Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 27 février 2018

Les guignols de l'info...

Lectrices chéries !
J’en ai entendu une bien bonne ce matin.
Vous savez ce que m’a craché le petit poste qui me truque les nouvelles du monde ?
Quand j’ai entendu ça, j’ai failli m’envoyer mon café sur les genoux.
Eh bien figurez-vous lectrices chéries, que si les piafs se raréfient c’est à cause des chats.
Oui ! Nous aurions trop de chats en France !
Bon, je sais que le greffier est un redoutable prédateur de piafs.
Mais tout de même, je me demande si ce n’est pas de « l’agit-prop » qui aurait pris sa source dans les bureaux de la présidence de la FNSEA…
Près de 80% des piafs ont disparu après quelques décennies de dispersion de  milliers de tonnes de produits phytosanitaires dans les champs et les jardins.
Et aujourd’hui, alors qu’on se désole de ne plus entendre les pioupious des oiseaux dès que les jours allongent, on nous assène avec le plus grand sérieux que c’est à cause de ce féroce prédateur qu’est le chat.
Le pire est que ça n’a pas l’air d’étonner plus que ça le journaliste qui nous l’annonce en même temps que la présence de quelques millions de chats dans notre pays.
Il doit avoir un chien, le journaliste.
S’il avait un chat, il saurait qu’à part un incendie dans le salon, rien ne le ferait sortir de son canapé préféré.
Surtout pas la perspective d’attraper un piaf en courant sur un sol gelé et s’élancer juste pour voir le moineau décoller…
J’en avais entendu de drôles pour expliquer pourquoi nous n’étions jamais responsables des malheurs qui nous frappent et dont nous sommes généralement la cause.
Mais là, je suis quand même sans voix.
Accuser les chats d’avoir exterminé les oiseaux alors qu’on a tué à coup de pesticides leur nourriture préférée au point que 80% d’entre eux ont disparu, faut être gonflé.
Après ça, comment voulez-vous être surpris qu’on vote pour des politiciens qui nous racontent les carabistouilles les plus improbables qui soient ?
« Les chats sont responsables de la raréfaction des oiseaux » !
Pfff… « Des fois tu t’demandes » comme disait Coluche…

Commentaires

Bonjour.
J'ai découvert votre blog un peu hasard ... j'adore. Et j'ai bien ri à ce dernier post. Je n'ai ni chat, ni chien mais rejoins votre analyse.

Écrit par : Claude | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

quelle stupidité en effet !

Écrit par : ang/col | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Si tu veux noyer ton chat, tu l'accuses de la rage...
Tu ne devrais plus écouter la radio ! Tu vas avoir un infarctus ! Je pense que cette mention pourrait être nominée aux Bobards d'or...

Écrit par : lakevio | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Et selon le journaliste, est-ce que les chats s'attaquent aussi aux papillons ??? parce que j'en vois de moins en moins dans les parcs et les jardins.

C'est en tout cas, ce que je me disais en recherchant des photos d'une assemblée générale de papillons sur un bouquet de fleurs dans un parc.... très très peu fréquenté par les chats !!!!!

J'ai même mis de côté une photo pour la mettre sur ma page.

Pour en revenir aux petits zoziaux, plus de moineaux, une pie de temps à autre, quelques pigeons ou corneilles. Et pourtant, je suis sur le bord d'un square très feuillu !

Écrit par : Sophie | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Beaucoup d'oiseaux dans le jardin et des chats du voisinage, pas d'assassins parmi ces derniers ou si peu.

Écrit par : mab | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Nom d’un chat !
Et les pigeons alors, ils ne sont pas en voie d’extinction eux ?
Pour ma part, j’ai observé la rareté des papillons et des libellules mais pas des guêpes, ni des moustiques.

Écrit par : Visiteuse | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Si tu avais bouffé un pigeon de Paris, tu comprendrais la répugnance des chats...

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 27 février 2018

T'as déjà goûté du pigeon de ville, Mr le Goût ?

Écrit par : julie | mardi, 27 février 2018

Chez nous y a des oiseaux, des chats, des agriculteurs... ;)

Écrit par : Fabie | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Les chats de mon coin en veulent surtout aux mulots , qui prolifèrent malgré tout , j'ai plein d'oiseaux de toutes sortes, des palombes en quantité qui commencent leurs parades amoureuses, et même hier dans mon bassin au jardin un couple de canards sauvages qui sont venus copuler dans l'eau apres avoir cassé la glace ! Un beau spectacle ... ma chienne étonnée du raffut inhabituel a donné le signal de la fin des ébats , dommage ils sont repartis à tire d'aile vers le marais proche où ils vont sans doute nidifier . J'avoue que j'ai la chance d'habiter un endroit privilégié loin des cultures polluées !
Les journalistes aux infos nous abreuvent d'idioties !

Écrit par : Francelyne 17 | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Sur la même radio, on a dit sans rire qu'il y avait 50 SDF sur Paris. Et même assentiment de la journaliste.

Écrit par : Berthoise | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Et les abeilles ? C'est aussi les chats ?
C'est plus du grand guignol de l'info, c'est carrément de la propagande à ce niveau-là...
De là à ce que l'on programme un miaoucide à grande échelle, y a pas des kilomètres...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Ha, ha, trop bon...
Je me marre (enfin, après ma grippe ou grippette, je ne sais trop)...Ca fait du bien de rire.
La faute aux chats, ha, ha...Chez nous, dans notre ancienne maison, nous avions une dizaine de matous qui nous empoisonnaient la vie. Ont eu de la chance que nous n'ayons pas été des sanguinaires...Malgré tout, nous avions beaucoup d'oiseaux en tous genres qui nichaient dans nos arbres faméliques...Parfois, effectivement, j'ai bien vu un chat de temps en temps, planqué...Mais, les oiseaux sont malins, y'en a toujours un de garde. Faut voir le raffut qu'il faisait pour ameuter ses copains. Marron était toujours le chat...
Autre chose, si les journalistes ne savent pas où sont les oiseaux, moi, je peux leur dire. Ils ont, comme dans un conte, trouvé leur royaume rêvé, l'endroit où personne, ni pesticide, ni fusil ne viendra les embêter. C'est chez la blogueuse Eve (dans mes liens et dans ceux de Fabie)...Elle dépense des sommes folles pour les nourrir (si je ne me trompe pas, 80kg de graines en 3 mois), pour les abreuver, pour leur construire des abris. Et si jamais le matou des voisins veut les embêter, elle est à l'affût, derrière sa fenêtre, prête à tirer à vue... Dommage qu'on ne puisse pas faire ça à l'échelle humaine par ces temps de grands froids. Dommage que nous ne soyons que des êtres à poil et non à plume....Quoique, en été, ces petites bêtes doivent avoir bien trop chaud...

Écrit par : julie | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Au fait, des oiseaux qui ont disparu, ce sont les hirondelles...Pourquoi ? Pas la faute des chats. Non, la faute à la bétonisation à outrance, à l'enfouissement des lignes électriques. Parait que ces petites bêtes ne savent plus où percher, n'ont plus de rebords de toit où nicher...Devraient aller tous se réfugier dans les campagnes abandonnées, là où il y a d'anciennes vieilles fermes abandonnées...Ils seraient tranquilles encore pour un temps, avant que les chinois n'arrivent (oui, les chinois rachètent les terres des paysans mais ne veulent pas des maisons qu'ils laissent tomber en ruine), chinois qui, un jour cultiveront du blé à outrance, avec moult pesticides, se contrefichant de nos normes..

Écrit par : julie | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Quant aux chats, c'est vrai, il y en a beaucoup trop. Dans mon ancienne maison, il y a 20 ans, il n'y avait que quelques chats des voisins...Mais, depuis quelques années, c'est devenu à la mode d'en offrir aux petits enfants. Mais, bien-sûr, on ne les faisait pas stériliser, car trop coûteux...Alors, ils ont proliféré, proliféré...Ensuite, les enfants ont grandi, n'ont plus voulu des chats et sont partis en les abandonnant. Bon, tu me diras, je préfère voir des chats autour de ma maison que des rats. Si jamais, je voyais un rat, sûr que je me barrerai fissa...Comme nous avons la rivière à 2 pas, que nous avons un grand parc, voir un ruisseau nauséabond, que nous avons aussi des gens qui balancent leurs sacs poubelles sur le parking du sporting club, je me pose des questions. L'embêtant, c'est que les chats maintenant, top gavés, trop bien nourris ne font plus la chasse aux rats, ni aux souris.

Écrit par : julie | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Moi, ce que je ne m’explique pas c’est que vous continuez-vous à vous faire du mal, en écoutant… : « France Intox » ? ?
Le matin j’écoute BFM Business et je me marre – oui, oui. Car présenter un sujet économique puis 5 mn après infirmer le sujet par l’actualité politique du moment c’est du grand Art.
La fiction informationnelle….
Franchement MAC RON n’a pas besoin de faire une loi fake news, c’est gâcher du temps et de l’argent, les média y pourvoient tout « seuls », et puis sans dec, ce serait faire peu de cas de « CODEX » …

Écrit par : Visiteuse | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

NON JE NE SUIS PAS UNE ANONYME même si je n’ai pas de blog. Vous êtes un parisien et vous en vantez : mon quartier, ma rue, mon fournisseur de dognuts’ mon monop... Vous vous moquez des Bobo mais vous êtes pire. Eux ne sont pas jaloux de la vie que vous mene
Vous vivez donc à Paris. Moi, j’habite en province mais en ville. Nous sommes infestés de chats errants qui, non contents d’abîmer et souiller nos modestes tapis de fleurs, grimpent aux arbres pour tuer nos piots piots. Pourquoi les êtres humains aiment-ils tant leurs animaux domestiques et les laissent-ils vagabonder en toute liberté ? Imagineriez- vous cela avec des chiens ? Ou autres animaux. Les chats sont vecteurs de plein de virus qui rendent nos petits allergiques pour la vie. Et sont donc aussi des prédateurs qui grignotent de plus en plus les merveilleux oiseaux dont on voit les espèces disparaître dans nos arbres. C’est dur l

Écrit par : Le Clézio | mardi, 27 février 2018

Répondre à ce commentaire

Chère madame le Clézio , le plus grand prédateur de toute ressource est l'humain , alors réfléchissez peut être un poil avant d'causer si vous voulez bien

Écrit par : epalobe | mercredi, 28 février 2018

Toi t'as rien compris donc.....si ton espèce dans ta ville s'occuperait un peu des chats errants il n'y aurait pas de problèmes.... Et si un chat est errant, c'est qu'il n'appartient à personne, il n'est pas juste en liberté.....C'est qui qui ne les castres pas, c'est qui qui ne leur donne pas à bouffer, c'est qui qui ne les soigne pas par rapport aux maladies parasitaires et virales.... ben c'est toi l'humain. Parce que contre toute problématique liés aux chats errants en 2018 il y a des solutions..... Et après tu oses les insulter en les traitant de vecteurs de virus??
Le vecteur de virus c'est toi, moi j'appelle ça le virus de la débilité, t'as vraiment rien compris toi....

Écrit par : Rubynessa | samedi, 03 mars 2018

Tu as raison.
Je ne suis pas non plus un troll.
Les chats arets existent (voir les mots croisés)
Sinon il n'y a pas de la musique?
Mais parfois ça fait du bien de fulminer...
Je vois que tu arrives à faire du café le matin.
Malgré le froid.

Écrit par : Marcel Proust | mercredi, 28 février 2018

Répondre à ce commentaire

Mon jardin est squatté par trois chats du voisinage qui m'ont boulotté les poissons rouges du bassin... mais j'ai encore des oiseaux : peu de moineaux c'est vrai, mais des geais, des merles qui me laissent quelques cerises, et des tourterelles qui se bécotent en haut du portique où les chats ne peuvent les piéger.
J'adore ta prose !

Écrit par : Gwen | lundi, 05 mars 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire