Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 mars 2018

Moreau vache...

gustave-moreau-les-pretendants.jpg

Hier comme prévu, les 60% de « risques de précipitations » se sont justement précipités sur nous quand nous sommes descendus du bus qui nous mena à notre « döner » préféré.
Comme l’a dit Heure-Bleue « il n’y a pas photo à côté de celui de la maison ! »
Comme d’habitude, nous avons eu l’impression d’être à table avec des copains de passage.
Hier, nous avons conversé avec deux Marocains aussi français que vous et moi.
L’un dirigeait le service administratif d’une grosse entreprise, l’autre se débattait avec la délicate mission de faire aboutir des projets informatiques.
Ça m’a permis de constater la permanence des choses.
Les pères font, comme d’habitude, des efforts pour que leurs filles acquièrent par la voie des études une bonne capacité d’analyse et de critique et espèrent que ça leur permettra de vivre comme elles l’entendent et seront heureuses.
Les ingénieurs ont, comme d’habitude, le devoir de faire aboutir des projets arrachés avec la promesse de budgets et de délais irréalistes…
Nous avons donc passé un bon moment.
Puis nous sommes repartis pour le musée Gustave Moreau.
Il y a des années que nous n’y avions pas mis les pieds.
Le quartier est toujours aussi beau. Même si je dis ça parce que j’adore le IX ème arrondissement, surtout le quartier de la « Nouvelle Athènes ».
Nous y sommes arrivés trempés.
Les toiles de Gustave Moreau me font encore et toujours penser à l’ambiance de nombre de films en couleur tournés entre 1935 et 1962, de ces films qui n’étaient pas des « peplum » mais dont l’ambiance onirique, inquiétante et mystérieuse me fabriquait des souvenirs jusqu’au jeudi suivant.
Toutefois nous vîmes quelque chose de drôle tout au long de la visite.
Un couple de jeunes femmes dont l’une était intéressée par Gustave Moreau, l’autre par elle-même.
L’une regardait les toiles, l’autre se regardait.
Elle se trouvait si belle qu’elle sacrifiait à la mode du « selfie », le « selfie complet », le « selfie avec duck face ».
J’aurais pensé que passés quatorze ans, ce genre de tocade passait.
Mais non, ça dure apparemment jusqu’après trente ans…
Nous avons regardé Narcisse se portraiturer régulièrement.
C’est quand j’ai pensé « Narcisse » que celui du Louvre m’est revenu à l’esprit.
Je me suis demandé si ce charmant minois agrémenté d’un habillage d’éponges intéressant cachait dans ses sous-vêtements les mêmes attributs que la statue de Narcisse dite « Hermaphrodite Mazarin ».
Ce qui prouve que les pensées les plus incongrues me viennent à l’esprit…
Nous sommes ressortis du musée enchantés et presque secs.
Nous n’avons pas remonté la rue Blanche jusqu’au boulevard de Clichy qui nous aurait ramenés à la maison car nous « devions » passer à la FNAC pour y prendre deux bouquins attendus par la lumière de mes jours.
Nous avons été retrempés derechef…
Puis, toujours sous la pluie nous sommes revenus à la maison.
Comme nous connaissons notre haleine depuis longtemps, nous l’avons modifiée en profondeur en dînant d’une tarte à l’oignon amoureusement préparée par votre Goût adoré.
Ce fut une journée humide mais très chouette…

Commentaires

Je ne suis pas vraiment fan de Moreau (bien ton titre) , ce doit être pour ça que je ne me souviens pas être allée le visiter en son musée.

Les selfies ? comment "cé kon fé" ???? jamais essayé. C'est vrai que mon mobile sert surtout pour recevoir et envoyer sms et communications. Je ne suis pas à jour dans mon apprentissage de toutes ses applications.

Mais je remarque que ton esprit vagabonde où qu'il soit et quoi qu'il fasse, ce qui alimente l'intérêt de ton blog.

Une tarte aux oignons ? je salive.

PS - j'espère qu'HB nous donnera les titres de ses livres. J'arrive au bout de ma provision de Noël (quelquefois en traînassant).

Écrit par : Sophie | vendredi, 09 mars 2018

Répondre à ce commentaire

Joli billet sous le thème des flâneries parisiennes
.

Ici aussi il a plu comme vache qui pisse et cela m'a mise de très mauvaise humeur...
Demain je devrais aller voir une exposition d'art aborigène...

Écrit par : Pivoine | vendredi, 09 mars 2018

Répondre à ce commentaire

Humide mais chouette... tout le sens du bonheur est là ! ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | vendredi, 09 mars 2018

Répondre à ce commentaire

quels bouquins ?

je n'adore pas Gustave Moreau.

Écrit par : ang/col | vendredi, 09 mars 2018

Répondre à ce commentaire

Mais Gustave Moreau a eu des disciples célèbres (Matisse) et d'autres un peu moins (Simon Bussy). Parfois, un musée est sympa, à taille humaine, même si on ne raffole pas de l'artiste. Comme le musée Wiertz chez nous (un peu spéééc) et encore plus le musée Constantin-Meunier (aussi dans "notre" ancien quartier commun) - derrière mon ancien chez moi. Mais j'aime quand même bien Constantin Meunier... Je vais faire une liste de petits musées à voir à Paris o:)))

Écrit par : Pivoine | vendredi, 09 mars 2018

Répondre à ce commentaire

chez nous, hier , une journée magnifique. Une vraie journée primptanière soelil et tout!
Vous n'avez pas dû avoir chaud sous la flotte ..... vagabonds!!!!!!!

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 09 mars 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire