Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 26 mai 2018

Mieux vaut le Pisse-dru que le pisse-vinaigre.

La lumière de mes jours regardait les informations alors que je finissais de mettre la table.
La télé sétalait complaisamment sur les méfaits et le « perp’s walk » à Manhattan de Harvey Weinstein qui est quand même un grand dégueulasse.
Un grand cinéaste mais un grand dégueulasse.
D’un coup la lumière de jours m’assène :
- Minou ! Normalement tu serais en taule !
- Mais j’ai rien fait !
- Non mais tu es un « tactile », et là-bas, on ne se touche pas…
Il est vrai que j’ai tendance à « l’abrazo » très latin, ce truc que les uns traduisent par « câlin » et les autres, ceux qui savent vivre et qui connaissent le « latin behaviour » traduisent par « accolade ».
J’ai passé quelque temps aux Amériques mais c’était dans les années 80, celles où un type pouvait regarder une femme sans être accusé immédiatement de pensées salaces.
Une époque où dire « Hi ! » à une femme dans un ascenseur ne vous menait pas au tribunal avec une accusation de harcèlement.
Inutile de vous dire que le « hug » à quelqu’un que vous ne connaissez que via le Web vous mène illico à Rikers sauf à sortir cent mille dollars dans une « négociation amiable » qui en dit long sur l’art de faire casquer l’imprudent affectueux.
Dans ma minute anti-américanisme primaire, celle qui me prend le matin quand j’entends la dernière bévue de Trump à la radio, je me dis que les États-Unis d’Amérique sont devenus un pays étrange.
Un pays ou poser la main sur l’épaule de sa collègue ou voisine pour la saluer ou dire « pfiouu… Le printemps te va bien ! »  est « inapproprié ».
Un pays où le chrétien peut contester le droit des femmes à disposer de leur corps au prétexte que ça heurte ses convictions.
L’idée que ses convictions à lui peuvent heurter les convictions des autres ne l’effleure même pas.
Pour lui, la vraie démocratie, c’est penser comme lui.
« Vivre et laisser vivre » ne fait pas partie de son arsenal intellectuel.
J’en arrive à la conclusion que si Woodstock avait lieu en 2018 plutôt qu’en 1969, il eut fallu envoyer en taule plus d’un demi-million de personnes, homme, femmes, garçons et filles, tous mélangés et ne rechignant pas à montrer de façon lascive combien le concert les emballait…
Les pauvres, qu’est-ce qu’ils vont s’emmerder.
Pire, qu’est-ce qu’ils vont nous emmerder.


N’empêche, elles sont quand même très gentilles.
Elles vont jusqu’à t’engueuler de temps en temps en te disant « tu préfèrerais que je simule ? »

Commentaires

C'est pas "ils vont nous emmerder", c'est "ils nous emmerdent" !!!

Écrit par : Sophie | samedi, 26 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Moi j'aime bien quand tu me fais un câlin. Tu as toujours des pulls doux et tu sens bon

Écrit par : Imaginer | samedi, 26 mai 2018

Répondre à ce commentaire

au point de vue des moeurs c'est la régression générale dans beaucoup de pays

Écrit par : ang/col | samedi, 26 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Les "bévues" de Trump, je te trouve bien en dessous de la vérité.

Écrit par : mab | samedi, 26 mai 2018

Répondre à ce commentaire

J'adore ce film.

Écrit par : Berthoise | dimanche, 27 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire