Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 février 2018

Paris gagné !

Mais non ! Ce ne sont pas les malfaisants qui me manquaient !
Même si en croiser de temps à autre ne me gêne pas plus que ça, sinon qu’aurais-je à vous raconter, lectrices chéries ?
Non, non, ce qui me manquait, ce ne sont ni l’odeur d’essence ni l’odeur d’égout qui sort parfois des grilles de la rue, ça, on le sent partout.
Ce qui me manquait, ce sont les gens, les rues et la lumière si particulière de Paris.
Celle qui change totalement selon que l’on est à l’ouest, l’est, le nord ou le sud.
Lectrices chéries, je suis presque sûr que peu d’entre vous n’avez remarqué combien la lumière peut être variée sur une surface aussi réduite.
Paris est une ville petite, comparée aux autres capitales européennes, seule La Haye est plus petite, et de très peu.
Malgré cela, Paris est une ville extrêmement variée.
Autant que Londres par exemple qui a besoin de quinze fois plus de km² pour être aussi variée.
Et puis, je vais vous dire, lectrices chéries, à part quelques pays de l’Est, je me suis promené dans quasiment tous les pays de l’hémisphère nord mais nulle part je n’ai trouvé de ville, sauf peut-être New-York, Berlin, Bruxelles, Londres ou Rome où un Parisien pourrait vivre.
Bon d’accord, on peut vivre ailleurs qu’à Paris, mais sauf les capitales européennes, franchement, vous voyez quoi, à part New-York et San-Francisco ?
Néanmoins, pour votre serviteur, aucune autre ville ne sera aussi riche en souvenirs, bons ou mauvais.
Aucune ne fera qu’en regardant un coin de rue sous un angle particulier ne me fera rater un battement de cœur.
Aucune ne me fera ressentir cette sensation de « gargoziau serré » devant certains bâtiments ni ne me fera revivre des promenades comme Paris.
Ceux qui n’ont jamais descendu la rue de la Montagne Sainte Geneviève, de Polytechnique au boulevard Saint Germain, ne peuvent pas savoir.
Pas plus que ceux qui n’ont jamais profité des bancs du Jardin des Plantes pour se foutre du regard oblique des passants honnêtes.
Jusqu’à présent, sauf rares éclipses, j’ai toujours été un usager de la RATP.
Si vous saviez combien je suis heureux de l’être redevenu avant d’être « un usagé de la RATP »…
Alors, dites-moi, lectrices chéries,  qu’est-ce qui aurait pu me forcer à vivre ailleurs qu’à Paris ?
Je vous en dirai plus quand le temps sera revenu du printemps à Paris.

Commentaires

Le goût tu devrais faire un livre de mémoires sur ton Paris...
Tu connais cette phrase de Valéry Larbaud? J'ai des souvenirs de villes comme on a des souvenirs d'amour...

Au moins en te lisant j'ai pas moins mal mais ça fait du bien au moral...

Écrit par : Pivoine | mardi, 20 février 2018

Répondre à ce commentaire

Je trouve très important d'aimer l'endroit où l'on vit que ce soit Paris ou le Vexin, Bruxelles ou le pays de Bray.
Et je crois que c'est bien d'aimer tout court. Un lieu, une musique, une peinture une odeur, un voisin, une cousine,. Aimer.

Écrit par : Berthoise | mardi, 20 février 2018

Répondre à ce commentaire

Aimer "tout court", si l'on peut dire, c'est même le plus important.
Bon, aimer Cholet, c'est quand même plus étrange.
Hein, Clair ! ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 20 février 2018

Je doute qu'on puisse te forcer à vivre ailleurs et ce, même si vous avez vécu ailleurs. Tu porteras toujours en toi cet amour pour Paris.

Écrit par : livfourmi | mardi, 20 février 2018

Répondre à ce commentaire

Il y a de jolis mouchoirs à Cholet.
On peut y sécher ses larmes...

Écrit par : Pivoine | mardi, 20 février 2018

Répondre à ce commentaire

Ah la lumière sur Paris, je crois que nous en avions déjà disserté il y a un temps.

Ce dont je me souviens c'est de m'être assise en sortant du jardin des Tuileries et avant de traverser le pont Royal : tout se parait de lumière dorée qui me faisait cligner des yeux et m'hypnotisait presque.

Je trouve que tu devrais contacter Modiano, pour ajouter tes souvenirs aux siens : ça serait topissime.

Écrit par : Sophie | mardi, 20 février 2018

Répondre à ce commentaire

Et dire que certains voudraient nous faire croire qu'il y a de la pollution à Paris !

Écrit par : nicole 86 | mardi, 20 février 2018

Répondre à ce commentaire

Très souvent, quand je me déplace dans Paris (le plus souvent en autobus, pour profiter de la vue), je me dis que des gens paient pour voir ce dont je profite gratuitement, et rêvent de venir quelques jours dans ces lieux où j'habite depuis mon enfance.

Écrit par : Dame Marthe | mardi, 20 février 2018

Répondre à ce commentaire

J'aime t'écouter parler de Paris.
Ce serait comme feuilleter un livre d'aquarelles...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mercredi, 21 février 2018

Répondre à ce commentaire

J'ai adopté Paris et Paris m'a adoptée. Pour moi, c'est la plus belle ville du monde. Il n'y en a qu'une où je pourrai vivre, y habiter longtemps, c'est Rome. j'aime Berlin et New York, Lisbonne et Barcelone; Londres, Amsterdam et Bruxelles, en visite et revenir dans mon Paris-Lumière.
Ah, si, il y en a une autre où je pourrais m'installer, je devrais dire me ré-installer, c'est Clermont-Ferrand ! Je sais, je sais...

Écrit par : lakevio | mercredi, 21 février 2018

Répondre à ce commentaire

Pour la lumière, il y a une autre ville que j'aime infiniment, c'est Florence.

Écrit par : Sophie | mercredi, 21 février 2018

Répondre à ce commentaire

je te comprends, je ressens la même chose à chaque fois que j'y vais. Mais il me suffit d'y aller de temps en temps.

Écrit par : ang/col | mercredi, 21 février 2018

Répondre à ce commentaire

Trés beau billet. Je peux comprendre ton amour de cette ville unique... Je ne suis pas un grand voyageur et connais peu de capitales, toutefois je peux me vanter d'être un assez bon voyageur 'du coin de la rue" j'ai fait des centaines de kilomètres à pied dans Paris depuis l'âge de mon adolescence à toute heure du jour et de la nuit très souvent seul. J'aime énormément ta ville, cette capitale qu'énormément de gens se permettent de critiquer sans la connaître.

Bleck

Écrit par : Bleck | mercredi, 21 février 2018

Répondre à ce commentaire

tu le sais, je n'ai jamais vraiment voyagé....mais si un jour je retourne à Paris je sais que je ne pourrai m'empêcher de penser à Toi et HB!

Écrit par : emiliacelina | jeudi, 22 février 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire