Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 juin 2018

Le mariage c'est trop beau, heureusement on s’enlace…

De rien Mab, de rien

Je ne sais plus de quoi nous parlions hier en revenant d’une expédition au marché de l’Olive.
- Minou ! 
- Oui ?
- Si tu me croisais aujourd’hui, tu me draguerais ?
Je l’ai regardée.
Elle a les yeux un peu moins verts aujourd’hui qu’il y a… tout ça.
Mais toujours très vifs.
Surtout quand elle est en colère.
Je me suis surtout aperçu que malgré le passage des années elle me tentait toujours.
Mais pas que ça.
Aussi pour cette espèce de fusion créée par tout ce temps passé ensemble, dans les épreuves ou les bonheurs.
Pour les partages et les dons.
Pour la communauté de pensée malgré les divergences qui pimentent la vie et animent les disputes.
Alors j’ai répondu : 
- Oui ma Mine, je recommencerais.
- C’est vrai ?
- Hon hon. Bien sûr…
Elle a eu l’air un peu satisfait.
J’ai réfléchi un instant comme ça m’arrive trop rarement.
Et je me suis dit que cette fois ci, elle ne tomberait pas dans le panneau.
Elle me connaît depuis si longtemps que je crains bien qu’elle ne soit au fait de toutes les ficelles de mon métier de baratineur…
D’ailleurs, je me rappelle une fois où, pour je ne sais plus quelle raison à l’une de ses remarques, pourtant anodines, emporté par mon élan et de vieux réflexes acquis tout au long d’une vie d’observations, j’avais répondu je ne sais quoi d’une voix plus douce que de coutume.
Elle m’avait alors jeté « « Ah non ! Toi le séducteur, n’essaie pas ça avec moi ! Je te connais ! Tu devrais plutôt essayer ça sur … »
Puis elle s’était ravisée avait ajouté « Non, il ne vaut mieux pas, sinon… »
Heureusement, hier soir elle ne s’est pas souvenue de cette histoire...
Déjà qu’elle ne ferait pas une affaire avec moi, il ne manquerait plus qu’elle se mette à réfléchir à ce que serait la vie sans moi et qu’elle s’aperçoive qu’avec moitié moins de boulot ce ne serait  pas plus mal.


Commentaires

Je n'ai pas trop commenté ces jours derniers, non que l'envie m'en manquât, mais je n'aime pas les redites. Non, non, il ne s'agit pas de tes billets, il s'agit de mes propres réflexions se rapportant à chacun d'eux.

Qu'il s'agisse de tes souvenirs lointains, des lieux que vous arpentez maintenant, tout (ou presque tout) te ramène inlassablement vers la Lumière de tes jours.

Je trouve que c'est beau cette constante, et que ce doit être vraiment chouette ....

Écrit par : Sophie | dimanche, 24 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec Sophie ... Je trouve que votre complicité est vraiment chouette !Vous me faites penser aux amoureux de Peynet .

Écrit par : Francelyne | dimanche, 24 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Et toi tu lui poses cette même question ?

Écrit par : Anita | dimanche, 24 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Tu crois que je suis fou ?

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 24 juin 2018

Ce qui me plaît, outre votre immense complicité, c'est que tu sembles porter beaucoup d'importance au regard, aux yeux, à leur expression. J'aime penser ça car pour moi c'est extrêmement important, le regard. C'est ce qui m'attire le plus chez une personne, oui oui parfaitement, je regarde les yeux avant les fesses :-))

Écrit par : Praline | dimanche, 24 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Tes textes ? On ne s'enlace pas... ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

je ne crois pas ue tu risquerais grand chose à lui poser la question..... et tu le sais bien, gos malin !!!!!!!!! :)

Écrit par : emiliacelina | lundi, 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

J'aimerais tellement revenir en 1973 ! Au Cluny... Pas besoin de demander quand on sait que c'était "écrit dans le ciel" ! hihihi. Te rappelles-tu de cette chanson ? LeMaître la chante parfois, je ne la connaissais pas !

Écrit par : lakevio | lundi, 25 juin 2018

Répondre à ce commentaire

Je connais.
Ma grande sœur la chantait...

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 26 juin 2018

Écrire un commentaire