
Puis a commencé « Darwin avait parlé de… »
Il resecoué la tête et dit « Y a comme une évolution que se produit… »
Il a soupiré et achevé « mais laquelle ? »
Et il est remonté à la maison…
C’est là qu’on a compris que mon père était passé du côté des « croulants » comme on disait dans les sixties pour ne pas dire « vieux »…
N’empêche, « Les rocks les plus terribles », c’était super.
Mais ma mère n’a jamais voulu m’acheter le blouson en jean de Johnny.
Elle disait aussi des jeans « Ça serre trop, c’est mauvais pour la circulation et ça va rendre les garçons stériles ».
Après j’ai été bien content de mon blazer bleu marine et des mes « Newman ».
Oui, les filles qui me branchaient préféraient le « Newman », les mocassins et les blazers.
Mais, même si j’ai préféré Françoise Hardy, Johnny s’est quand même tiré avec une bonne part de nos jeunes années à tous…

Commentaires

J'avais une amie qui était "raide dingue" de Johnny : elle habitait Lyon et ne manquait pas ses concerts. Pour son anniversaire, je lui avais envoyé un poster de son idole qu'elle avait scotché sur la porte de sa chambre, pour que sa mère ne l'ait pas sous les yeux quand elle y venait !!!

Je me suis aperçue au fil du temps que je pouvais fredonner pratiquement toutes les chansons de Johnny et que j'avais retenu une bonne partie des paroles. Mais voilà, je n'ai pas apprécié à sa juste valeur sans doute l'homme qu'il était.

Et mes idoles étaient ailleurs. Et maintenant, je ne connais plus que quelques noms qui passent ....

Écrit par : Sophie | mercredi, 06 décembre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est vrai. Il emporte une grosse part de souvenirs. Je n'ai été fan de personne et n'ai pas possédé beaucoup de disques mais il y avait la radio, la télé et le ciné. j'ai vu D'où viens-tu Johnny ?, j'ai chanté L'idole des jeunes, Le Pénitencier, Elle est terrible, et hurlé comme lui Que je t'aime ! Nous sommes allés à un de ses concerts en 1984 et en 90 à la Tour Eiffel, Le Maître y a emmené ses enfants... Il ne reviendra pas. Qu'il repose en paix.

Écrit par : lakevio | mercredi, 06 décembre 2017

Répondre à ce commentaire

pour mon grand-père c'était le diable en personne, les yéyé en général ! Ca ne valait pas Tino Rossi !

Écrit par : ang/col | mercredi, 06 décembre 2017

Répondre à ce commentaire

Alors, je préfère encore Johnny à Tino Rossi o;)))

Oh oui, le Pénitencier. Mais il y a de bons chanteurs qui percent... Faut juste qu'ils se fassent connaître. Il y a aussi les vrais groupes rocks anglais et américains mais je crains que là aussi il n'y ait de fameux trous. (Rien que Pink Floyd et les Beatles)...

Chez moi, c'est un de mes cousins qui est totalement fan de Johnny. Du côté des cousins de mon père, c'était très yé-yé. Dans le fond, on ne s'ennuyait pas quand on allait chez eux. Ca nous changeait du jazz, du classique et de Brassens (et d'autres, quand même).

Écrit par : Pivoine | mercredi, 06 décembre 2017

Répondre à ce commentaire

A propos de jeans, o;) ma mère avait coutume de dire, quand on lavait mes jeans que si les Croisés avaient été habillés en jean, ils auraient gagné les croisades. Elle avait un humour particulier et j'étais continuellement en jeans aussi. Et j'ai finalement vu mon père porter des jeans à presque 90 ans ................................

Écrit par : Pivoine | mercredi, 06 décembre 2017

Répondre à ce commentaire

Johnny, non, même mort, c'est non. Mais j'ai rien contre, hein, juste je m'en fous un peu. Je ne me réjouis pas de sa mort, mais son œuvre, je m'en cogne. Et j'aurais bien aimé qu'il paie ses impôts.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 06 décembre 2017

Répondre à ce commentaire

Pas fan, mais quand même certaines de ses chansons resteront à jamais !!!
Et puis voilà, il a toujours fait partie de notre environnement musical...

Écrit par : Fabie | mercredi, 06 décembre 2017

Répondre à ce commentaire

Le temps étant irréversible, autant marcher avec lui! Ce que n'a pas manqué de faire Johnny, d'ailleurs!

Écrit par : La Baladine | mercredi, 06 décembre 2017

Répondre à ce commentaire

vous hébergez une tante, un oncle ou une grand’mère dans un deux pièces de 26 m² déjà occupé par deux parents et quatre enfants.
26m2 à 4 ? sans compter mémé Vraiment !
Et dire que je nous plains d'avoir trouvé SEULEMENT une maison de 65M2 et que je trouve que les WC dans la salle de bain, ça ne le fera pas quand nous recevrons les enfants et que je tire des plans sur la comète pour savoir si nous en faisons mettre un au fond du jardin de poche...

Écrit par : julie | jeudi, 07 décembre 2017

Répondre à ce commentaire

La célébrité a de bon que tu ne meurs jamais...Au bout de quelques années, tu te poses la question "au fait, il est mort ou vivant ?". Bon, Johnny, je doute qu'on se pose la question après ses obsèques "nationales" de samedi, et vu ses nombreux concerts, papiers écrits sur lui, filmographie, télé...
J'aimerais rien que pour ça (pour les raisons ci-dessus) ne pas être oubliée...Je suppose que Mr d'Ormesson, en tant qu'Immortel restera dans l'histoire. Johnny, je ne sais pas. Quand tous ses nombreux fans auront disparu, Johnny n'existera peut-être que chez les collectionneurs de vieux magazines.
Nous aussi, nous allions regarder la télé chez les voisins. Mais, c'était rare qu'ils nous faisaient entrer. L'été, on se mettait à leur fenêtre. On se faisait tout petit, silencieux, croyant qu'ils ne nous verraient pas...

Écrit par : julie | jeudi, 07 décembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire